01/09/2013

Pourquoi le chien gratte-t-il le sol après avoir déféqué ?

Pourquoi le chien gratte-t-il le sol après avoir déféqué ?

 

Ceux qui possèdent un chien n’ont pas manqué de remarquer la manière dont l’animal (surtout si c’est un mâle) gratte vigoureusement le sol après s’être livré à la défécation.  Il s’écarte légèrement du lieu où il a laissé ses matières fécales, puis, avec des mouvements énergiques vers l’arrière de ses pattes antérieures et surtout postérieures, il gratte le sol à plusieurs reprises avant de s’éloigner ;  Quelquefois, il effectue cette opération après la miction, mais c’est moins fréquent.

L’explication, à l’origine, consiste à considérer cet acte comme un vestige de l’époque où les ancêtres sauvages du chien recouvraient leurs matières fécales, tout comme les chats.  On croyait que la domestication avait réduit l’efficacité de l’acte, qui ne serait plus aujourd’hui qu’un vestige inutile d’un procédé qui avait jadis des raisons d’être hygiéniques.  Or, nous sommes très loin de la vérité.  En effet, une observation récente des loups dans leurs conditions naturelles a permis de constater qu’ils ont, eux aussi, le même type de pratique.  Cette façon de gratter le sol n’est pas lié à une « décadence » due à la domestication.

Autre hypothèse : les chiens essaient d’éparpiller leurs excréments, pour élargir le secteur sur lequel ils ont apposé leur odeur personnelle.  Certaines espèces d’animaux procèdent, en effet, à la dispersion de leurs déjections, comme l’hippopotame, par exemple, qui est pourvu d’une queue spécialement aplatie qui s’agite d’avant en arrière tel un éventail pour disperser aussi loin que possibles ses excréments et leur odeur.  Cependant, bien que les chiens grattent le sol tout près de leurs matières fécales, ils semblent toujours prendre soin à  ne pas les toucher.

Cela nous laisse face à deux explications possibles.  Tout d’abord, on a remarqué que, lorsqu’ils sont en pleine nature, les loups qui grattent la terre modifient l’aspect du sol et de la couche superficielle sur plusieurs mètres carrés.  Ce procédé laisse une marque visible très évidente en plus du signal à l’odeur que constituent les matières fécales.  Les chiens qui grattent le trottoir  ou toute autre surface en zone urbaine dure, ne peuvent laisser qu’une trace visuelle infime en grattant avec leurs pattes, mais ce n’est pas de leur faute.  Dans un cadre plus conforme à la nature, ce geste vigoureux se serait traduit par une marque beaucoup plus impressionnante.

Deuxièmement, nous avons souligné au passage que les seules glandes sudoripares efficaces chez le chien se trouvent en dessous des orteils.  Il se peut que l’animal cherche simplement à ajouter une autre odeur personnelle, à celle, déjà présente, de ses excréments.  Cette idée peut nous sembler peu convaincante, car, si l’odorat humain détecte sans mal l’odeur des matières fécales canines, l’odeur de transpiration d’une patte de chien nous échappe totalement.  Pourtant, dans le monde peuplé d’odeurs de chiens, il est fort possible que cette forme supplémentaire de marquage à l’odeur ait ses propres messages à transmettre.

 

Source : Desmond Morris, le chien révélé.

 

 

 

Pourquoi dit-on qu'un chien "hurle à la mort"?

Pourquoi dit-on qu’un chien « hurle à la mort » ?

Depuis les temps les plus reculés, il existe une superstition : quand un chien pousse des cris inusités, il annonce une mort imminente ou une catastrophe.  Autrement dit, il « hurle à la mort ».   Le chien était censé posséder des pouvoirs surnaturels lui permettant de prédire l’avenir, surtout lorsqu’un malheur se préparait.  En dépit de ce don, le chien ne s’est jamais vu reprocher les évènements qui s’ensuivaient, pas plus qu’on ne l’a jamais considérer comme une créature néfaste à cause de son rapport avec la mort.  Au contraire, on le tenait pour «  le meilleur ami de l’homme », qui essayait de toutes ses forces de prévenir ses maitres contre un danger qui le menaçait.

 

Repoussant l’explication qui fait intervenir le surnaturel, un spécialiste a exposé une théorie nouvelle : les chiens en question avaient la rage. Quand un chien est atteint de cette maladie, il hurle, gémit, émet des sons curieux qui ne peuvent passer inaperçus.  Si le chien contaminait son maitre, qui en mourait, on avait tôt fait de raconter alentour que le maitre avait rendu l’âme peu de temps après que son chien eut fait entendre des bruits inhabituels.  A une époque où on était loin d’avoir compris les principes de la transmission des infections, on voit sans peine comment on a pu prendre pour un présage le lien entre les pleurs du chien et la mort de l’homme.

 

 

Source : Le chien révélé de Desmond Morris

25/08/2013

POURQUOI LES CHIOTS MALTRAITENT-ILS VOS PANTOUFLES ?

Pourquoi les chiots maltraitent-ils vos pantoufles ?

 

chiots qui mange pantoufle.jpg

Nombre de maitres découvrent, à leur grande déconvenue, que les chiots, en grandissant, traversent une phase où ils se montrent particulièrement destructeurs.  Leurs victimes de prédilection sont les pantoufles et les gants, mais les jouets d’enfants, les journaux, revues et même le courrier passé le matin sous la porte peuvent être pris à partie.  Hormis ronger et mordiller ces objets, les chiots peuvent les secouer avec force, comme s’ils essayaient de les tuer.  Les papiers peuvent être mis en morceaux, comme s’il s’agissait d’oiseaux morts qu’il fallait débarrasser de leurs plumes gênantes.  Certains maîtres, exaspérés, ont même pu constater, que lorsque le courrier subit des assauts, ce sont toujours les lettres intéressantes qui sont malmenées, alors que les factures sont laissées intactes.

Plusieurs traits mentionnés ci-dessous sont significatifs du comportement des chiots.  Premièrement, il y a le jeu simple.  En grandissant, les jeunes sont programmés pour explorer tout ce qui se trouve dans leur environnement.  Les chiens sont, à l’état sauvage, des opportunistes, et, s’ils veulent survivre, ils doivent acquérir une bonne connaissance des propriétés de chaque objet faisant partie de leur univers.  L’animal domestique a beau avoir une existence moins hasardeuse, il n’a pas perdu grand-chose du comportement ancestral.

Deuxièmement, il y a le problème de la poussée de dents.  La denture adulte apparait à l’âge de 4 à 6 mois.  A ce  moment-là, le besoin de mordiller des objets résistants, pour aider les nouvelles dents à percer, se fait de plus en plus pressant.  Les aliments pour chien que l’on trouve dans le commerce, trop mous, ne sont d’aucun secours dans ce domaine.  Aussi, à moins de recevoir une bonne nourriture solide qu’il puisse mâcher, le chien cherchera d’autres objets, moins recommandés, pour se soulager.

En troisième lieu, il y a la période « préalable à la chasse » dans la vie d’un chiot qui se développe, devient assez grand pour s’intéresser à des proies, mais n’est pas encore assez habile pour les attraper.  A la même époque, quand une bonne nourriture pour la croissance est si importante, les adultes (en milieu sauvage) rapportent au gîte des gros quartiers de viande pour les jeunes.  Aussi au stade du « jeune chien » se caractérise comme une période où les grands chiens (= les humains) laissent trainer des choses par terre pour que les petits chiens les mangent.  Il est donc naturel, et nullement malintentionné, de la part du jeune chien de considérer qu’une pantoufle posée sur le tapis ou un paquet déposé devant la porte sont des cadeaux de la part des aînés du groupe.  Pour un chiot plein de vie qui fait de son mieux pour se mettre à la portée d’un « clan » humain, se faire tancer pour avoir mordillé ces objets doit être déconcertant, et décevant.

 

 

imagesCA1D5ZXD.jpg

 

Source : Le chien révélé de Desmond Morris

03/08/2013

Pourquoi les chiens halètent-ils autant ?

Pourquoi les chiens halètent-ils autant ?

 

Tout le monde halète après avoir couru pour attraper le bus, mais personne ne halète autant qu’un chien ;  Le chien peut commencer à haleter sans même avoir bougé son corps.  S’il sent qu’il a trop chaud, il ouvre grande la gueule, laisse pendre la langue, et se met à haleter à un rythme rapide et pesant qui nous est familier.  En agissant ainsi, il humidifie sans cesse son énorme langue afin d’augmenter le processus d’évaporation qui est la clé du mécanisme de climatisation.  Le chien qui a trop chaud va boire plus que de coutume pour maintenir la quantité de liquide nécessaire à la surface de sa langue.  Sans cette faculté, bien des chiens seraient mort d’un infarctus.

 

Pourquoi les chiens ont-ils besoin, pour règle rla température de leur corps, d’un mécanisme de halètement aussi puissant ?  L’anatomie de leur peau nous apporte la réponse.

Contrairement à nous, ils ne sont équipés de glandes sudoripares efficaces que sous les pattes.  Nous parvenons à perdre de la chaleur rapidement grâce  à la transpiration qui se produit sur toute la surface de notre corps.  Les chiens ne le peuvent pas.

 

Chose curieuse, chacun de nos trois compagnons les plus proches appartenant au règne animal (le cheval, le chat et le chien) a mis au point une méthode différente pour résister à la chaleur..  Les chevaux transpirent abondamment comme nous. Les chats, quand ils ont trop chaud, se lèchent vigoureusement le poil, étalant sur leur corps de la salive qui leur sert d’agent rafraîchissant.  Quant aux chiens, ils halètent.

 

Le halètement a sans doute été choisi par les canins en raison de la lourde pelisse portée par leurs lointains ancêtres.  A l’époque où le chien primitif était en pleine évolution, il était apparemment plus important d’avoir chaud dans le froid que de se rafraîchir par temps chaud.  Avec un épais manteau de fourrure, les glandes sudoripares de la peau ne pouvaient pas faire grand-chose en matière de thermorégulation.  Aussi perdirent-elles leur importance.  Aujourd’hui, beaucoup de races ayant un pelage plus mince, la transpiration pourrait à nouveau venir au secours de leur propriétaire par les après-midi de canicule, mais la ré-évolution nécessaire qui rendrait efficaces les glandes sudoripares n’a pas accompagné les modifications génétiques du type de robe.

 

Les races à peau nue, comme le chien du Mexique, pour lequel la transpiration pourrait facilement redevenir fonctionnelle, ont  une peau sèche, même par temps chaud.  On a prétendu que la température corporelle de ces drôles de chiens atteignait 40°, alors que chez le simple canin, elle ne dépasse pas normalement 38-39°.Des expériences récentes n’ont pu confirmer ces affirmations.

 

Cette race, dit-on, a été mise au point par les anciens mexicains pour leur servir de bouillote vivante pendant les longues nuits froides.  En l’absence de transpiration par voie cutanée chez le chien, ajouté au fait que la température normale de cet animal est plus élevée que chez les humains, ce rôle, il est vrai, lui convenait parfaitement.

 

 

 

Source : Desmond Morris, le chien révélé.

25/05/2013

Pourquoi y a-t-il des chiens qui courent après leur queue ?

Pourquoi y a-t-il des chiens qui courent après leur queue ?

 

club canin,les baraques,waterloo,photo,concours,chien,animaux,détente,st-hubert,4b,urcsh,éducation,obéissance,agility,défense,clicker training,flyball,rendez-vous,la référence à waterloo,5c,concours photo,insolite,4c

 

On peut voir, de temps à autre un chien tourner en rond à toute vitesse, pour attraper sa queue. Il claque les dentes en direction de celle-ci, qui lui échappe, puis tourne dans une ronde folle, tant et si bien qu’il finit par être désorienté et avoir le vertige.  Pour l’observateur humain, ce qui a commencé comme un moment de folie divertissante pour le chien et paraissait n’être qu’un simple amusement devient finalement quelque chose d’embarrassant.  On a l’impression d’assister à un stéréotype qui est devenu une anormalité du comportement plutôt qu’un jeu.

 

Les chiens sont des êtres sociaux, dotés d’une grande curiosité exploratoire.  S’ils sont privés de compagnie, tant humaine que canine, ou s’ils sont enfermés dans un environnement restreint ou monotone, ils souffrent.  La pire des punitions mentales pour un chien est d’être enfermé dans un espace confiné où rien ne change. Ce genre de mésaventure arrive rarement au chien domestique, à moins qu’il n’ait eu le malheur de tomber entre des mains particulièrement cruelles.  Mais les chiens sauvages, dans les zoos, ont souvent été mis dans des cages petites, étroites, vides, condamnés à l’isolement à vie.  L’observation de ces animaux montre qu’ils finissent souvent par avoir des « tics » et des actes stéréotypés, comme se mordre la patte, se mordiller la queue, tordre le cou, marcher de long en large et d’autres schémas de comportement répétitifs nuisibles.  Ces tics deviennent parfois si féroces que les chiens finissent par se mordre eux-mêmes et s’infligent de véritables plaies qui restent ouvertes. Ce type d’autopunition peut sembler destructeur, mais il a l’avantage de procurer une stimulation intense dans un monde qui n’est plus pour l’animal que les limbes insupportables de l’ennui.

Courir après sa queue est une forme adoucie de ce type de comportement.  Cette activité se rencontre souvent chez un chiot récemment séparé de ses compagnons de portée.  Transféré dans une nouvelle maison, il se trouve subitement privé de tous les jeux en corps à corps qui caractérisent une joyeuse portée et il cherche de nouvelles formes de stimulation.  Si les maitres ne jouent pas suffisamment avec lui, le chiot aura peut-être du mal à s’inventer de nouveaux « jeux ».  C’est alors que la queue devient le meilleur « compagnon » disponible.  Il n’y a aucun mal à cela, à condition que cette manière de tourner en rond ne devienne pas une névrose obsessionnelle.

Nombreux sont les chiots solitaires qui pratiquent cet acte pendant une période et en perdent l’habitude par la suite.  En revanche, si ce geste persiste chez le chien adulte, il est le signe d’une défaillance dans l’environnement du chien, et d’un grand besoin d’interaction sociale et d’aventure.  Il peut facilement se guérir en améliorant simplement ces deux aspects de la  vie de l’animal.

 

Seule exception à cette règle : si le chien souffre d’une irritation rebelle dans la région de la queue, provenant d’une queue mal amputée.  Mais, dans ce cas-là, d’autres réactions, plus spécifiques, sont censées se produire, comme traîner son arrière-train sur le sol ou se mordiller la région de la queue.

 

 

Source : Le chien révélé de Desmond Morris

02/12/2012

5 conseils pour votre chien en hiver

 

Vague de froid : 5 conseils pour protéger votre chien en hiver

 

Club canin, les baraques, Waterloo, photo, concours, chien, animaux, détente, st-Hubert, 4b,urcsh, éducation, obéissance, agility, défense, clicker training, flyball, rendez-vous, LA référence à Waterloo, 5c

 

 

 

Alors qu’une vague de froid traverse la France et nous annonce un hiver des plus rudes, il est temps de penser à nos chiens, qui, contrairement à nous, ne portent pas de vêtements chauds. A moins que vous ne soyez adeptes des manteaux pour chien !

 

Alors pour que votre chien ne souffre pas du froid ni de la rigueur de l’hiver, voici quelques conseils pour le garder en pleine forme.

 

Ne pas couper les griffes

 

Des griffes longues n’aideront pas votre chien à avancer sur un sol verglacé. Au contraire, les pertes d’équilibre n’en seront que plus nombreuses (essayez donc d’avancer en talons aiguille sur un trottoir gelé).

 

Pensez également à bien dégager les poils entre les doigts des pattes pour laisser ses coussinets être au maximum en contact avec le sol, et éviter les amas de neige sur les poils des pattes.

 

Passez du métal au plastique

 

Si votre chien doit aller à l’extérieur ou au garage pour boire dans sa gamelle, préférez celles en plastique. En effet dans le plastique, l’eau gèle moins vite que dans le métal.

 

Plus de protéines

 

Même si les chiens font généralement moins de sorties en hiver (notamment car vous le sortez moins longtemps), ils ont besoin de plus de protéines pendant les mois froids. Vérifiez bien la composition de votre nourriture pour chien et préférez celle enrichie en protéines.

 

Hydratez les coussinets

 

L’air sec et le froid abiment les coussinets du chien. Ainsi il est important d’appliquer un soin protecteur et hydratant sur ses coussinets, et sur sa truffe si besoin est. Nous avons nos parties sensibles comme les lèvres et les mains, les chiens en ont aussi !

 

Evitez la coupe courte

 

L’hiver est l’occasion de faire des économies de toiletteur. Puisque le pelage est la première protection du chien contre le froid, autant le laisser foisonner en hiver. Cela ne vous empêche pas de vous rendre chez votre toiletteur pour un bain après avoir laissé Médor batifoler dans la neige !

Attention ces conseils ne remplacent pas une visite chez votre vétérinaire.

http://wamiz.com/chiens/conseil/le-chien-et-l-hiver-5-gestes-pour-l-entretenir-1031.html

 

16/02/2012

Race de chien : Airedale Terrier

Airedale Terrier

 

 

Club canin, les baraques, Waterloo, photo, concours, chien, animaux, détente, st-Hubert, 4b,urcsh, éducation, obéissance, agility, défense, clicker training, flyball, rendez-vous, LA référence à Waterloo, 5c

 

 

Origine : Angleterre
Aptitudes particulières : Chien de compagnie, de chasse (courant/recherche ou déterrage).

Espérance de vie : 11.2 ans
Taille mâle : 58.00 cm à 61.00 cm
Taille femelle : 56.00 cm à 59.00 cm
Poids mâle : 18.00 kg à 22.00 kg
Poids femelle : 17.00 kg à 20.00 kg

Standard FCI (Europe et divers) : Standard No 7 - Groupe 3
Standard AKC (Etats-Unis) : reconnu




Historique


Il était nécessaire aux chasseurs de loutres britanniques d'avoir un chien adapté à cette chasse particulière. En croisant l'Otterhound avec le Old Rough-coated Working-Terrier, puis en rajoutant du sang de Bull-Terrier, ils obtinrent l'Airedale-Terrier.
Il fut vite reconnu par le Kennel Club, c'est à dire en 1886. La France l'adopta entre les 2 guerres.


Caractère/Mouvement


Caractéristiques : Chien à l'expression vive, rapide en action, toujours sur le qui- vive au moindre mouvement. L'expression des yeux, le port des oreilles et de la queue révèlent et dénotent le caractère.
Tempérament : Sociable et confiant amical, courageux et intelligent. En éveil à tout moment, pas agressif mais intrépide,


Physique

 

Le plus grand des terriers. Chien musclé, actif, assez cob, qui ne donne pas la moindre impression d'être haut sur pattes ni d'avoir le corps exagérément long.
TETE :
Exempte de rides. Tête bien proportionnée, sans différence apparente dans la longueur entre le crâne et le chanfrein.
REGION CRANIENNE :
Crâne : Long et plat, pas trop large entre les oreilles ; il se rétrécit légèrement en allant vers les yeux.
Stop : A peine visible.
REGION FACIALE :
Truffe : Noire.
Museau : Bien rempli devant les yeux ; il n'est pas creux et ne tombe pas brusquement sous les yeux, mais de délicates ciselures évitent l'aspect cunéiforme et la tête commune.
Lèvres : Serrées.
Mâchoires/Dents : Les mâchoires supérieure et inférieure sont hautes, puissantes, fortes et musclées, car la force du museau est très recherchée. Les mâchoires ne doivent pas être développées à l'excès au point de donner un aspect arrondi ou saillant aux joues, car les joues chargées sont à éviter. Dents fortes. On préfère l'articulé en ciseaux, c'est-à-dire que les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit et sont implantées à l'aplomb des mâchoires. Les mâchoires qui se referment comme un étau sont admises. Le prognathisme supérieur ou inférieur est un défaut.
Joues : Plates et non pas rondes.
Yeux : De couleur foncée, petits, non proéminents, pleins de l'expression « terrier », de vivacité et d'intelligence. L'œil clair ou l'œil saillant est à proscrire.
Oreilles : En forme de V et portées sur le côté, petites, mais pas disproportionnées par rapport à la taille du chien. La ligne supérieure de l'oreille pliée est légèrement au dessus du niveau du crâne. L'oreille pendante ou l'oreille attachée trop haut est un défaut.
COU :
Sa ligne est pure ; il est musclé, de longueur et d'épaisseur moyenne ; il s'élargit graduellement vers les épaules ; il est exempt de fanon.
CORPS :
Dos : Court, fort, droit et de niveau, sans signe de fléchissement.
Rein : Musclé. Chez un chien au rein court et à la poitrine bien garnie de côtes, il y a peu d'espace entre les dernières côtes et les hanches. Quand le chien a le rein long, cette région a tendance à être peu soutenue.
Poitrine : Bien descendue (approximativement au niveau des coudes), mais elle n'est pas large. Côtes bien cintrées.
QUEUE :
Attachée haut et portée gaiement, mais pas enroulée sur le dos. Doit avoir suffisamment de force et de substance. Elle est habituellement écourtée. Son extrémité est approximativement au niveau du sommet du crâne.
MEMBRES :
AVANT-MAIN :
Les antérieurs sont parfaitement droits avec une bonne ossature.
Epaules : Longues, obliques, bien inclinées en arrière. Les omoplates sont plates.
Coudes : Dans l'axe du corps. Ils jouent librement sans être gênés par les côtes.
ARRIERE-MAIN :
Cuisse : Longue et puissante.
Grasset : Bien angulé, tourné ni en dedans ni en dehors.
Jambes : Musclées.
Jarrets : Bien descendus. Vus de derrière, ils sont parallèles.
PIEDS :
Petits, ronds et serrés, avec des coussinets bien épais et des doigts modérément cambrés qui ne sont ni tournés vers l'intérieur ni tournés vers l'extérieur.
ALLURES :
Les membres se portent droit devant. Les antérieurs se meuvent sans contrainte, parallèlement aux côtés. Vus de face, les membres antérieurs sont dans le prolongement de la ligne droite du devant, l'écartement des pieds étant égal à celui des coudes. La puissance de propulsion est fournie par les membres postérieurs.
ROBE
POIL :
Dur, dense et « fil de fer », pas long au point de paraître hirsute.
Le poil est couché, droit et serré, couvrant le corps et les membres. Le poil de couverture est dur, « fil de fer » et raide. Le sous-poil est plus court et doux. Les poils les plus durs sont gaufrés ou à peine ondulés.
Le poil bouclé ou mou est un grave défaut.
COULEUR :
Le manteau est noir ou grisonné de même que le sommet du cou et la région supérieure de la queue. Toutes les autres régions sont couleur feu. Les oreilles sont souvent d'un feu plus foncé et des charbonnures peuvent apparaître autour du cou et sur les côtés du crâne. On admet quelques poils blancs entre les membres antérieurs.


Défauts


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.
NB : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

 

Sources : http://www.fci.be/nomenclature.aspx

 

14/02/2012

Race de chien : Affenpinscher

Affenpinscher

 

Club canin, les baraques, Waterloo, photo, concours, chien, animaux, détente, st-Hubert, 4b,urcsh, éducation, obéissance, agility, défense, clicker training, flyball, rendez-vous, LA référence à Waterloo, 5c

 

Origine : Allemagne
Aptitudes particulières : Chien de compagnie, de garde/défense, Chien d'intérieur.

Espérance de vie : 14.5 ans
Taille mâle :
25.00 cm à 29.00 cm

Taille femelle :
24.00 cm à 28.00 cm
Poids mâle :
3.00 kg à 4.00 kg
Poids femelle :
3.00 kg à 3.50 kg

Standard FCI (Europe et divers) : Standard No 186 - Groupe 2
Standard AKC (Etats-Unis) : reconnu


Historique


Apparenté aux Griffons Belges qui en descendent peut-être. On retrouve des chiens semblables sur des tableaux des XV, et XVII siècles, notamment de Jean van Eyck et Albert Dürer.
Dans les races belges, le museau a totalement disparu, de sorte que le nez se trouve presque à plat contre la tête, mais chez l'Affenpinscher le museau est resté normal.
Anciennement chien de famille dans le sud de l'Allemagne. Albrecht Dürer (1471-1528) a représenté les ancêtres de ces chiens sur ses gravures en bois. Les premières inscriptions d'Affenpinschers remontent à l'année 1879. Ces chiens nains très appréciés au début du 20ème siècle ont été développés à partir des Pinschers à poil dur. La couronne de poil qui encadre sa tête souligne son expression simiesque. La couleur allait d'unicolore jaunâtre, rougeâtre ou blanc-grisâtre à gris foncé, ou noir-grisâtre à
noir pur.


Utilisation


Chien de famille et d'accompagnement.


Caractère/Mouvement


Intrépide, attentif, tenace et fidèle, parfois passionné et emporté. Dans son essence c'est un chien de famille agréable.


Physique


ASPECT GENERAL :
L'Affenpinscher est un chien de petit format, compact, à poil dur ; sa face a une expression simiesque.
PROPORTIONS IMPORTANTES :
• Le rapport entre la longueur du corps et la hauteur au garrot doit autant que possible donner l'impression d'un chien inscriptible dans le carré.
TETE
REGION CRANIENNE :
Crâne : Plutôt rond qu'allongé, en total pas trop lourd, fortement bombé avec un front nettement dessiné.
Stop : Accentué.
REGION FACIALE :
Truffe: Ronde, pleine et noire.
Museau : Court et droit (pas retroussé). Le chanfrein est droit.
Lèvres : Bien appliquées aux mâchoires, de couleur noire.
Mâchoires/dents : Denture complète (42 dents) avec des dents d'un blanc pur. La mandibule, qui est légèrement recourbée vers le haut, dépasse le maxillaire.
Les incisives d'une denture saine sont régulièrement implantées et forment une ligne légèrement arrondie. Quand la gueule est fermée, les canines et les incisives ne doivent pas être visibles ; de même, quand la gueule est fermée, l'Affen pinscher nedoit pas montrer la langue. L'absence de 2 PM1, PM2 ou PM3, respectivement l'absence de deux dents de ces trois catégories est toléré.
Yeux : Foncés, plutôt arrondis et en boule ; les bords des paupières pigmentés de noir épousent bien la forme du globe oculaire et sont encadrés par une couronne de poils raides.
Oreilles : Attachées haut, pointant symétriquement vers l'avant, en forme de « V », les bords internes des oreilles étant accolés à la tête. Oreilles droites, petites, dressées symétriquement et aussi verticalement que possible.
COU :
Droit, plutôt court, fermement implanté, solide ; la peau de la gorge est bien appliquée et ne forme pas de plis.
CORPS :
Solide, carré, compact.
Ligne du dessus : Depuis le garrot légèrement en pente vers l'arrière, formant une ligne presque droite.
Garrot : Il constitue le point le plus haut du dessus.
Dos : Fort, court et ferme.
Rein : Court et solide ; la distance entre le dernier arc costal et la hanche est courte, de sorte que le chien apparaît ramassé.
Croupe : Courte, elle se fond imperceptiblement en léger arrondi dans la racine de la queue.
Poitrine : Légèrement aplatie sur les faces latérales, de largeur modérée, elle descend plus bas que le niveau des coudes.
Ligne du dessous et ventre : Modérément relevé ; la ligne du dessous est presque parallèle à la ligne du dessus (du garrot à l'attache de la queue).
QUEUE :
Queue naturelle.
MEMBRES ANTERIEURS :
Généralités : Les antérieurs sont solides, droits, parallèles et pas serrés.
Epaules : Bien musclées. L'omoplate est longue, oblique (formant un angle d'environ 45° avec l'horizontale) et appliquée à plat.
Bras : Bien au corps, solide et musclé.
Coude : Correctement appliqués, tournés ni en dedans ni en dehors.
Avant-bras : Fortement développé, droit vu de tous les côtés.
Carpe : Solide et fort.
Métacarpe : Vu de face vertical, vu de profil légèrement incliné par rapport au sol, fortement développé et musclé.
Pieds antérieurs : Courts et ronds ; les doigts sont serrés et cambrés (pieds de chat), les coussinets résistants, les ongles courts, noirs et solides.
MEMBRES POSTERIEURS :
Généralités : Vus de profil, les postérieurs sont obliques et modérément angulés ; vus de derrière ils sont parallèles.
Cuisse : Fortement musclée, large.
Grasset : Tourné ni en dedans ni en dehors.
Jambe : Longue et solide.
Jarret : Modérément coudé.
Métatarse : Vertical par rapport au sol.
Pieds postérieurs : Un peu plus longs que les antérieurs ; les doigts sont serrés et cambrés, les ongles courts et noirs.
ALLURES :
Démarche trottinante, dégagée et coulante ; la poussée des postérieurs est modérée. Vu de devant et de derrière, le mouvement est droit et parallèle.
PEAU :
Bien appliquée sur tout le corps.
ROBE
POIL :
Sur le corps, le poil doit être dur et bien fourni. Sur la tête il forme la parure caractéristique composée de sourcils en piquants broussailleux, d'un encadrement en couronne des yeux, d'une barbe imposante, d'un toupet et de favoris. En tête, le poil doit être le plus raide possible, en mèches qui se dressent radialement. Ces particularités sont essentielles pour produire l'expression simiesque.
COULEUR :
Noir pur avec sous-poil noir.


Défauts


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.
En particulier :
• Constitution générale lourde ou légère, sujet haut ou bas sur pattes.
• Yeux clairs.
• Oreilles attachées bas ou très longues, oreilles portées différemment l'une de l'autre.
• Oreilles flottantes.
• Dos trop long ou peu soutenu.
• Dos carpé.
• Croupe avalée.
• Racine de la queue inclinée en direction de la tête.
• Postérieurs trop fortement coudés, en tonneau.
• Pieds allongés.
• Poil court, mou, ondulé, broussailleux, soyeux, tacheté ou de couleur blanche.
• Taille inférieure ou dépassant de
1 cm les normes indiquées par le standard
DEFAUTS GRAVES
• Caractère sexuel insuffisant (p.ex. femelle de type masculin).
• Ossature trop fine.
• Museau retroussé comme chez un griffon, ou trop long.
• Prognathisme inférieur trop développé, articulé en pince.
• Yeux globuleux.
• Coudes tournés en dehors.
• Jarrets tournés en dedans.
• Taille inférieure ou dépassant de plus d'un cm et de moins de
2 cm les normes indiquées par le standard.
DEFAUTS ELIMINATOIRES
• Comportement peureux ou agressif.
• Toute malformation.
• Sujet insuffisamment typé.
• Défauts graves d'ensembles touchant la constitution, le poil ou la couleur.
• Défauts d'articulé comme articulé en ciseaux ou déviation de l'arcade incisive.
• Taille inférieure ou dépassant de plus de
2 cm les normes indiquées dans le standard.
N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.



Sources : http://www.fci.be/nomenclature.aspx

 

13/11/2011

Prévention des morsures de chien

Prévention des morsures - Conseils pour adultes, enfants

et propriétaires de chiens

Pour les parents

Ne laissez jamais un chien sans surveillance avec un enfant de moins de 10 ans.

Les enfants peuvent sans le faire exprès l' énerver ou lui faire mal. Ils

n'interprètent pas toujours corrèctement ses menaces. Un accident peut aussi

arriver avec un "gentil" chien.

Pour les enfants

A la maison

Ne dérange jamais un chien qui mange ou qui se trouve à sa place.

Si tu veux caresser ou jouer avec ton chien, appelle-le, il doit venir vers toi.

Dans la rue

Si tu veux caresser un chien, demande d'abord la permission à son

propriétaire. Sois préparé à ce qu'il te dise:" Non, tu ne le peux pas".

Ne va jamais vers un chien qui est seul derrière une barrière ou attaché devant

un magasin.

Quand tu rencontres un chien: ne cours pas, ne crie pas, ne fais pas de

mouvements brusques même si le chien est en laisse. Cela peut lui faire peur ou

l'exciter s'il n'est pas habitué aux enfants. Si tu es à vélo, en rollers ou en

trottinette et que tu vois un chien, essaye de passer lentement à distance pour

ne pas le surprendre ou l'effrayer. Si ce n'est pas possible, passe à pied à còté

de lui.

N'essaye jamais de t'enfuir, le chien est plus rapide que toi!

Pour les enfants et les adultes

Ces conseils peuvent vous aider si vous avez peur des chiens ou si un chien vous

menace dirèctement ou vous agresse:

Restez debout sur place ou partez lentement, ne criez pas.

Respirez profondément, laissez les bras pendre le long du corps, baissez les

épaules: les mouvements et les cris excitent encore plus le chien.

Ne regardez pas le chien dans les yeux, détournez le regard: fixer le regard d'un

chien peut être pris comme une menace ou une provocation et favoriser

l'agression.

Laissez tomber ce que vous avez dans les mains, c'est peut-être ce qui intéresse

le chien.

Dites au propriétaire que vous avez peur.

Si vous tombez par terre, roulez en boule, protégez-vous le visage et la nuque

avec les bras et les mains.

Pour les propriétaires de chiens

N'oubliez pas que certaines personnes ont peur des chiens!

Soyez conscients de votre responsablité en tant que propriétaire de chien:

prenez part aux classes de chiots et aux cours d'éducation. Eduquez votre chien

et entraînez-vous régulièrement.

Tenez votre chien en laisse dans les lieux publics pour ne pas déranger.

Quand vous croisez des joggers, des vélos, des enfants ou des personnes âgées,

rappelez votre chien et tenez-le en laisse si nécessaire.

Si votre chien aboie ou agresse quelqu'un:

rappelez-le de suite, tenez-le

éloigné de la victime, aidez-la et donnez votre nom et adresse.

Prenez toujours au sérieux chaque grognement ou morsure même à

l'encontre d'un membre de la famille!

Dans ce cas, prenez contact avec un(e) vétérinaire comportementaliste pour

établir le risque de dangerosité de votre chien et pour trouver des solutions.

Prenez entre- temps toutes les mesures de sécurité nécessaires pour éviter un

nouvel incident.

Texte: I. Hengrave Burri, L. Hornisberger, T. Lentze, Traduction: Stella Peppler

06/11/2011

Quelques idées fausses

IDEES FAUSSES

Voici quelques-unes de ces "idées fausses", commentées, pour vous permettre de mieux comprendre et soigner votre chien.

Plonger le nez du chiot dans ses déjections l’aidera à devenir propre…
FAUX! Premier exemple d’anthropomorphisme! Ce qui vous paraît sale et désagréable, ne l’est pas forcément pour votre animal, bien au contraire! Les chiens aiment renifler l’urine de leurs congénères pour obtenir des informations sur leur identité. A l’état naturel, il est même fréquent que le jeune chiot mange ses propres selles! Ce qui vous semble être une sanction, ne l’est donc pas pour votre animal…

Mieux vaut laisser les croquettes en libre-service…
FAUX! Votre chien n’est pas un chat! Contrairement à ce dernier, il régule beaucoup moins bien ses prises alimentaires et aura tendance à manger avec excès et en continu. C’est donc l’obésité qui le guette. Il est donc préférable de lui donner un à deux repas par jour, à heures fixes…

Un petit carré de chocolat ne peut pas lui faire de mal…
FAUX! S’il est bien une erreur à ne pas commettre, c’est de donner du chocolat à votre animal, chien ou chat d’ailleurs. Gardez à l’esprit que le chocolat, et plus précisément le cacao, est un véritable poison pour nos compagnons à quatre pattes. Quelques carrés de chocolat peuvent suffire pour entraîner, au mieux des troubles digestifs, au pire des troubles cardiaques pouvant provoquer la mort de votre animal. Oubliez donc vite ce rituel dangereux!

La chienne sera en meilleure santé si elle a une portée…
FAUX! Cette idée largement répandue tient là encore de notre fâcheuse tendance à attribuer à l’animal des comportements et désirs humains. Il n’existe pas, chez la chienne, de ”désir d’enfant”, la stérilisation ne sera donc pas vécue comme une épreuve. Au contraire, elle soulagera la chienne d’une série de troubles hormonaux souvent mal supportés.

Il est inutile de continuer à vacciner un vieux chien…
FAUX! Ce n’est pas parce que votre animal se fait vieux et commence à préférer son bon gros coussin aux ballades en forêt qu’il ne faut plus le vacciner. Au contraire, le troisième âge est une période à risque chez le chien, son organisme se défendant beaucoup moins bien contre les microbes. D’autant plus qu’il n’est pas nécessaire que votre chien sorte ou soit en contact avec d’autres animaux pour être contaminé, vos semelles de chaussures peuvent suffire à ramener des bactéries de l’extérieur!

Un chien doit être vermifugé 1 à 2 fois par an…
FAUX! Vous devez vermifuger votre compagnon au moins 4 fois par an, et ce quel que soit l’environnement dans lequel vous vivez! Votre chien peut être contaminé sans aucun signe apparent, il est donc important de le traiter régulièrement.

Le chien accélère la cicatrisation de ses plaies en les léchant…
FAUX! La salive du chien ne possède aucune vertu antiseptique ou cicatrisante ! En léchant une plaie, le chien risque au contraire de l’infecter davantage et d’entretenir l’inflammation en ne permettant pas à la plaie de sécher et donc aux tissus de se rassembler.

Tous les chiens ont un flair extraordinaire…
FAUX! Même s’il est vrai que la race canine en général est dotée d’un bon flair, tous les chiens n’ont pas la capacité de renifler les truffes! En effet, les races au nez long et fin ont une sensibilité olfactive nettement supérieure aux races dont le nez est ”écrasé”. Ainsi, le berger allemand dispose d’un bien meilleur flair que le cocker…

Un collier antiparasitaire suffit à protéger le chien des puces…
FAUX! Même performant, un produit ne conservera pas une efficacité optimale pendant une longue période, surtout si l’environnement de l’animal est fortement infesté. Il est donc nécessaire de traiter régulièrement tous les animaux de la maison à l’aide d’un produit en spray ou en pipette, mais également les pièces fréquentées par l’animal.

Certaines races de chiens sont plus dangereuses que d’autres…
FAUX! La vérité est que certaines races de chiens ont plus de puissance physique que d’autres, ce qui les rend inévitablement plus dangereuses en cas de comportement agressif. Néanmoins, l’agressivité n’est pas le propre d’une race en particulier, mais des conditions d’élevage et d’éducation dispensées par le maître.
D’où la nécessité de ne pas laisser n’importe quel type de chiens entre des mains inexpérimentées.

Mélina Hoffmann

 

18/09/2011

Le flyball

 

LE FLYBALL

 

 

 

Tout comme l'Agility, le Flyball est une activité ludique qui associe jeu et sport, tout en favorisant une très grande complicité entre le maître et son chien. D'un point de vue éducatif, le Flyball permet le développement des aptitudes aux techniques de l'en-avant, du rapport d'objet, de la vitesse de course, du saut, du rappel et de la sociabilité.

 

Le principe du Flyball est simple : le chien effectue seul un parcours rectiligne composé d'une série de 4 haies au bout duquel est positionné une boîte (le lanceur) comportant une pédale sur laquelle il doit appuyer, déclenchant ainsi l'éjection d'une balle qu'il rattrape au vol et rapporte à son maître en sautant les mêmes 4 haies en sens inverse.

 

Les compétitions existant dans plusieurs pays se déroulent sous la forme d'un relais où deux équipes de 4 chiens + 4 maîtres s'affrontent sur 2 lignes de parcours parallèles. L'équipe victorieuse est celle qui a ramené toutes les balles sans la moindre faute dans le temps le plus court. Ce même temps sert de référence à ladite équipe pour son classement régional ou national, constamment évolutif, permettant ainsi l'attribution des divers titres homologués dans sa propre division.
Ce jeu spectaculaire est une véritable épreuve de vitesse très appréciée de tous les chiens suffisamment motivés par la balle : les meilleures équipes mettent généralement moins de 20 secondes pour réaliser le parcours. L'actuel record du monde est de 15,54 secondes (19 juillet 2003 - USA) pour l'aller-retour des 4 chiens !!!
A la différence de l'Agility, le maître n'a pas besoin de courir aux côtés de son chien, ce qui rend ce sport accessible aux personnes âgées et aux handicapés.
Le Flyball permet donc au maître d'améliorer la relation qu'il entretient avec son chien en lui donnant l'occasion de faire un minimum d'exercice physique. Il s'agit d'une activité ludique sympathique et amusante, facilement praticable en milieu urbain.

 

HISTORIQUE ET DEVELOPPEMENT DU FLYBALL DANS LE MONDE
Le Flyball a été inventé à la fin des années 70 sur les bases de son ancêtre canadien le « scent hurdle », discipline où une équipe de 4 chiens en relais devait sauter 4 haies, retrouver chacun leur propre apportable préalablement positionné sur une table au sol et le ramener à leur propriétaire dans un temps record.
La légende prête à Herbert Wagner la réalisation de la première démonstration du véritable Flyball, lors du Johnny Carson Show, en Californie, devant la télévision américaine et…des millions de téléspectateurs !…
Dès le début des années 80, ce sport devient très populaire et des compétitions officielles s'organisent un peu partout en Amérique du Nord. En 1985, les représentants de 12 équipes situées dans la région des Grands Lacs nord-américains, de Détroit (Michigan USA) à Toronto (Ontario CANADA), fondent une organisation chargée de structurer la discipline et d'étudier son développement, la North American Flyball Association (N.A.F.A.). Elle compte à l'heure actuelle plus de 400 clubs enregistrés pour 5000 membres avec plus de 9000 chiens inscrits, et représente toujours la référence mondiale du Flyball.
En Grande-Bretagne, ce sport met plus de temps à se développer malgré les superbes démonstrations organisées durant la Crufts. La première compétition n'a lieu qu'en 1991, et ce n'est seulement qu'en 1993 que la British Flyball Association est fondée sur le modèle de la N.A.F.A. Elle a pour objectif comme son aînée d'établir un règlement et de patronner l'ensemble des compétitions officielles.
Alors qu'en France seules quelques très rares initiatives isolées sont à signaler, le Flyball connaît un essor aujourd'hui clairement structuré dans plusieurs pays, notamment aux USA/Canada (North American Flyball Association), en Angleterre (British Flyball Association), en Belgique (Belgische Flyball Belge) et en Australie (Australian Flyball Association). Plusieurs autres pays sont sur la même voie : l'Italie, les Pays-Bas, l'Allemagne et même le Japon, l'Afrique du Sud, la Corée ou la Pologne.

 

Video Flyball

17/04/2011

Condensé des lois les plus idiotes concernant votre toutou.

 

Voici un condensé des lois les plus idiotes concernant votre toutou.

Au Colorado, la fourrière doit prévenir les chiens de leur futur enlèvement en placardant un avis sur les arbres situés dans le parc de la ville et le long de la voie publique qui mène à ce parc et cela, pendant trois jours durant.

A Ventury County, en Californie, les chats et les chiens ne sont pas autorisés à avoir des relations sexuelles sans permis.

En Alaska, il est interdit d'attacher son chien sur le toit d'une voiture.

Dans le Lancashire, vous ne pouvez sous aucun prétexte inciter votre chien à aboyer si vous êtes arrêté devant le front de mer.

En Californie, les chiens ne peuvent pas s'accoupler à moins de
500 mètres d'une église, d'une taverne ou d'une école.

A Londres, il est interdit de transporter un chien enragé dans un taxi.

A Boulder, au Colorado, il est illégal de "posséder" un animal de compagnie. Juridiquement parlant, il n'y a pas de "maîtres", il n'y a que des "nourrices pour animaux de compagnie".

A Palding, en Ohio, les policiers peuvent mordre un chien pour le calmer.

Les chiens et les chats ne peuvent pas se battre en Caroline du Nord.

A Turin, les propriétaires de chien peuvent avoir de lourdes amendes s'ils ne promènent pas leur chien au moins trois fois par jour.

En Iran, il est illégal de posséder un chien comme animal de compagnie. Mais un chien de garde ou pour la chasse est autorisé.

Dé.L.

 

20/02/2011

Quelques règles à respecter

On ne le répètera jamais assez, quelques petites règles de base pour mieux vous aider tout au long de la cohabitation avec votre chien.

L'arrivée du chien à la maison

En général, c'est très tôt qu'il faut donner de bonnes habitudes à son chien et l'éducation canine est la meilleure chose qui puisse arriver à votre chien

 

En effet au départ il est tout petit, et on le laisse faire un peu tout ce qu'il veut. C'est un tort car il prend très vite de mauvaises habitudes. Sachez que le petit bouvier bernois qui monte sur le canapé fera bientôt 70 kg, il faut penser tout de suite aux situations futures. Tout d'abord il faut déterminer la place qu'il occupera dans la maison. Evitez les endroits où vous vivez le plus souvent, c'est à dire le salon, la cuisine ou la salle à manger. Un endroit d'où il peut apercevoir les différentes pièces de la maison, me semble tout à fait approprié. Le chien ne se sentira pas plus heureux s’il dort dans votre chambre ou pire encore sur votre lit. Le lit, le canapé sont réservés aux dominants, c'est à dire vous, et c'est là que l'éducation peut commencer. Il est sûr que si le chiot n'a que quelques semaines, il risque fort de pleurer la nuit , mais cela ne dure pas très longtemps en général, mettez lui un tee-shirt avec votre odeur, ceci devrait suffire à le rassurer. N'oubliez pas quelques jouets à mettre dans son panier. Et ne pensez surtout pas que le fait de supprimer la gamelle d'eau le soir évitera les petits pipis la nuit, l'eau doit être disponible en permanence.

 

La propreté du chiot

 

Le chien est naturellement propre, et le pipi dehors est une chose qu'il assimile très vite ; il est clair qu'il y aura de nombreux accidents au départ, mais c'est à vous de lui faire comprendre où il doit faire ses besoins. Le chien ne peut pas devenir propre du jour au lendemain en sortant seulement 3 fois par jour, il faut le sortir le plus souvent possible, sa vessie n'étant pas encore totalement développée, et n'oubliez pas de le féliciter à chaque fois qu'il fera dehors. Il y a cependant la méthode du journal, qui n'est pas une solution en soi ; je préfère de loin qu'il apprenne, dès son plus jeune âge, à faire ses besoins dehors et non sur un bout de journal devant la porte, surtout si vous résidez en appartement au 6ème étage. Le chien devra être sorti après chaque repas, chaque réveil, ou après chaque séance de jeux. Si le chien s'oublie dans la maison, il est strictement inutile de lui mettre le museau dedans, ceci est une pratique du Moyen-Âge totalement inutile, la première chose à savoir, c'est qu'il faut le prendre sur le fait, afin de pouvoir le gronder ; de cette manière on pourra le secouer par le cou en le grondant, et le mettre dehors dans les secondes qui suivent. Ne criez pas sur votre chiot non plus lorsque vous le surprenez en train d'uriner, le fait de hurler sur celui-ci, ne rendrait les choses encore que plus difficiles. Votre chiot penserait qu'il n'a pas le droit d'uriner en votre présence, même s'il se trouve dehors. Le mieux est de lui dire « NON » sur un ton ferme et de le placer à l'extérieur, où il a l'habitude de faire ses besoins. Si par chance, votre chiot se soulage à ce moment même, ne manquez pas de le féliciter chaleureusement, de cette manière il comprendra très vite la propreté. De même si vous rentrez chez vous et que vous découvrez un pipi, ne ramassez pas devant le chien, il risquerait de prendre ça pour un jeu ; ne lavez surtout pas à l'eau de javel, qui, pour le chien, a une odeur proche de celle de l'urine, le vinaigre blanc est très efficace pour enlever les odeurs d'urine. Une petite astuce, pour savoir si le chien a envie de sortir, à chaque sortie et promenade, faites-le asseoir devant la porte, il assimilera le fait que la porte s'ouvre à chaque fois qu'il s'assoit devant, de cette manière votre chien pourra vous faire savoir à quel moment il a envie de sortir. Si votre chiot mange ses crottes, ce n'est pas signe qu'il a peur de se faire disputer comme bien des gens le pensent, regardez plutôt du coté de l'alimentation, les exhausteurs de goûts ajoutés aux croquettes se retrouvent dans les selles, et attirent les jeunes, qui n'hésitent pas à avaler leurs excréments.

 

Si pour une raison ou une autre vous devez utiliser la méthode du journal, je vous conseille de placer un sac plastique sous le papier journal, il faudra également, utiliser une feuille légèrement souillée à chaque fois que vous changez le papier, de cette façon les odeurs d'urine seront toujours présentes, et le chiot saura instinctivement ou il doit faire ses besoins. Si votre chiot a vraiment du mal à devenir propre, il vous reste encore une solution, sortez votre compagnon en laisse même si vous possédez un jardin, et emmenez le directement à l'endroit où il à l'habitude d'uriner. L'urine du chien est composée de phéromones, même si un chien vient d'uriner à l'instant il y a fort à parier qu'il urinera de nouveau en reniflant cette odeur. Maintenez votre chiot en laisse à cet endroit précis, quand il aura exploré cet endroit de fond en comble, il ne pensera alors plus qu'à uriner, et non à batifoler dans tout le jardin. En dernier recours vous pouvez également déposer la gamelle de votre chiot à l'endroit de la maison ou il a l'habitude d'uriner. En effet le chien ne souillant jamais l'endroit où il mange, cela pourra peut être déclencher la propreté, au pire il ira faire ses besoins à un autre endroit, à vous de le surveiller ensuite, pour que ce nouvel endroit se trouve à l'extérieur.

 

Une méthode qui a fait ses preuves pour la propreté, est de mettre le chiot en cage ; cette méthode peut vous paraître cruelle, mais sachez qu'il n'en est rien ; le chiot se sent en sécurité dans un endroit restreint, et comme il ne souille jamais l'endroit où il mange et celui où il dort, vous êtes sûr du résultat. Pour habituer le chiot à la cage, vous pouvez placer un biscuit pour chien à l'intérieur de celle-ci, et le féliciter quand il y rentre. Ne refermez pas la porte immédiatement sous peine de l'effrayer, laissez-le explorer sa nouvelle demeure, invitez-le à en sortir en l'appelant par son nom et félicitez le chaleureusement quand il en sort. Replacez ensuite un autre biscuit à l'intérieur avec quelques-uns de ses jouets habituels, afin qu'il y retourne de lui-même, de cette manière votre chiot ne prendra pas le fait d'être enfermé pour une punition. Ne vous servez jamais de la cage pour punir ou sanctionner votre chiot, sa cage doit rester un endroit ou il se sent bien et en sécurité. Après un repas, sortez votre chiot de sa cage dès qu'il gémit et conduisez-le au coin toilette, c'est certainement ce qu'il essaye de vous faire comprendre. La nuit si le chiot dort dans la cage, sortez le dès qu'il se plaint et mettez-le dehors afin qu'il puisse faire ses besoins ; s'il continue ensuite à se plaindre ignorez-le. N'abusez pas non plus de cette cage, à cet âge là, le chiot ne doit pas rester enfermé plus de 3 heures dans la journée ; pour la nuit le mieux serait encore de laisser la porte ouverte afin qu'il ne soit pas obligé d'uriner là où il dort : un chiot de quelques semaines ne peut pas se retenir plus de quelques heures.

 

Non seulement le vinaigre blanc enlève les odeurs d'urine, mais évite que le chien refasse au même endroit ; évitez si possible les répulsifs!

 

 

Les règles obligatoires

Il y a certaines règles à établir entre le chien et le maître, règles à ne jamais remettre en question pour avoir une éducation parfaite. Tout d'abord le chien ne doit pas être présent pendant le repas familial, ou alors il doit se trouver dans un coin de la pièce, sans qu'à aucune reprise il ne vienne demander la moindre chose, en aucun cas ne donner de la nourriture à table, cela évitera que le chien ne vienne mendier par la suite. Les repas du chien doivent être servis au même endroit et à la même heure chaque jour ; il est préférable de ne pas varier la nourriture si vous avez opté pour un aliment sec, et si un changement de croquettes s'avère nécessaire, faite le changement progressivement, en étalant sur une quinzaine de jours. Certains préconisent le 4/4, c'est à dire 75% de croquettes habituelles et 25% de nouvelles croquettes pendant 3 jours, suivi de 50% d'anciennes et 50% de nouvelles toujours pendant 3 jours, ensuite 75-25 toujours pendant 3 jours ; ça me parait un peut trop rapide pour l'organisme canin, sachant que les croquettes sont digérées au bout de 10 voire 15 heures pour certaines marques. Je vous conseille d'ajouter la nouvelle marque de croquettes quand il vous reste encore le quart d'un paquet de 15 kilos, de cette manière l'acclimatation est vraiment progressive.

 

Certaines pièces doivent être strictement interdites à votre chien, comme la chambre ou la cuisine par exemple. Le chien doit dormir par terre ou dans sa caisse, absolument pas sur un fauteuil, un canapé ou encore pire, dans le lit. De la même manière c'est vous qui instaurez les séances de caresses ou de jeux, et pas lui, ne lui demandez pas non plus de jouer lorsqu'il est en train de dormir, le chiot obtient 50% de sa croissance par le sommeil. Essayez de contrôler aussi ses aboiements, il faut un juste milieu, il ne faut pas qu'il aboie pendant 15 minutes chaque fois que quelqu'un frappe à la porte, et d'un autre côté, le chien a le devoir de prévenir son maître, et de garder la maison

 

 

Le saviez vous????

 

L'odeur d'urine de chien est totalement neutralisée par le vinaigre blanc.

 

Le chien est le premier animal à avoir été domestiqué par l'homme. Bien que plusieurs théories sur son origine aient été avancées, il semble bien que le chien (canis familliaris) soit un descendant du loup (canis lupus).

 

La structure sociale chez le loup s'établit en 2 groupes: les mâles et les femelles.

 

Chaque groupe possède un dominant (les individus "alpha"). Chez les mâles, les conflits, bien que spectaculaires, sont très ritualisés au sein de la meute, ils finissent par la soumission du plus faible.

 

Chez les femelles, la lutte est souvent immédiate et d'une grande férocité, et peut aller jusqu'à la mort.

 

http://www.chiens-evasion.com/education.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

30/01/2011

Vrai ou Faux ?

VRAI OU FAUX?

 

1 - Le sucre rend les chiens aveugles

 

Faux


Le sucre ne rend pas les chiens aveugles mais augmente le risque de voir surgir chez le sujet habitué à des carrés de sucre à répétition le diabète. Et parmi les manifestations les plus communes du diabète, la cécité arrive en bonne place !
En fait, le plus grand risque qu'engendre la prise régulière de sucre par un chien est le surpoids ! Les sucreries sont donc à donner avec parcimonie à son chien !

2 - Le chocolat peut-être mortel pour un chien  

 

Vrai

Le chocolat contient un alcaloïde, la théobromine, qui est toxique chez le chien. A petite dose, le chien peut juste être « barbouillé », mais à forte dose, l'ingestion de chocolat peut être mortelle !
Si votre chien avale une boite de chocolat entière, courez vite chez votre vétérinaire ! Outre les troubles digestifs graves, il risque une fois que la toxine sera passée dans le sang de présenter des troubles cardiaques et nerveux irrémédiables.
Les vétérinaires insistent sur le fait qu'une tablette de
200 grammes de chocolat noir peut tuer un chien de petite race. Le chocolat au lait est plus toxique encore !

3 - Vacciner un chien âgé peut le tuer

 

Faux

Bien au contraire ! Si un chien âgé n'est pas vacciné, à la moindre confrontation avec une souche maligne, il n'aura aucune arme pour se défendre !
Son organisme plus faible du fait de l'âge a besoin d'un coup de pouce pour faire face aux maladies. Le vaccin est donc plus que jamais d'actualité !

4 - Le chien qui remue la queue est content

 

Faux

Le fait de remuer la queue démontre chez le chien d'un état d'excitation important. Cette excitation peut être due à une grande joie (quand il entend le cliquetis de la laisse par exemple signe d'un départ imminent pour la promenade, ou lorsque son maître rentre à la maison) mais aussi à une grande envie d'en découdre avec un chien sur son territoire !
Dans ce deuxième cas, le chien n'est pas spécialement content : il est plutôt hargneux !

5 - Pour qu'il soit heureux il faut varier son alimentation

 

Faux

Un chien (comme tous les carnivores d'ailleurs) n'éprouve pas de lassitude alimentaire. Si un aliment lui convient (croquettes par exemple), il est inutile d'en changer ! 
Si un chien qui renâcle à manger sa gamelle, c'est soit qu'il n'a pas faim soit qu'elle ne correspond pas à ses besoins nutritionnels (âge, taille, poids, activité).
Varier trop souvent la nourriture d'un chien peut engendrer des problèmes digestifs voire même de comportements.

6 - Un chien infirme peut devenir méchant

 

Faux

Un chien privé de l'usage d'un membre ou d'un sens va passer outre le handicap en cherchant une parade. Il s'habituera à marcher et courir sur 3 pattes, à compenser un œil défaillant en sollicitant son nez.
Jamais il ne sera tenté de s'apitoyer sur son sort et gardera sa joie de vivre envers et contre tout !

7 - La chienne ne connaît pas la ménopause

 

Vrai

Une chienne peut théoriquement avoir des petits tout au long de sa vie. Dans les faits, après l'âge de 8 ans, la chienne reste certes féconde mais les portées sont plus difficiles.
Fausses couches, accidents à la mise bas, portée réduite, chiots mort-nés deviennent plus courants au fur et à mesure que la chienne avance en âge.

8 - Un chien ne peut être lavé plus de deux fois par an

 

Faux

Un chien peut très bien être lavé autant de fois que son maître le juge nécessaire sans que cela n'affecte en rien la santé du chien. Il est par contre recommandé d'utiliser des produits spécifiques pour les chiens et non des produits types shampoing pour bébé.
L'épiderme du chien étant très fragile, un produit trop détergeant apportera des risques de grattage voire d'allergie.

9 - L'odeur de l'eau de Javel vient à bout des chiots malpropres

 

Faux

Bien au contraire, l'odeur de l'eau de Javel rappelle étrangement sous la truffe d'un chien l'odeur de l'urine canine (chlore et ammoniaque).
Pour nettoyer un endroit souillé par l'urine d'un chiot, il est fortement recommandé d'éviter l'eau de Javel et de la remplacer par de l'eau à laquelle on ajoute une petite dose de vinaigre.

10 - L'âge d'un chien multiplié par 7 équivaut à son âge humain

 

Faux

La transposition de l'âge d'un chien en âge humain dépend de sa taille.
Les spécimens de petite taille (moins de 15 kilos) atteignent ainsi l'âge respectable de 60 ans équivalent homme dans leur dixième année tandis que les grands chiens (plus de 40 kilos) atteignent le même âge en seulement 7 ans.
La règle de la multiplication par 7 généralement connue par les propriétaires de chiens est donc une moyenne peu fiable !

11 - Une chienne doit avoir au moins une fois des petits pour être équilibrée

 

Faux

En dehors des périodes de chaleurs où la chienne a d'emblée un instinct reproducteur, la chienne ne recherche aucunement la maternité !
Croire qu'une portée va épanouir un chien est une idée typiquement humaine comme celle de la variété des repas !
En stérilisant une chienne, elle ne risque aucunement de perdre sa joie de vivre ni de regretter une naissance. En fait, la stérilisation  favorisera sa survie en la protégeant du cancer de l'appareil reproducteur.

12 – La castration est le seul remède pour adoucir un chien agressif

 

Faux

Bon nombre de personnes pensent que si un chien est agressif, il faut le faire castrer. C'est totalement faux ! La castration n'influe aucunement sur le caractère belliqueux d'un chien.
Si votre chien est agressif envers ses congénères ou vous même, le meilleur remède est de prendre rendez-vous avec un vétérinaire comportementaliste ou de passer par une éducation adaptée via un club canin.

 

http://www.date-dog.com/

 

09/01/2011

Citations et proverbes sur les chiens

 

Voici quelques citations et proverbes sur les chiens

Même le pire des chiens éprouve de la pitié lors de la mise à mort de sa victime Je n'éprouve aucune pitié lorsque je tue un ennemi. Donc je ne suis pas un animal 
( Conquérant Mongol )

Un enfant ne reprochera jamais à sa mère d'être laide, un
chien ne reprochera jamais à son maître d'être pauvre.
[ Proverbe chinois ]

Un chien, quand il reçoit un caillou, cherche plus à mordre
le caillou que celui qui le lance.
[ Pacuvius ]

Le chat semble mettre un point d'honneur à ne servir à
rien, ce qui ne l'empêche pas de revendiquer au foyer une
place meilleure que celle du chien.
Ecrivain français [ Michel Tournier ]Extrait de Le miroir des idées

Si le chien est le plus méprisé des animaux, c'est que
l'homme se connaît trop bien pour pouvoir apprécier un
compagnon qui lui est si fidèle.
Philosophe roumain d'expression française [ Emil Michel Cioran ]Extrait de Carnets

J'aurai beau tricher et fermer les yeux de toutes mes
forces. Il y aura toujours un chien perdu quelque part qui
m'empêchera d'être heureuse.
Auteur dramatique français [ Jean Anouilh ]Extrait de La Sauvage

Le chien apprend à l'enfant la fidélité, la persévérance et
l'obligation de tourner trois fois sur lui-même avant de se
coucher.
[ Robert Benchley ]

Qui dort avec un chien se réveille avec des puces.
[ Proverbe grec ]

Ne chassez pas un chien sans savoir qui est son maître.
[ Proverbe chinois ]

Pour son chien, tout homme est Napoléon. D'où la grande popularité des chiens.
écrivain anglais [ Aldous Huxley ]

Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage.
Auteur dramatique français [ Molière ]Extrait de Les Femmes savantes

Sois plutôt la queue d'un lion que la tête d'un chien.
[ Le Talmud ]

Un chien pressé se souvient toujours que la ligne droite
est le plus court chemin d'un poing à un os.
[ Frédéric Dard ]

Au commencement Dieu créa l'homme et la femme. Mais
voyant leur faiblesse, il leur donna le chien.
[ Anonyme ]


Chien qui aboie ne mord pas.
[ Proverbe français ]

Le plus grand amour est l'amour d'une mère, vient ensuite
l'amour d'un chien, puis l'amour d'un amant.
[ Proverbe polonais ]

Plus je connais les hommes, plus j'aime mon chien. Plus je
connais les femmes, moins j'aime ma chienne.
Humoriste français [ Pierre Desproges ]Extrait de Vivons heureux en attendant la mort

Si un chien court après vous, sifflez-le.
Sachez contredire et vous confondrez les philosophes.
Ecrivain américain [ Henry David Thoreau ]Extrait de Journal

Le chien est l'animal le plus vigilant, bien qu'il dorme toute
la journée.
Physicien et écrivain allemand [ Georg Christoph Lichtenberg ]Extrait de Le miroir de l'âme

Des fois on a plus de contacts avec un chien pauvre
qu'avec un homme riche.
(Coluche)

Un chien affamé n'a foi qu'en la viande.
Ecrivain russe [ Anton Tchekhov ]Extrait de Calepin

Doutez, si vous voulez, de celui qui vous aime,
D'une femme ou d'un chien, mais non de l'amour même.
Ecrivain français [ Alfred de Musset ]Extrait de La coupe et les lèvres

Un ménage n'est plus un ménage lorsque c'est le chien qui
apporte les pantoufles et la femme qui aboie.
Auteur dramatique français [ Henry Bernstein ]

Qui aime un chat aime tous les chats. Qui aime son chien
n'aime pas les autres.
[ Roland Topor ]Extrait de Pense-bêtes

Un chien mord un homme, c'est un fait divers. Un homme
mord un chien, c'est un scoop.
[ Lord Beaverbrook ]

Emploie la bonté même envers l'homme malveillant : le
mieux est de fermer la gueule du chien avec une bouchée.
Poète persan [ Saadi ]Extrait de Le verger

Celui qui a des enfants vit comme un chien et meurt
comme un homme ; celui qui n'en a pas vit comme un
homme et meurt comme un chien.
[ Proverbe juif ]

Pour tous ceux qui vivent, il y a de l'espérance ; et même
un chien vivant vaut mieux qu'un lion mort.
[ La Bible ]Extrait de L'ecclésiaste


Un homme bon a honte même devant un chien.
écrivain russe [ Anton Tchekhov ]Extrait de Calepin

Un vieux chien ne doit plus aboyer, du moment qu'il n'est
plus capable de mordre.
[ Peter Veres ]Extrait de Le patriarche

L'homme est un animal qui fait des affaires. Un chien
n'échange pas son os contre celui d'un autre.
[ Sydney Smith ]

Si vous voulez un ami à Washington, offrez-vous un chien.
Président des Etats-Unis (1945-1953) [ Harry Truman ] 

Si tu aimes le chien, tu aimes aussi ses puces.
[ Proverbe mbédé ] 

Un chien qui se remue vaut mieux qu'un lion accroupi.
[ Proverbe arabe ] 

Mauvais chien ne crève jamais.
[ Proverbe grec moderne ] 

La queue du chien restera toujours tordue, même cent fois ajustée dans un moule.
Auteur panaméen [ Sahar Khalifa ] Extrait de L'impasse de Bab Essaha

Le chien ne mange pas le chien.
[ Proverbe latin ] 

Les amis intéressés ressemblent aux chiens des places publiques, qui aiment mieux les os que ceux qui les leur jettent.
[ Proverbe oriental ] 

Un homme sans ami, c'est pire qu'un chien sans abri.
[ Stephen Lawhead ] Extrait de Le chant d'Albion

Même s'il arrive à certains humains de se conduire bestialement, les chiens continuent de demeurer des bêtes.
Ecrivain et professeur d'université [ Noëlle Châtelet ] 


Quand un seul chien se met à aboyer à une ombre, dix mille chiens en font une réalité.
[ Proverbe chinois ] 

Source : http://collegepilote.unblog.fr

 

 

12/12/2010

L'ENFANT ET LE CHIEN

Le chien est un animal domestique

 

- Il a été adopté, éduqué, sélectionné   par l’homme depuis des millénaires

- grâce à ses qualités d’attention, de curiosité, de mordant, d’obéissance, de rapidité etc.

- comme compagnon d’utilité ou de travail: chien berger, de chasse, de garde, de transport, chien guide etc.

- ensuite de famille, de loisir et de sport

 

A l’origine, le chien

 

- est un animal curieux et rapide, qui suit ses instincts

- Il est  carnivore et équipé d’une gueule impressionnante pour attraper, mordre et tuer une proie pour se nourrir et nourrir les siens

- La meute est sa famille, son groupe, sa tribu fortement hiérarchisée où il a sa place bien établie

- Il aboie et mordille pour s’exprimer

- L’instinct de proie existe toujours et présente un risque mais aussi une opportunité de jeu

 

Le chien est différent de l’enfant

 

- Il s’exprime par un langage corporel:

-    droit sur ses pattes = fier ou dominant

-    presque accroupi = craintif ou soumis

-    oreilles abaissées = inquiet

-    oreilles relevées = attentif

-    queue relevée = fier ou dominant

-    ou entre les pattes = apeuré ou soumis

-    queue agitée = content ou excité

-    poil hérissé = agressif ou excité

- Il devient adulte en quelques mois

- Il  est vif mais a besoin aussi de calme

- Il vaut mieux limiter les comparaisons humaines: il a mal s’il est frappé, il est malade s’il mange trop...

 

La sécurité avant tout:

ne jamais laisser l’enfant  seul avec un chien

 

- même connu avant l’âge de raison

- A 3 ans l’enfant n’a pas le développement psychomoteur adapté au chien

- Ses gestes maladroits peuvent induire une réaction brusque ou défensive

- Sa petite taille est une faiblesse: il faut sur-élever le petit enfant et protéger sa figure

- A 5-7 ans l’enfant peut apprendre avec  l’adulte  à comprendre le comportement du chien et commencer à le respecter

 

Des consignes de sécurité pour les enfants

 

- Ne pas taper le chien, le coincer = menace

- Ne pas l’embrasser ou le serrer trop fort

- Le chien dort et mange seul: ne pas le déranger

- Ne pas approcher un chien inconnu, le caresser ou lui donner à manger sauf avec un adulte parent et avec l’accord du propriétaire

- Appeler son chien pour jouer et ne pas le forcer à venir

- Ne pas défier le chien et le regarder dans les yeux, le chien peut se sentir agressé

- Ne pas s’encourir devant un chien ou lui tendre la main s’il est excité ou agressif

- Ne plus bouger, les bras et les mains près du corps ou de la figure pour le calmer

 

L’acquisition ou l’accueil d’un chien ou chiot

 

- demande une décision après une réflexion en famille

- Le chien vit +-10-15 ans

- Il n’est pas un jouet ou un objet choisi pour sa beauté: il s’attache à une famille et ne doit pas être abandonné

- Le chien qui convient est celui qui répond à une liste de questions à se poser avec un vétérinaire ou un éducateur canin: race petite/grande, chien de famille, d’utilité ou de sport, chiot à éduquer ou chien à adopter etc.

- Il apporte une relation bénéfique à l’enfant et sera un «copain discret»

- Il a des besoins:

-    une place à lui pour boire, manger et pour se retirer ou dormir

-    de l’espace pour se dégourdir les pattes, un jardin, un parc, la campagne...

-    d’hébergement (couchage), de garde, de nourriture, de vétérinaire...

- Ceci génère des frais à bien estimer

- Il faut une organisation: qui fait quoi?

- L’enfant ne doit pas être responsable de son chien mais il se sentira valorisé de s’en occuper et prendra confiance en lui

- L’enfant est motivé à quitter sa TV ou PS et voit autre chose proche de la nature

 

Vivre avec le chien ou chiot

 

- Sa place est après l’être humain que ce soit pour dormir, manger ou sortir

- Il doit être socialisé: apprendre à vivre en famille et en société dès le plus jeune âge en le confrontant et l’habituant aux autres enfants ou personnes,  à la rue, aux autres animaux et aux divers lieux de fréquentation et de sortie...

- Il a besoin d’activité, un chien enfermé devient agressif ou déprimé

- Il aime apprendre, jouer et obéir sur base de récompenses (caresses, paroles de joie, bonbons…) et non de corrections

- Des cours d’éducation canine sont utiles pour connaître les gestes et les ordres de base et éviter les erreurs.

 

 

Cette plaquette d’information à l’attention des enfants et de leurs parents contient des principes généraux à nuancer selon le chien, l’enfant, l’adulte et les situations.

Son auteur,  Didier Goormans, vice-président du Club canin les Baraques de Waterloo a été notamment inspiré par une excellente brochure illustrée de l’O.N.E. « L’enfant et le chien » cfr one.be

 

09:56 Écrit par les baraques waterloo dans Comportement | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : club canin, les baraques, waterloo, chien, comportement, enfant, st hubert |  Facebook |

21/09/2010

Programme de l'après-midi du samedi 25 septembre

0affiche programme.jpg

19/09/2010

Portes Ouvertes le 25 septembre 2010

 

00 affiche 25 9 10.jpg

 

Vous avez encore des questions cliquez ICI

 

 

01/11/2009

témoignage d'un maître à son chien.

Aida,

 

Octobre 2009, les jours raccourcissent, le soleil fait briller les feuilles des arbres, mais ce 8 il a plu… et tu es partie.

Ton véto, qui t’adorait et qui t’avait déjà sauvée, n’a rien pu faire, la faculté non plus, la maladie a pris sa revanche.

La vie aboutit à la mort, tu t’en es allée tranquillement sans cri sans plainte comme pour t’effacer. Seul l’animal sait faire ça comme pour nous épargner nous les humains si fragiles et si sensibles.

Notre duo n’est plus et un vide s’est installé car tu remplissais ma vie, celle de ma famille et même celle de nos amis par ta présence et ta joie de vivre.

 

Tu nous a procuré tant de moments forts : des batailles pour éduquer ta forte personnalité, des jeux, des promenades et des voyages en famille, des concours d’obéissance gagnés quand tu en avais envie comme pour nous faire plaisir…

Ton plaisir à toi était de pouvoir exprimer franchement et sportivement ton mordant naturel ou ta rapidité en agilité tel ce parcours en 22 secondes contre 28 secondes  pour le meilleur score réalisé à l’entraînement!

Jamais je ne t’ai donné d’ordre agressif même pour commander une défense et tu n’as jamais agressé personne sauf pour te défendre ou pour chasser courageusement un intrus du jardin ou encore pour t’interposer entre le petit Kenzo et une charolaise menaçante.

 

Tu nous a demandé si peu en retour sauf lorsque tu étais assise devant la boîte à biscuits avec un regard insistant et lorsque tu t’agitais devant la porte en apercevant des signes de départ.

Ton regard franc et vif, ta beauté de louve et ta spontanéité nous manquent, mais tu nous a donné tant de jours heureux devenus autant de souvenirs de bonheur.

 

Aida, je t’ai, nous t’avons tant aimé et je voulais te rendre hommage pour ton exemple, qui restera impérissable dans nos mémoires.

 

Cet hommage je le dédie à tous tes compagnons à quatre pattes, qui sont ou ont été importants dans la vie et dans les souvenirs de leurs maîtres et amis : ils méritent leur respect, leurs soins et leur affection.

Ne nous offrent-ils pas ces liens précieux et sentimentaux que nous pouvons établir avec la Nature ? Je crois qu’ils en sont de dignes et nobles représentants comme toi.

Merci.

 

Didier

Aida 029 [50%] [50%]

 

 Aida 033 [50%]

21/06/2009

conseils pour les vacances

En voyage avec son chien.

 

1 : AVANT DE PARTIR

 

Les vacances sont là, et votre chien ne doit pas être oublié pour autant ! Que vous l'ameniez avec vous ou que vous le laissiez en garde, certaines précautions sont à prendre avant le départ.
Rappelez-vous qu'avoir un animal de compagnie est un engagement et ce, jusqu'à la fin de sa vie.


Les formalités

 

Bien se renseigner :
Dans un premier temps renseignez-vous bien en téléphonant directement sur votre lieu de vacances:
Votre hébergement accepte-t-il les chiens? Téléphonez directement.
Les chiens sont-ils admis sur les plages?.

 

Les formalités en France :


Si vous partez dans un département infecté de rage, en camping, en village de vacances ou en Corse, sachez que votre chien doit obligatoirement être tatoué et correctement vacciné contre la rage (voir détails ci-dessous).
Vérifiez que vous êtes en possession des documents en cours de validité (carnet de santé ou attestations du vétérinaire).

 

Les formalités pour l'étranger :


Si vous souhaitez vous rendre à l'étranger avec votre chien, vous devez remplir certaines formalités:
La vaccination contre la rage (antirabique) est systématiquement demandée pour partir à l'étranger. Elle se pratique en une seule injection. Le vétérinaire vous délivre un certificat à produire à la frontière, attestant la validité de cette vaccination.
Si votre animal n'est pas à jour de vaccination, le certificat prendra effet 1 mois après l'injection. Il faut donc tenir compte de ce délai pour votre départ.
L'identification de votre compagnon par tatouage, avec numéro reporté sur le certificat du vétérinaire, est indispensable pour que le certificat antirabique soit valable.
Un certificat de bonne santé vous sera délivré par votre vétérinaire après examen de votre compagnon. Sa validité est généralement de 10 jours, mais certains pays ont des formalités particulières (voir notre rubrique formalités aux frontières).

Les précautions indispensables

Bien sur, la vaccination doit être à jour avant de partir en vacances et vous devez emporter le carnet de santé de votre animal.
N'oubliez pas, avant de partir, de traiter votre chien contre les puces et les tiques (surtout si vous partez dans le sud de la France ou sévissent la piroplasmose et la leishmaniose).
 
Prévoyez une quantité de croquettes suffisantes

Pour les chiens à poils longs, un toilettage peut être recommandé, mais effectuez-le au moins une semaine avant, afin que votre compagnon ne souffre pas d'une insolation si la tonte a été trop courte.
Assurez-vous que votre chienne ne sera pas en chaleurs pendant les vacances (surtout si vous partez en camping).

Si vous laissez votre chien en pension

Les pensions et chenils demandent généralement un certificat de tatouage et de vaccination (c'est d'ailleurs une garantie de sérieux de leur part).
De plus, certaines pensions pour chiens exigent des femelles stérilisées, ou ayant un traitement contraceptif, pour éviter tout risque de chaleurs pendant la période des vacances.

Depuis la loi sur les chiens dangereux, certaines pensions (pensions familiales notamment) se réservent le droit de refuser des animaux considérés comme dangereux. 

 

2 : LE VOYAGE

 

Si votre compagnon doit voyager jusqu'à votre lieu de vacances, plusieurs possibilités s'offrent à vous.

 

La voiture

 

Un voyage en voiture peu être dangereux s'il est trop long ou bien pour un chien âgé ou cardiaque. Le mode de transport est donc très important et doit toujours rentrer en compte dans la décision de voyager avec son chien.

Le mal des transports

Le mal des transports est un phénomène assez souvent retrouvé chez les chiens et les chats.
Il affecte principalement les jeunes, mais ne disparaît pas forcément avec l'âge !
Ce phénomène se caractérise par des nausées (dues aux mouvements de la voiture) pouvant aller jusqu'aux vomissements, et par une angoisse qui est parfois la conséquence de ces nausées (l'animal "sait" qu'il va être malade, donc il est en état de stress dans la voiture et ne veut pas y entrer).

Le stress

Un chien qui n'a jamais voyagé est certainement stressé en voiture, mais cela ne se traduira pas forcément par un "mal au cœur" tel que nous le connaissons.
Certains animaux restent prostrés pendant toute la durée du voyage, d'autres aboient sans arrêt, il est impossible de prévoir la réaction de votre compagnon.

Pour résoudre ce problème, votre vétérinaire peut vous aider.


Il existe plusieurs médicaments vétérinaires que l'on peut administrer aux animaux malades et/ou stressés en voiture.
Ces médicaments diminuent les sensations de nausée et agissent comme des calmants.
De nouveaux produits homéopathiques sont disponibles sous forme de gouttes buvables et sont souvent efficaces contre le mal des transports.
N'oubliez pas que ces médicaments sont souvent à donner une à deux heures avant le départ.

La sécurité

Afin d'éviter l'éjection en cas de choc ou la gêne pendant votre conduite votre chien doit être, suivant son poids:
-> soit dans un panier posé au sol,
-> soit attaché sur le siège arrière,
-> soit dans le coffre, séparé de l'habitacle par une grille ou un filet de protection.

Le coup de chaleur

Ne laissez jamais votre chien dans votre voiture au soleil, même pour quelques minutes.
Les chiens ne transpirent pas, ils ont beaucoup de difficultés à se refroidir.
La chaleur dans un véhicule au soleil devient très vite insupportable. Associée au stress de se retrouver seul, votre compagnon peut être victime d'un coup de chaleur en quelques minutes.
Sachez que c'est une des premières causes de mortalité en été.
Dans la mesure du possible, roulez de nuit, et faites une pose régulièrement pour qu'il puisse boire et se dégourdir les pattes. La nourriture est généralement inutile pendant le voyage.

Le train

Les chiens jusqu'à 6 kg peuvent voyager dans un panier pour un prix forfaitaire.
Les chiens de plus de 6 kg doivent être muselés et payent le prix d'un demi-tarif adulte.

 

L'avion

 

Chaque compagnie a sa propre réglementation, il convient de bien se renseigner lors de l'achat du billet.
En règle générale sur les compagnies américaines les chiens voyagent en soute.
Sur les compagnies européennes, les chiens de moins de 5 kg peuvent voyager en cabine dans un panier (forfait de 150 FF), les chiens de plus de 5 kg vont en soute (prix calculé sur l'excédent de bagages).




Conseils utiles

Quelque soit votre moyen de transport, pensez à emporter de l'eau et un récipient pour le faire boire.
Pour faciliter le voyage de votre compagnon il existe des médicaments permettant de le tranquilliser ou de lutter contre les nausées et les vomissements. Demandez conseil à votre vétérinaire.

 

3 : CONTRAINTES ET PRECAUTIONS SUR PLACE

 

Les vacances avec votre chien doivent être un plaisir pour tous: maître, chien sans oublier les autres vacanciers ! Voici quelques petits conseils qui vous permettront de faire face aux principaux désagréments de l'été.

Les parasites

Attention, la belle saison est la période où les parasites prolifèrent. Et sans traitement préventif, ils peuvent rapidement vous gâcher vos vacances.

 

Les puces :

 
Elles sont particulièrement présentes dans le sud de la France.
Il est préférable de faire un traitement préventif, plutôt que de ramener des puces comme souvenir de vacances!

Les tiques :


Elles sont responsables de maladies différentes suivant la région de France: la Piroplasmose dans la grande moitié sud du pays, l'Erlichiose dans l'extrême sud, mais aussi la maladie de Lyme dans le nord-est

 

Les aoûtats :


Ce sont de petits parasites de la peau que votre chien peut attraper pendant l'été, en particulier en août et septembre.
Ils forment de petites croûtes oranges entre les doigts ou sur la tête. Sans danger, ils provoquent toutefois de fortes démangeaisons. On peut facilement les éliminer en appliquant localement un antiparasitaire.

Les moustiques:

Même si cela peut prêter à sourire, les moustiques représentent un réel danger pour les chiens. Ils peuvent piquer nos compagnons principalement dans les zones peu poilues: au bout du nez, autour des oreilles…

 

Dans le sud de la France, les moustiques transmettent deux maladies graves :

1/ La Leishmaniose est due à un parasite du sang transmis par un tout petit moustique (le Phlébotome), particulièrement présent dans la région Languedoc-Roussillon, la vallée du Rhône, et la région Provence-Alpes-Côte d'azur, ainsi que dans tous les pays du pourtour méditerranéen.
Cette maladie entraîne un amaigrissement, des troubles cutanés et rénaux, et parfois des symptômes oculaires.
La prévention consiste à rentrer le chien à l'intérieur de la maison avant le coucher du soleil et à utiliser un collier antiparasitaire préventif spécifique ;

2/ La Dirofilariose ou maladie des "vers du cœur" est due à la transmission par le moustique de larves qui se logent à l'intérieur du cœur du chien, se transforment en de grands vers (comme des spaghettis), et gênent le fonctionnement de cet organe. A long terme les problèmes cardiaques apparaissent : fatigue, toux chronique, impossibilité de faire des efforts… Cette maladie est particulièrement implantée sur la côte méditerranéenne (de Nice à Perpignan).

Pour des séjours inférieurs à 15 jours le risque de transmission est faible. La précaution consistant à rentrer le chien juste avant le coucher du soleil et à l'équiper d'un collier SCALIBOR devrait suffire.
Pour les séjours d'une durée supérieure à 15 jours, nous vous recommandons d'utiliser un médicament préventif qui se donne une fois par mois ; demandez conseil à votre vétérinaire.

 

Les épillets (ou voyageurs ou "espigaou")


Ce sont de petites graines de graminées sauvages qui poussent de juin à septembre. Elles s'accrochent aux poils du chien et en s'enfonçant irrémédiablement sous la peau, provoquent des blessures ou des abcès. Les chiens à poils longs sont particulièrement vulnérables. Les épillets pénètrent aussi dans le nez (provoquant des éternuements permanents), les oreilles (le chien secoue sans cesse la tête), les yeux (l'animal garde l'œil fermé en permanence), et entre les doigts (abcès et boiteries).
La prévention consiste à surveiller les zones sensibles après chaque retour de promenade.

La plage

Le sable et le sel peuvent être sources d'irritations de la peau.
Pensez à rincer votre compagnon à l'eau douce après chacun de ses bains eau de mer.
Si votre chien boit trop d'eau de mer en jouant il peut également souffrir de diarrhées.
Nous vous conseillons de surveiller attentivement ce point.

N'oubliez pas enfin que votre chien risque de beaucoup souffrir de la chaleur car il ne peut pas transpirer comme nous. Veillez à ce qu'il puisse toujours se reposer à l'ombre et qu'il ait de l'eau fraîche à sa disposition.

L'alimentation

Ne vous alarmez pas trop si votre chien mange moins. En général, chaleur et dépaysement diminuent la prise alimentaire du chien en vacances. Il est préférable de garder le même aliment que d'habitude, afin de limiter le risque de diarrhées. Ce sera aussi un changement de moins pour votre chien et donc une source de stress de moins.
L'alimentation en boîtes s'avère particulièrement sensible à la chaleur lorsqu'elle est dans la gamelle. La pâtée a l'inconvénient de "tourner" très vite.
Veillez tout particulièrement à distribuer de petites quantités à la fois et à jeter le surplus au maximum 1/2 heure après son repas.

Utilisez de préférence une alimentation en croquettes.
Et surtout, n'oubliez pas de toujours fournir une quantité d'eau suffisante.

Droits et devoirs

Le propriétaire d'un chien doit respecter certaines règles de civisme, en particulier pendant les vacances:
ne pas considérer la plage comme un lieu de déjections (les promenades se feront ailleurs et tout crotte doit évidemment être immédiatement ramassée),
ne pas amener son chien partout (restaurants, supermarchés, musées, etc...),
respecter les voisins, surtout en camping où la proximité des autres vacanciers demande une attention maximale (pas de chien en liberté, dans la piscine commune, autour des zones de barbecue).

 

Par ailleurs, le maître a aussi quelques devoirs envers son chien, s'il a décidé de l'emmener en vacances:


promenades régulières,
ne pas le laisser enfermé ou attaché au soleil,
ne pas attendre le retour à la maison si une visite chez le vétérinaire s'impose.
Avec le respect de ces quelques règles et précautions, vos vacances devraient se passer au mieux avec votre compagnon qui sera heureux d'être avec vous.

 

4 : BIEN GERER LE RETOUR

 

Pendant les vacances, et notamment les grandes vacances d'été, nous sommes souvent obligés de faire garder nos compagnons. Parfois nous les confions à un chenil ou bien souvent à de la famille ou des amis.
Et, lorsque notre chien revient à la maison, il y a forcément une période de réadaptation.
La plupart des chiens accueillent leur maître par des fêtes et des démonstrations de joie.
Quel que soit le mode de garde que vous avez choisi, cette période aura été une rupture dans les habitudes de votre compagnon : lieu de couchage et de repas inhabituels, rythme de vie modifié, environnement différent (box, appartement, campagne), présence d'autres animaux...

Que faire pour une bonne réadaptation ?

Pour une réadaptation en douceur et une parfaite reprise en main de votre compagnon, voici quelques conseils :

 

Le traiter contre les tiques, les puces et les vers intestinaux


Si votre compagnon a été en chenil, à la campagne ou en contact avec d'autres animaux, il est possible qu'il revienne avec ces parasites qui sont facilement éliminés par un produit efficace (anti-parasitaire externe et vermifuge).

 

Vérifier l'état de ses oreilles pour la présence de gale :


La gale est très contagieuse et s'attrape très facilement, pour savoir la reconnaître, consultez nos Fiches Santé sur la gale du chien.

 

Rechercher les petites blessures cachées pour les animaux ayant séjourné à la campagne :


Il faut être vigilant à la présence d'épillets (petites herbes sèches et pointues) qui se fichent dans la peau et peuvent créer un abcès ou une infection. Ils se logent souvent entre les coussinets des pattes, derrière les oreilles ou dans le conduit auditif (si le chien secoue la tête).

 

Vérifier le poids de l'animal :


S'il a été déprimé par votre absence ou si on lui a donné un aliment différent, il aura perdu du poids. Au contraire, s'il a été gâté par sa famille d'accueil, il aura grossi. Dans les deux cas, il faudra petit à petit lui faire retrouver son poids initial. Vous augmenterez - ou diminuerez – sa ration quotidienne de 10% environ et cela jusqu'à ce qu'il retrouve son poids de forme.

 

Gérer le changement d'alimentation :


De nombreux chiens sont sensibles au changement d'aliment. Un changement brutal d'alimentation peut créer un désordre digestif (diarrhée, régurgitation). Si vous changez son aliment, mieux vaut respecter une transition alimentaire de 5 à 8 jours, en mélangeant les deux aliments ou types d'alimentation et en réduisant la quantité de l'ancien tout en augmentant progressivement la quantité du nouvel aliment. Pour cela, il est toujours bon de prévoir un sac de l'aliment habituel pour la garde de son animal.

 

Pour un chien qui a passé ses vacances en extérieur et qui doit retourner en appartement :


Il est recommandé de ne pas faire une coupure brutale. Il faut les premières semaines lui faire faire de grandes promenades et lui permettre de courir, en réduisant peu à peu la fréquence et la durée de ces sorties pour revenir à la normalité.

 

Reprise en main de l'obéissance de votre chien :


S'il a été très libre tout l'été ou en chenil ou encore s'il a eu tous les droits (ce qu’il faut éviter)(monter sur le lit, réclamer à table...) la reprise en main doit être immédiate et ferme. Il doit comprendre que c'est terminé, il est bon de faire chez vous des petites séances de remise à niveau sur l'obéissance aux ordres et de la marche au pieds.

Quel que soit le mode de garde que vous ayez choisi, nos compagnons sont toujours très heureux de retrouver leur maître et leurs habitudes. Ces quelques conseils devraient vous permettre de les retrouver sereinement.

 1


10:57 Écrit par les baraques waterloo dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : club canin, vacances, voiture, france, les baraques, waterloo, chien, conseil, canin, etranger, humour |  Facebook |

12/05/2009

Noms de chiens célèbre

Cet article rassemble une liste de personnages canins présents dans les œuvres de fiction. Il peut s'agir de chiens "célèbres" dans la mesure où :

Ils ont une oeuvre qui leur est consacrée
Ils sont le fidèle compagnon d'un Héros
Ils sont le symbole d'une idée ou d'un organisme reconnu

Mythologie
Cerbère, le gardien de l'entrée des Enfers
Contes Roverandom, petit garçon transformé dans le conte éponyme de J.R.R. Tolkien

Romans
Croc-Blanc dans le roman éponyme de Jack London
Fuchur dans le roman de Michael Ende "L'Histoire sans fin"
Buck dans le roman de Jack London "L'Appel de la forêt"
Capi dans le roman d'Hector Malot "Sans famille"
Lassie dans le roman d'Eric Knight "Lassie chien fidèle"
Montmorency dans le roman de Jerome K. Jerome "Trois hommes dans un bateau"

Bandes dessinées
Ace, dans la bande dessinée "Batman"
Bali, dans la bande dessinée d'André-Philippe Côté "Baptiste"
Bill, dans la bande dessinée de Roba et Laurent Verron "Boule et Bill"
Cubitus, dans la bande dessinée éponyme de Dupa
Gai-Luron, dans la bande dessinée éponyme de Gotlib
Idéfix, dans la bande dessinée de Goscinny & Uderzo "Astérix le Gaulois"
Kador, dans la bande dessinée éponyme ou dans "Les Bidochon" de Binet
Krypto, dans la bande dessinée "Superman"
Milou, dans la bande dessinée de Hergé "Les Aventures de Tintin et Milou"
Odie, dans la bande dessinée de Jim Davis "Garfield"
Pif, dans la bande dessinée de José Cabrero Arnal
Rantanplan, dans la bande dessinée éponyme ou dans "Lucky Luke" de Morris
Dublair général des Castors Juniors, dans les bandes dessinées de "Donald Duck"
Snoopy, dans le Comic strip de Charles M. Schulz "Peanuts"
Le Génie, dans la bande dessinée de F'murr "Le Génie des alpages"
Simbabbad de Batbad, dans la bande dessinée de Fred "Philémon"
Ouaf, dans la BD-jeu de Martin Handford "Où est Charlie ?"
Muff, dans la bande dessinée de Rosinski & Van Hamme "Thorgal"
Pifou, dans la bande dessinée éponyme de Roger Mas

Chansons
Mirza, dans une chanson éponyme de Nino Ferrer en 1965
Youki, dans la chanson de Richard Gotainer "Le Youki" en 1984

Cinéma
Alain Chabat, dans le film "Didier" réalisé par lui-même
Balto, dans le film d'animation "Balto, Chien-Loup Héros des Neiges de Steven Spielberg
Milo, dans le film "The Mask" de Chuck Russell
Beethoven, dans le film éponyme de Brian Levant
Lady et Clochard, dans le film d'animation "La Belle et le Clochard" chez Walt Disney Pictures
Idéfix, dans de nombreux films
Cerbère, dans le film de Chris Columbus "Harry Potter à l'école des sorciers"
Pépette, dans le film "Les Bronzés font du ski" de Patrice Leconte
Gromit, dans les films d'animation "Wallace & Gromit" de Nick Park
Pongo et Perdita, dans le film d'animation "Les 101 Dalmatiens" chez Walt Disney Pictures
Lassie, dans de nombreux films
Rouky, dans le film d'animation "Rox et Rouky" chez Walt Disney Pictures
Scooby-Doo, dans deux films de Raja Gosnell
Pollux, dans le film d'animation "Pollux, le manège enchanté" de Jean Duval
Croc-Blanc, dans de nombreux films
Choupette, dans le film "Les Trois Frères" de Didier Bourdon et Bernard Campan
Falkor, dans le film "L'Histoire sans fin" de Wolfgang Petersen
Odie, dans le film "Garfield" de Peter Hewitt
Shadow et Chance les deux chiens dans L'incroyable Voyage de Duwayne Dunham

Dessins animés
Droopy, dans les cartoons de Tex Avery
Jules et Jules, dans le dessin animé "Les Jules... Chienne de vie"
Petit Papa Noël, dans la série animée "The Simpsons"
Scooby-Doo, dans le dessin animé éponyme
Pluto, dans le dessin animé "Mickey Mouse"
Dingo, dans le dessin animé "Mickey Mouse"
Milor, Snif-Marie, Pitounet, Pitou-Belle et Nono, dans le dessin animé "Les Pitous"
Rantanplan, dans les dessins animés de "Lucky Luke"
Clifford (le gros chien rouge), dans le dessin animé éponyme
Diabolo, dans le dessin animé "Les Fous du Volant"
Finot, dans le dessin animé "Inspecteur Gadget"
Capi, dans le dessin animé "Rémi sans famille"
Scrapy-Doo, dans le dessin animé "Scooby-Doo"
Krypto, dans le dessin animé éponyme
Courage, dans le dessin animé "Courage, le chien froussard"
Ruff, dans le dessin animé "Denis la malice"

Séries Télévisés

Pollux dans la série animée "Le Manège enchanté"
Belle dans la série télévisée "Belle et Sébastien"
Lassie, dans la série télévisée éponyme
Apollon et Zeus, dans la série télévisée "Magnum"
"Le chien", dans la série télévisée "Columbo"
Samson, dans la série télévisée "Samson en Gert"
Porthos, dans la série "Star Trek : Enterprise"
Rintintin, dans la série télévisée éponyme
Vagabon, dans la série télévisée "Le Vagabond"
Rex, dans la série télévisée éponyme
Macaroni, dans la série animée "Macaroni tout garni"
Bullet, dans la série télévisée "The Roy Rogers Show"
Bandit, dans la série télévisée "La Petite Maison dans la prairie"
Happy, dans la série télévisée "Sept à la maison"

Marques
Z, mascotte du magazine "Télé Z"
Raymond, mascotte de la chaine hertzienne "M6"
César, mascotte de la marque éponyme
Mabrouk, mascotte de "30 millions d'amis"
Chipie, mascotte de la marque éponyme
Pico, mascotte de la marque "Chocapic"

Sport
Moondog, mascotte NBA de l'équipe "Cleveland Cavaliers"
Bowser, mascotte NBA de l'équipe "Indiana Pacers"

Jeux
Kezef, dans le jeu de rôle médiéval-fantastique "Donjons & Dragons"
Général Pepper, dans la série de jeux vidéo d'aventure spaciale "Star Fox"

Autres
Paf, dans la blague absurde "Paf le chien"
Lumpi, dans la méthode d'apprentissage de la langue allemande "Vorwärts"
prévision : nouvelle star dans le film d'animation "American Dog" pour 2008


source:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_chiens_de_fiction »

18:15 Écrit par les baraques waterloo dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : chien, waterloo, animaux, nom, detente, fiction, wikipedia, club canin, les baraques |  Facebook |

26/04/2009

Le berger des Pyrénées

DSCN0842

 

 

Le Berger des Pyrénées.

 

L'origine du berger des Pyrénées reste une énigme.On peut supposer que son ancienneté remonte à une Antiquité très reculée, qu'elle figure parmi les races les plus pures et les plus admirablement conservées, et qu'elle est proche de l'espèce primitive.
Son sang a cependant vraisemblablement marqué la généalogie de plusieurs chiens de berger occidentaux comme le bobtail,le gos dÂtura català, le berger australien, etc.


Cependant plusieurs hypothèse on été énuméré:

  • Un descendant du terrier du Tibet
  • Un chien sauvage domestiqué
  • Un chien-renard
  • Le labrit pour ancêtre
  • Une parenté avec les Amphicyonidés "Chien-ours"
  • Un descendant de l'Ovcharka
  • Sont origine remonte à l'époque où les Suèves envahirent la Gaule. Les chiens ainsi introduits se croisèrent avec des chiens de bergers locaux. Les chiens issus de ces croisements restèrent longtemps isolés dans les hautes vallées pyrénéennes (d’où leur nom) ce qui contribua à préserver la pureté de la race.

Durant la guerre mondiale de 14-18, les Bergers des Pyrénées sortirent enfin de leur anonymat en assurant des liaisons pour l'armée française à travers la montagne. Aujourd’hui encore, il est toujours apprécié pour la garde des troupeaux de moutons dans ses contrées d’origine.

Surnommé “ le chien qui a vu Dieu ” le Berger des Pyrénées a de l’énergie, de l’intelligence, mais également un caractère frondeur qui demande une main ferme. Son origine se perd dans la nuit des temps, mais ce que l’on sait, c’est de manière indiscutable un montagnard.

A poil long

ASPECT GÉNÉRAL

Chien dénotant sous un minimum de taille et de poids un maximum d’influx nerveux. Une physionomie toujours en éveil, un air malin et méfiant joints à une grande vivacité de mouvement, donnent à ce chien une allure caractéristique à nulle autre pareille.

 

PROPORTIONS IMPORTANTES

  • Le crâne est à peu près aussi long que large
  • Le museau est plus court que le crâne dans un rapport 1/3 2/3
  • La longueur dus corps est supérieure à la hauteur au garrot
  • La distance du coude au sol est supérieure à la moitié de la hauteur au garrot

 

Berger des Pyrénées à face rase

 

 

 

 

ASPECT GÉNÉRAL

Dans l'ensemble, le chien de berger des Pyrénées à face rase possède les mêmes caractéristiques que le berger pyrénéen à poil long.

 

PROPORTIONS IMPORTANTES

  • Le crâne est à peu près aussi large que long.
  • Le museau est un peu plus court que le crâne, mais plus long que celui du poil long ou mi-long.
  • La longueur du corps est presque égale à sa hauteur.
  • La distance du coude au sol est supérieure à la moitié de la taille au garrot.

Caractère

 

 

 

 

Ce n'est certes pas un chien comme la plupart des autres. Les néophytes s'en aperçoivent d'ailleurs relativement vite surtout s'ils n'ont pu glaner aucune bonne information sur leur futur compagnon avant de l'acquérir. A la limite, le berger des Pyrénées n'est pas à conseiller aux personnes qui n'ont jamais eu de chiens. Mais il serait sans doute judicieux de prévenir les personnes qui n'ont pas le goût de la discipline que ce charmant petit chien pourrait les surprendre par un certain abus d'autorité canine...

Comme la plupart des chiens de berger, c'est un chien soumis qui a besoin d'avoir un vrai maître, un chef de meute en quelque sorte. Sinon, c'est le chien qui prend la directive d'assumer cette fonction avec tous les moyens dont il peut user malgré sa petite taille. On a peine à croire qu'un petit poilu d'apparence si plaisante puisse devenir un chien aussi difficile, hargneux et parfois agressif avec son entourage.
De nombreux bergers des Pyrénées mal compris et donc jamais éduqués ont servi une très mauvaise publicité à leurs congénères. Il s'agit là non d'un trait de caractère inné mais du résultat d'une absence totale d'éducation et de maîtrise du chien.

Le berger des Pyrénées est un chien extrêmement intelligent dans son travail, intuitif et aussi roublard. Le devoir de tout maître attentif est de lui permettre de révéler ces qualités pour leur profit réciproque. Sinon le berger des Pyrénées est assez malin pour déceler les failles de leur coexistence et les mettre à son unique avantage. Ce faisant, cet animal de meute qu'est le chien ne sera pas vraiment équilibré et traduira son instabilité caractérielle par un comportement inadéquat.

Il est méfiant de nature, souvent considérée comme de la crainte il s'agit plutôt d'une forme de prudence. Il ne se lie pas facilement avec celui qu'il ne connait pas. Il refuse même de se laisser toucher. C'est parfois un grand avantage car ce n'est pas le genre de chien qui se laisserait facilement enlever par n'importe qui. On peut très bien le laisser à la porte d'un magasin (en lui intimant l'ordre de ne pas bouger) sans risquer de ne pas le retrouver à la sortie. En revanche, un bon maître devrait obtenir que son berger se laisse toucher tranquillement soit par un juge en exposition soit par le vétérinaire. Le chien peut marquer un temps d'arrêt mais doit faire suffisamment confiance à son maître pour obtempérer le moment voulu.

Le berger des Pyrénées est aboyeur, c'est un fait qu'on ne saurait nier. Un avantage certain; personne ne longera votre propriété ou votre appartement ou votre voiture sans que vous ne soyez averti! C'est comme cela, il aboie, c'est dans sa nature, et c'est, devrait-on ajouter, un atout dans sa fonction de maîtriser le troupeau. Les remèdes? En atténuer la durée uniquement. Mais si vous ne supportez pas les aboiements d'un chien, il ne faut pas prendre un berger des Pyrénées ou porter des boules "Quiès"! L'aboiement chez lui est naturel et, pourrait-on dire, partie intrinsèque du personnage.

Il n'est pas vraiment à sa place en ville, mais il peut y vivre à condition que son maître sache respecter ses besoins d'activité, au moins 2 heures de promenade quotidienne. Il serait douloureux pour un tel chien de rester enfermé tout seul pendant sept à huit heures par jour quand ses maîtres sont au travail. C'est un chien de berger par excellence, il a toujours vécu en contact étroit avec l'homme même si ce contact n'était que visuel et auditif. Ce chien a un besoin énorme de présence. Sans son maître il ne sait que faire. A la limite (mais il ne faudrait pas en faire un principe), il serait plus heureux dans un petit studio en compagnie de son maître que livré à lui-même toute la journée dans une immense propriété à la campagne.

Le berger des Pyrénées possède un maximum d'influx nerveux. C'est un chien toujours sur le qui-vive, rien ne semble l'exténuer véritablement. En promenade, il va inlassablement de l'un à l'autre, retraçant le cercle autour de son troupeau familial. Bref, c'est un chien d'action qui sera ravi d'accompagner son maître faire son jogging ou son entraînement à vélo. C'est également un chien tout indiqué pour l'agility dog et d'autres activités canines telles que le pistage ou la recherche en décombres.

Source : http://www.bergerdespyrenees.ch

Autre blog hyper sympa et très bien fait : http://www.lebergerdespyrenees.com/

 

 

CIMG5937

19/04/2009

Les Hovawarts

 

 

Hovawart, …

Hella dans les premières neiges 5 janvier 2009 052 (Small)
 

Origines

Les premiers renseignements sur le Hovawart sont connus dès 1210.

En 1473, nous retrouvons le Hovawart sur la liste des cinq races les plus nobles, il est décrit comme le limier idéal pour poursuivre les malfaiteurs.

Après le Moyen Age la race s'éteint lentement pour faire face à de nouvelles races comme le Berger Allemand, qui remplace le Hovawart comme chien de garde et de travail.

Au début du 20ème siècle, le Hovawart avait pratiquement disparu. Un groupe d'enthousiastes, dont Kurt Friedrich Konig décidèrent de faire une tentative pour sauver la race.

C'est en 1937 le " Kennel Club Allemand " reconnaît le Hovawart comme race.

Tous ces efforts furent presque anéantis durant la 2ème guerre mondiale par sa mise au travail comme chien de guerre et pour ses capacités de chien de somme. Ainsi en 1945 il ne restait plus que quelques Hovawarts.

A cause du grand intérêt pour la race et avec l'appui et l'enthousiasme d'Otto Schramm le "Rassezuchtverein für Hovawart-Hunde Coburg" fut fondé en 1947. Grâce à l'effort de ce club, le " Kennel Club Allemand "reconnaissait en 1964 le Hovawart comme septième race sur la liste des chiens d'utilité.

L'Élevage se propagea aussi dans d'autres pays d'Europe et pour ainsi dire partout dans le monde. En 1984, le " International Hovawart Fédération " (I.H.F.) est fondé. Des conventions et des règles claires et distinctes furent éditées à l'égard de l'Élevage des Hovawarts. Le I.H.F. représente aujourd'hui environ 13 pays pour promouvoir l'Élevage des Hovawarts, la conservation et l'amélioration de la race.

Standard :

ASPECT GENERAL : Le Hovawart est un chien d'utilité vigoureux, de taille moyenne, de forme légèrement allongée et à poil long. La différence entre mâle et femelle est nettement marquée, surtout en ce qui concerne la forme de la tête et la conformation.

PROPORTIONS IMPORTANTES : La longueur du tronc mesure environ 10 à 15% de plus que la hauteur au garrot.

Comportement

Excellent gardien, le Hovawart prévient et impressionne par sa grosse voix. Il adore sa famille et surtout les enfants, il sera une véritable nounou pour les tout petits, ce n'est pas un chien que l'on doit enfermer dans un chenil il a besoin d'un contact avec toutes sa famille. C'est un chien calme et joyeux qui sait vivre parfaitement avec d'autres animaux domestiques.

C'est un chien qui grandit mentalement très doucement, il ne sera mature que vers l'âge de 2 ans mais gardera toujours la vitalité et l'esprit du jeune chien. Il a besoin d'exercice, de promenades journalières ou d'un vaste terrain ou il pourra courir à sa guise.

Conseil :

Le Hovawart comprend très vite ce qu'on lui demande mais ne supporte pas la monotonie des exercices, des leçons courtes avec beaucoup de motivation et des variantes d'exercices sont les clés du dressage du Hovawart. Son éducation se fera en douceur mais avec fermeté des son plus jeune âge.

Hella dans les premières neiges 5 janvier 2009 070 (Small)

Texte : JACCONI Christine
Élevage Fabien de Jye
340 rue de l'Étang de la Goutte
Moyenpal
88 220 XERTIGNY
Tél. : 03 29 39 32 19
site Internet :
www.Fabien-de-Jye.net

 

08/03/2009

Déclaration universelle des droits de l'animal

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'ANIMAL

PRÉAMBULE

Considérant que la Vie est une, tous les êtres vivants ayant une origine commune et s'étant différenciés au cours de l'évolution des espèces,

Considérant que tout être vivant possède des droits naturels et que tout animal doté d'un système nerveux possède des droits particuliers,
Considérant que le mépris, voire la simple méconnaissance de ces droits naturels provoquent de graves atteintes à la Nature et conduisent l'homme à commettre des crimes envers les animaux,
Considérant que la coexistence des espèces dans le monde implique la reconnaissance par l'espèce humaine du droit à l'existence des autres espèces animales,

Considérant que le respect des animaux par l'homme est inséparable du respect des hommes entre eux,

IL EST PROCLAME CE QUI SUIT

Article premier

Tous les animaux ont des droits égaux à l’existence dans le cadre des équilibres biologiques.

Cette égalité n’occulte pas la diversité des espèces et des individus.

Article 2

Toute vie animale a droit au respect.

Article 3

1-    Aucun animal ne doit être soumis à de mauvais traitements ou à des actes cruels.

2-  Si la mise à mort d’un animal est nécessaire, elle doit être instantanée, indolore et non génératrice d’angoisse.

3- L’animal mort doit être traité avec décence.

 

Article 4

1-    L’animal sauvage a le droit de vivre libre dans son milieu naturel, et de s’y reproduire.

2- La privation prolongée de sa liberté, la chasse et la pêche de loisir, ainsi que toute utilisation de l’animal sauvage à d’autres fins que vitales, sont contraires à ce droit.

Article 5

1-    L’animal que l’homme tient sous sa dépendance a droit à un entretien et à des soins attentifs.

2-  Il ne doit en aucun cas être abandonné, ou  mis à mort de manière injustifiée.

3- Toutes les formes d’élevage et d’utilisation de l’animal doivent respecter la physiologie et le comportement propres à l’espèce.
4- Les  exhibitions,  les spectacles, les  films utilisant des animaux doivent aussi respecter leur dignité et ne comporter aucune violence.

Article 6

1- L’expérimentation sur l’animal impliquant une souffrance physique ou psychique viole les droits de l’animal.
2- Les méthodes de remplacement doivent être développées et systématiquement mises en œuvre.

Article 7

Tout acte impliquant sans nécessité la mort d’un animal et toute décision conduisant à un tel acte constituent un crime contre la vie.

Article 8

1- Tout acte compromettant la survie d’une espèce sauvage, et toute décision conduisant à un tel acte constituent un génocide, c’est à dire un crime contre l’espèce.
2- Le massacre des animaux sauvages, la pollution et la destruction des biotopes sont des génocides.

Article 9

1- La personnalité juridique de l’animal et ses droits doivent être reconnus par la loi.
2- La défense et la sauvegarde de l’animal doivent avoir des représentants au sein des organismes gouvernementaux.

Article 10

L’éducation et l’instruction publique doivent conduire l’homme, dès son enfance, à observer, à comprendre, et à respecter les animaux.

La Déclaration Universelle des Droits de l'Animal a été proclamée solennellement à Paris, le 15 octobre 1978, à la Maison de l'Unesco.

animaux_pas_materiel_labo

30/11/2008

Le vocabulaire à employer avec votre chien

KESKIDI ?

 

Nos amis canins ont des origines fort diverses, les ancêtres de nos petits chouchous sont nés au Canada, en France, en Belgique, Hollande, pays scandinaves, pays de  l’Est, Asie,…, voire en Afrique.  

 

Et pourtant ils ont tous l’air de se comprendre !!!

 

L’idéal pour une bonne compréhension entre nous et nos chiens serait d’apprendre leur langage.  Mais, mais, mais, je nous vois mal nous mettre à quatre pattes, dresser nos oreilles ou encore balancer la queue pour inviter Médor à jouer à la baballe!

Alors, le plus simple est de leur apprendre quelques codes, pas besoin de leur apprendre le Français, les accords des participes ou encore le subjonctif imparfait.

Un vocabulaire très simple et relativement limité devrait nous permettre de communiquer.

L’expérience à montrer que nos compagnons peuvent assimiler pas mal de ces codes, l’effort doit venir du maître:

·       chaque fois le même mot (son) pour le même ordre

·       des sonorités biens différentes pour des ordres différents

·       pas de grande tirade, mais des sons brefs et clairs

·       Une répétition fréquente jusqu’à acquisition

·      

Pour les félicitations, ce que votre chien devrait entendre le plus souvent,  et contrairement aux recommandations précédentes je vous invite à vous lancer dans une tirade du genre :

« Ouuuuuuiiiiiii….., bienbienbien, qué bon chien ça, bon pépère, ça c’est un grand loulou, Houuuuu ... ça c’est le bon kiki à son papa, Sèlekikihakisa hein hein sèlekikihaki ………… ».

 

 

Vocabulaire

Voici une petite liste qui devrait vous aider pour la base de l’éducation de votre compagnon.  N’oubliez pas d’éveiller l’attention de votre chien en précédant l’ordre de son nom (Médor, au pied !), sauf pour le « Reste » où le nom pourrait être compris comme une invitation au retour au pied.

 

(A) ta place

Pour le retour en place

Assis

Très explicite !

Au pied

Pour l’inviter à retourner à sa place, à côté du maître

Couché

Très explicite !

Debout

Très explicite !

Dedans

Passer dans quelque chose (tunnel)

Face

Lors du rappel, pour avoir le chien en «Assis devant»

Non

Pour TOUT ce qui n’est pas autorisé

Passe

Pour le passage d’un obstacle (poutre d’équilibre)

Pied

Au démarrage de la marche et pour lui rappeler où est sa place durant la marche

Reste

Où il est, dans la position dans laquelle il se trouve

Stop

Pour l’arrêter dans toute progression

Up / Hop

Pour monter sur un obstacle, l’inviter au saut (table)

Va

Mot magique qui leur donne le droit d’aller jouer, renifler etc …

Ces mots codes vont seront régulièrement rappelés par les éducateurs lors des exercices sur le terrain.

 

Pour vous, juste quelques mots à garder en mémoire

pour lui, toute une éducation !

 

09/11/2008

La crise de puberté chez le chien

LA CRISE DE LA PUBERTE

 

« Mon chien avait jusqu’à présent un comportement, non pas parfait mais « acceptable », depuis qu’il a commencé à lever la patte pour uriner celui-ci a changé de manière très désagréable. Il aboie pour un rien, il ne revient plus au rappel,, il se met à avoir peur des choses qu’il ne connaît pas ou des personnes étrangères, il mordille sa laisse ainsi que nos habits… »

 

 

L’âge bête

 

On peut définir la puberté comme l’apparition des premières chaleurs pour la femelle et la production de spermatozoïdes par le mâle. Il y a une phase pré-pubertaire, une phase de puberté et une phase d’adolescence. C’est un stade très important pour l’organisme où des transformations vont se réaliser tant d’un point de vue psychique que physique par le biais du processus hormonal.

 

Chez les humains on appelle cela « l’âge bête » ou « l’âge ingrat » avec la même crise d’identité qui fait remettre en question bien des choses du monde où ils vivent. Chez le chien le début de la puberté va varier selon la race, de 6 mois à un an, alors que chez son ancêtre le loup elle se situe vers 2 ans.

 

Cette étape dans son développement est très importante car toute sa vie future et ses relations avec ses maîtres ou l’univers qui l’entoure vont souvent en dépendre.

 

 

Les incompréhensions des maîtres

 

Ils parleront de caprices, d’indépendance, de troubles de l’humeur, de peurs irraisonnées. Ils diront que le chiot fait « du cinéma », qu’il « se moque d’eux », etc. Un langage anthropomorphique qui explique bien des choses…

 

 

Le détachement

 

Dans la nature ou chez l’éleveur, il va apprendre déjà à se détacher de sa mère autour de la sixième semaine de vie car celle-ci refuse qu’il tète (ses dents font mal, c’est le sevrage naturel), et s’il insiste elle peut le menacer ou même le pincer légèrement. Ce qui entraîne de la part du chiot un cri et la posture sur le dos pour apaiser l’agression. Le chiot apprendra également des autres chiens adultes la soumission et le respect.

 

Plus tard, vers 16 semaines, les chiots qui pouvaient auparavant partager la gamelle de la mère ou des adultes vont se voir rejeter.

 

Nous avons là la première indication.

 

Le chiot doit apprendre à se détacher de l’humain qu’il considère comme un congénère. Un congénère qui peut être, selon ses réactions et le mode de vie qu’il donne à son élève : un égal, un inférieur, un supérieur. Le plus grand défaut des humains, c’est de prendre le chiot pour un enfant et d’entretenir des relations de parent à enfant qui ne correspondent pas aux critères canins. Il est nécessaire dés son arrivée à la maison d’imposer des règles de vie en société, comme celles que reçoit le louveteau dans sa meute. Celles-ci sont claires, précises, immuables, lorsqu’on approche de la puberté ce n’est pas le moment de céder du terrain et d’accorder des privilèges !

 

 

La hiérarchisation spatiale

 

En toute logique, l’ado qui devient pubère doit être éloigné des zones hiérarchiques sans ambigüité, il ne doit pas coucher dans la chambre, encore moins dans le lit. Si l’attachement est trop fort à une personne du groupe, en général du sexe opposé, le chien risque de se l’accaparer et refuser l’approche des autres membres de la famille et des étrangers.

 

Son lieu de couchage est à l’écart, c’est son lieu de repos que l’on doit respecter. Il est facile de conditionner le chiot à un carré de tissu qui représente la « place » et que l’on pose dans sa corbeille. Ce carré de tissu nous sera bien utile en voyage ou au restaurant car cela permettra d’envoyer notre chien dessus « à ta place », il y sera détendu car c’est un repéré important qui sécurise en milieu inconnu.

 

 

Les mordillements de la laisse et des habits

 

Un défaut de hiérarchisation se fabrique avec les éléments que nous avons évoqués, il est donc tout à fait normal que votre ado revendique et se rebelle s’il est contrarié ou simplement pour attirer votre attention. Au lieu de taper du pied ou de claquer les portes comme un jeune humain, le chiot qui devient un chien va manifester à sa façon. Une crise d’opposition qui consiste à faire la sourde oreille au rappel, à mordiller la laisse ou les habits… Un petit test sur ses maîtres afin de savoir jusqu’où il peut aller trop loin !

 

La rééducation de ce comportement très gênant qui risque de dégénérer ne doit pas avoir recours comme certains le préconise à la prise en main avec brutalité et douleur pour « dominer » à tout prix, il faut garder à l’esprit qu’il s’agit d’une crise passagère. Il existe des centaines de chiens dont les rapports amicaux avec le maître ont étés définitivement brisés en usant de cette méthode.

 

L’idéal, c’est de dévier l’attention au moment du mordillement, à l’aide de la balle de jeu par exemple. Dans les cas les plus difficiles on peut avoir recours au pistolet à eau qui est d’un usage commode pour pénaliser à distance.

 

 

Joseph ORTEGA

http://ecole.du.chiot.free.fr

26/10/2008

Le rappel

Le rappel, comment faire et quelles sont les erreurs à ne pas commettre ?

 

C'est l'ordre que chaque chien devrait avoir acquis tant pour sa sécurité que pour la tranquillité de son maître et pour le plaisir de pouvoir promener son chien détaché.

Un bon rappel, c'est lorsque le chien revient immédiatement et rapidement auprès de son maître quand celui-ci lui donne un signal, quelles que soient les circonstances.

Quelques règles de bases à ne pas oublier :
- utiliser toujours le même ordre, quelle que soit la circonstance et quelle que soit la personne de la famille qui rappelle le chien. Il ne faut pas dire une fois "au pied", une fois "viens ici", une fois "à ta place", ...
- ne jamais disputer un chien qui revient même si cela fait 10 minutes qu'on lui demande de revenir et qu'il n'avait pas obéi. Un chien puni une fois se dira la fois suivante "je me suis fais disputer en revenant quand on me l'a demandé, donc je vais encore me faire disputer, alors je ne reviens pas".
- ne jamais courir derrière un chien qui ne revient pas. Le fait de courir le poussera soit à s'enfuir, s'il prend peur, soit à tourner autour de vous pour jouer car il prendra ça pour un appel à la course. Ce jeu est un des jeux préférés des chiens : courir l'un après l'autre. "Chouette, mon maître court derrière moi ". Et rappelez-vous bien, vous ne courrez jamais aussi vite que votre chien, vous ne pourrez pas le rattraper.

Le chien perçoit les ordres donnés par la parole et par la posture ou gestuelle.

Pour le côté verbal, l'ordre donné doit être simple et dit avec une intonation gaie qui va inciter le chien à revenir (même lorsqu'on est en colère). Si vous pensez que vous avez souvent tendance à être en colère, au lieu de donner un ordre, vous pouvez donner un petit coup de sifflet (sifflet d'arbitre de sport ou sifflet à ultra-sons) qui lui, aura une intonation toujours neutre. Mais attention, si vous utilisez ce moyen, pensez à toujours avoir votre sifflet sur vous.

Pour le côté gestuelle ou posture, il faut également lui donner envie de revenir. Pour cela, on écarte les bras, on met le ventre en avant, on s'accroupit, on bat des mains, on sourit .Et oui, montrez-lui que vous avez envie qu'il revienne.

Si cela ne suffit pas pour que votre chien revienne, partez en sens inverse en appelant le chien, couchez vous au sol, allez vous cacher derrière un arbre, tournez le dos au chien. Pour lui, ce sera comme un jeu et si vous vous amusez aussi, il viendra beaucoup plus volontiers.

Dès que votre chien arrive, faites lui la plus grosse fête possible "ouiiiiiiiiii, ça c'est bien mon chien", récompensez le avec une friandise, jouez avec lui. Surtout ne le rattachez pas de suite avec la laisse ou ne le faites pas rentrer à la maison sinon votre chien associera le rappel avec la fin de la balade et ne voudra pas revenir.

Dans la phase éducative du chien, commencez toujours dans un endroit où le chien n'aura pas de distraction, et pas de danger (route à proximité, autres chiens en train de jouer, ...). Rappelez votre chien quand il renifle le sol ou qu'il s'est un peu éloigné, félicitez-le et laissez-le repartir explorer son monde. Allez vous cacher et rappelez-le, "oui, c'est bien, il m'a retrouvé" et continuez la promenade. Rappelez-le une dernière fois, remettez la laisse et continuez votre balade en laisse avant de rentrer. Au lieu de poser la gamelle, préparez la à l'avance, laissez-là en hauteur et quand il fait autre chose, appelez le et félicitez le en lui donnant la gamelle.

Au départ, le chien doit être récompensé à chaque fois qu'il revient. Ensuite, on le récompense une fois sur 2 (en gardant le "c'est bien"), puis une fois sur 3 puis aléatoirement toute sa vie. Dites-vous bien qu'un chien qu'on rappelle alors qu'il est en train de jouer avec d'autres chiens, ou en train de se battre, doit avoir plus envie de revenir vers vous que de continuer son occupation. Alors, pour que le rappel soit efficace, n'hésitez-pas à le travailler régulièrement et à rappeler à votre chien que, de temps en temps, il y a une récompense au bout. Chouette !

Plus tôt vous commencerez dans la vie de votre chien, plus vite votre chien apprendra cet ordre essentiel. De plus, un chiot est très proche de son maître alors n'hésitez pas à le lâcher dès son plus jeune âge en l'habituant à revenir lorsque vous l'appelez. Il n'aimera pas ne plus vous voir et reviendra ventre à terre .

Et ensuite, quel plaisir de se promener avec son chien détaché sans crainte.

Avec un chien adulte, la même méthode peut être employée sans problème. Il faut juste demander à un ami de tenir votre chien en longe pendant la promenade pour ne pas prendre de risque

 

 

http://www.viveleschiens.com/section+item.itemid+132.htm

 

 

 malice_21

 

 

http://legoldenretriever.free.fr/galeriephotos/index_2.html

15/10/2008

Race de chien : le labrador

 

Le labrador : le bienheureux compagnon

Adorant l'eau, le jeu et facile à éduquer, le labrador est devenu depuis quelques décennies le plus populaires des chiens. Selon la légende, le labrador serait issu du croisement d'un terre-neuve et d'une loutre.

Que ce soit vrai ou faux, peu importe, il y aurait plus d'un point commun entre la loutre et le labrador. En premier, il y a la queue qui est typique de cette race, très aplatie par en-dessous avec une attache très large, très dense et qui lui sert de gouvernail dans son milieu préféré : l'eau...

Le pelage est une autre ressemblance, le poil de ce chien étant particulier, car il le protège efficacement de l'eau froide et il est un excellent nageur avec ses pattes palmées.

Qu'est-ce qui a fait que cette race est devenue si populaire ? Cela tient à plusieurs facteurs. Le labrador est avant tout un chien des plus sociables, on ne le “dresse” pas, on l'éduque. Il recherche la présence de l'humain, il est très doux avec les enfants. La dominance n'est pas recherchée pour cette race et il n'a pas besoin d'un toilettage exigeant. Qui plus est, il est autonettoyant. Il n'est pas petit, mais s'il est bien éduqué, il prendra moins de place dans la maison que le chat.
Si vous recherchez un chien ayant toutes ces qualités et que vous ne désirez pas un chien de garde, c'est votre homme... pardon, votre chien !

Un peu d'histoire

Il y aurait plusieurs versions sur les origines du labrador, mais la plus probable est qu'il serait arrivé à Terre-Neuve avec les explorateurs du Nouveau Monde, les pêcheurs de morue et les colons venus d'Angleterre, d'Europe et de Norvège.
Avec le temps, les conditions de vie très rudes de ce coin de pays modelèrent des chiens aux qualités peu communes. Ils étaient de remarquables chiens d'eau qui étaient fréquemment d'une teinte unie, noire le plus souvent, que l'on nommait terre-neuve de St-John's, vivant dans la région de la capitale de l'île de Terre-Neuve.
Selon des auteurs britanniques, ce St-John était le chien idéal pour les pêcheurs locaux qui développaient et utilisait ses tendances naturelles. Ainsi, le St-John aurait aidé à tirer les filets au large et récupérait les poissons échappés du filet.
Le nom de Lord Malmesbury est connu comme le promoteur de la race à ses débuts. Il décida de faire l'élevage de ce chien qui, de par ses qualités de plongeur et de nageur, avait attiré son attention. Il le nomma labrador à cause de la région d'origine de ses souches. C'est lui qui produisit le premier ancêtre des labradors.

Son caractère

La joie de vivre est sans nul doute ce qui définit le mieux le labrador. Il est de nature soumise et aime passionnément travailler. Une éducation et un entraînement sous forme de jeu de la part de son maître feront que le labrador placera celui-ci sur un piédestal sans jamais chercher à l'atteindre et il étendra cette adoration à tout votre entourage.

C'est un chien, par contre, qui déteste la solitude. Pour lui, le bonheur sera de faire partie de la meute (votre famille) et il acceptera sans rechigner la dernière place dans l'échelle hiérarchique de la meute familiale.

Si vous désirez un compagnon à vos pieds au repos toute la journée et ne pouvez lui accorder un entraînement de 30 minutes trois fois par semaine, oubliez le labrador. Vous ne seriez pas heureux ensemble. Offrez-lui ce pourquoi il a été sélectionné: la nage, le rapport d'objets, de l'activité sous diverses formes, l'obéissance, l'agilité et la promenade au côté de son maître à bicyclette (pas avant l'âge de 18 mois), tout cela sous forme de jeu, il vous le rendra au centuple en affection et en plaisir tout au long de sa vie.La polyvalence, un atout maître !

La réputation du labrador n'est plus à faire, il a été utilisé dans tellement de domaines différents, mais citons quelques exemples : rapporteur d'excellence, il peut retrouver un oiseau perdu sur ou sous un plan d'eau, eh oui ! le labrador peut aussi plonger et replonger en apnée de longues secondes pour retrouver son canard qui s'accroche aux joncs, trahi par les bulles d'air qui reviennent à la surface. L'eau froide ne le rebute pas, son poil dense, jamais mouillé jusqu'à la peau et qui sèche rapidement, lui permet de faire son mandat.

Il travaille aussi très bien sur terre, il obéit à son maître qui peut le diriger visuellement ou à l'aide d'un sifflet à grande distance (plus de 150 mètres). Il peut, sur demande de son maître, rechercher un gibier qu'il n'a pas vu tomber: il fera des zigzags pour le rattraper avec son flair.
Si deux oiseaux sont tombés, il mémorisera l'endroit où ils tombent et les recherchera dans l'ordre qu'il les a vus tomber. Chien-guide, il pourra aider le non-voyant à se déplacer dans le labyrinthe de la ville ou d'un endroit inconnu.

Un labrador qui n'est pas sélectionné comme chien-guide peut très bien aider des personnes handicapées motrices dans leurs déplacements en fauteuil roulant en tirant, en ouvrant et fermant les portes. Il oeuvre aussi à titre de chien pour la zoothérapie, chien pour la recherche d'explosifs, de drogue, de personnes disparues, mais avant tout comme un compagnon de famille merveilleux. Il adore les enfants et deviendra un grand frère pour les plus petits, il supportera beaucoup d'accolades et d'assauts avec patience, il s'intégrera facilement au milieu familial, pour peu qu'on lui donne une routine de vie agréable et de l'exercice régulièrement.

Le type

Il y a deux tendances chez les éleveurs de labradors. Il y a une lignée américaine recherchée par les chasseurs passionnés car elle est active, énergique et travaillera très bien toute la journée de chasse. Il y a la lignée anglaise qui est, quant à elle, utilisée en conformation et fera un chien de famille plus calme que celui de la lignée américaine, ce qui ne l'empêchera pas de pouvoir être entraîné pour la chasse avec un certain succès.

Les standards

Le poids approximatif des mâles et des femelles en condition de travail : mâles : 27 à 34 kg et femelles : 25 à 32 kg. Quant à la hauteur aux épaules, celle-ci est pour les mâles de 57 à 62 cm, tandis qu'elle est de 54 à 60 cm pour les femelles.
Le labrador doit être costaud, le rein court. Le rein et l'arrière-train sont larges et puissants. Le pelage est particulier au labrador: il doit être court, très dense, sans ondulation et donner une impression d'être rêche au toucher. À ses débuts, la couleur noire dominait. Aujourd'hui, les couleurs sont le noir, le jaune et le brun (qui, par ailleurs, a toujours été plus rare que les autres couleurs... et il semble que ce soit aux États-Unis qu'on l'apprécie le plus dans sa version brune). Une petite tache blanche sur le poitrail est permise. Les yeux démontrant de l'intelligence et un bon tempérament sont préférablement bruns ou noisettes, le contour des yeux et la truffe doivent être brun foncé ou noir.

Le crâne est large et plat, l'arrêt du front doit être marqué, les mâchoires moyennes et les dents puissantes. Les oreilles moyennes sont triangulaires, retombant contre la tête et sont situées plutôt vers l'arrière. Le cou est fort.
Sa poitrine est large, puissante et bien descendue. Il possède une ossature forte.
Il peut vivre en moyenne une dizaine d'années. Cependant, comme toutes les grandes races de chien, il peut développer la dysplasie de la hanche. La race est aussi sensible à certaines maladies héréditaires, telle l'atrophie progressive de la rétine (PRA) et la cataracte.

En conclusion...

Si vous pensez acquérir un labrador, assurez-vous de pouvoir lui accorder du temps en éducation et en entraînement physique, car s'il n'est pas bien éduqué, il deviendra un délinquant qui vous jouera des tours pendables. Il vous faudra, si possible, avoir accès à de l'espace de jeu extérieur... il pourra difficilement se contenter d'un trois et demi en permanence.

Côté alimentation, le labrador a établi aussi sa réputation de bon vivant, il avalera son repas en moins de deux. Il faudra veiller à l'embonpoint, car il ne semble être jamais rassasié.
Si vous respectez ses besoins, il vous apportera un sourire à chaque jour.

Daniel Gravel

scoubidou 10 sept 06

SPA52303 (Small)

L'évolution du chien

Le développement du chiot

La période néo-natale (0-15jours)

Le chiot est aveugle, presque sourd et dépend complètement de sa mère. Le toucher est le sens dominant, c’est lui qui permet au chiot de retrouver les mamelles pour se nourrir.

Jusque vers 15 jours le chiot ne sait pas faire seul ses besoins, c’est la mère qui l’aide en faisant sa toilette (léchage de la région ano-génitale).

La période de transition (15-30 jours)

Le chiot achève le développement de son cortex cérébral: il a ouvert les yeux , les conduits auditifs aussi, le goût et l’odorat deviennent fonctionnels: c’est l’apprentissage des perceptions.

A trois semaines, le chiot peut commencer à laper les liquides; à 4 semaines il commence à mâcher les petits fragments. A six semaines , toutes ses dents de lait sont en place, il peut donc se nourrir seul.

La période de socialisation (30 jours-3 mois)

C’est une période-clé dans le développement psychique du chiot: il va acquérir les comportements nécessaires à sa vie en meute (reconnaissance de l’espèce et hiérarchisation).

L’imprégnation correspond à l’identification à l’espèce: en naissant, le chiot ne sait pas qu’il appartient à l’espèce canine, et c’est l’intensité des rapports avec la mère et le reste de la portée qui va le lui apprendre. Il est essentiel de garder au moins jusqu’à six semaines le chiot avec sa mère, sous peine de voir se développer de graves troubles du comportement (dyssocialisation primaire).

Au cours de cette période, le chiot est extrêmement sensible à son environnement: plus il sera stimulé, plus il saura s’adapter ultérieurement à toute variation extérieure; c’est pourquoi les chiots élevés en famille, qui gardent un excellent souvenir des contacts avec les humains (jeux avec es enfants) sont beaucoup plus sociables que les chiots élevés isolés.

L’apprentissage de la hiérarchie se fait dès le sevrage: à ce moment, le chiot ne dépend plus que de sa mère pour se nourrir, mais doit se plier aux codes de la meute pour l’accès à la nourriture, en laissant la préséance aux dominants.

Au cours des jeux avec le reste de la portée, il apprend aussi le contrôle de la morsure: s’il mord un peut fort un de ses frères ou sœurs, le mordu manifeste en couinant, et la mère intervient en punissant le fautif (léger serrage de la peau du cou). Si votre chiot mordille trop fort, adoptez le même comportement que la mère: saisissez-le doucement par la peau du cou pour décoller légèrement les pattes avant du sol, en disant fermement “non!”. Le chiot comprendra très bien ce signal.

Ultérieurement : les changements apportés par la puberté.

La puberté intervient à partir de six mois chez les petites races, plus tardivement (jusqu’à 10 mois) chez les grandes races. En dehors des manifestations sexuelles (apparition des chaleurs chez la femelle, désir de fugues chez certains mâles), c’est aussi une période d’affirmation du caractère: le chien va définitivement prendre sa place hiérarchique dans la maison, à l’intérieur de la meute constituée par la famille d’accueil.

C’est donc naturellement un moment où il va falloir être attentif aux excès de dominance. Voir à ce sujet le topo sur l’importance de la hiérarchie dans l’éducation du chien.

 

 

Source vet&cie

13:20 Écrit par les baraques waterloo dans Comportement | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chien, waterloo, animaux, comportement, club canin, les baraques, vet cie |  Facebook |