20/02/2011

Quelques règles à respecter

On ne le répètera jamais assez, quelques petites règles de base pour mieux vous aider tout au long de la cohabitation avec votre chien.

L'arrivée du chien à la maison

En général, c'est très tôt qu'il faut donner de bonnes habitudes à son chien et l'éducation canine est la meilleure chose qui puisse arriver à votre chien

 

En effet au départ il est tout petit, et on le laisse faire un peu tout ce qu'il veut. C'est un tort car il prend très vite de mauvaises habitudes. Sachez que le petit bouvier bernois qui monte sur le canapé fera bientôt 70 kg, il faut penser tout de suite aux situations futures. Tout d'abord il faut déterminer la place qu'il occupera dans la maison. Evitez les endroits où vous vivez le plus souvent, c'est à dire le salon, la cuisine ou la salle à manger. Un endroit d'où il peut apercevoir les différentes pièces de la maison, me semble tout à fait approprié. Le chien ne se sentira pas plus heureux s’il dort dans votre chambre ou pire encore sur votre lit. Le lit, le canapé sont réservés aux dominants, c'est à dire vous, et c'est là que l'éducation peut commencer. Il est sûr que si le chiot n'a que quelques semaines, il risque fort de pleurer la nuit , mais cela ne dure pas très longtemps en général, mettez lui un tee-shirt avec votre odeur, ceci devrait suffire à le rassurer. N'oubliez pas quelques jouets à mettre dans son panier. Et ne pensez surtout pas que le fait de supprimer la gamelle d'eau le soir évitera les petits pipis la nuit, l'eau doit être disponible en permanence.

 

La propreté du chiot

 

Le chien est naturellement propre, et le pipi dehors est une chose qu'il assimile très vite ; il est clair qu'il y aura de nombreux accidents au départ, mais c'est à vous de lui faire comprendre où il doit faire ses besoins. Le chien ne peut pas devenir propre du jour au lendemain en sortant seulement 3 fois par jour, il faut le sortir le plus souvent possible, sa vessie n'étant pas encore totalement développée, et n'oubliez pas de le féliciter à chaque fois qu'il fera dehors. Il y a cependant la méthode du journal, qui n'est pas une solution en soi ; je préfère de loin qu'il apprenne, dès son plus jeune âge, à faire ses besoins dehors et non sur un bout de journal devant la porte, surtout si vous résidez en appartement au 6ème étage. Le chien devra être sorti après chaque repas, chaque réveil, ou après chaque séance de jeux. Si le chien s'oublie dans la maison, il est strictement inutile de lui mettre le museau dedans, ceci est une pratique du Moyen-Âge totalement inutile, la première chose à savoir, c'est qu'il faut le prendre sur le fait, afin de pouvoir le gronder ; de cette manière on pourra le secouer par le cou en le grondant, et le mettre dehors dans les secondes qui suivent. Ne criez pas sur votre chiot non plus lorsque vous le surprenez en train d'uriner, le fait de hurler sur celui-ci, ne rendrait les choses encore que plus difficiles. Votre chiot penserait qu'il n'a pas le droit d'uriner en votre présence, même s'il se trouve dehors. Le mieux est de lui dire « NON » sur un ton ferme et de le placer à l'extérieur, où il a l'habitude de faire ses besoins. Si par chance, votre chiot se soulage à ce moment même, ne manquez pas de le féliciter chaleureusement, de cette manière il comprendra très vite la propreté. De même si vous rentrez chez vous et que vous découvrez un pipi, ne ramassez pas devant le chien, il risquerait de prendre ça pour un jeu ; ne lavez surtout pas à l'eau de javel, qui, pour le chien, a une odeur proche de celle de l'urine, le vinaigre blanc est très efficace pour enlever les odeurs d'urine. Une petite astuce, pour savoir si le chien a envie de sortir, à chaque sortie et promenade, faites-le asseoir devant la porte, il assimilera le fait que la porte s'ouvre à chaque fois qu'il s'assoit devant, de cette manière votre chien pourra vous faire savoir à quel moment il a envie de sortir. Si votre chiot mange ses crottes, ce n'est pas signe qu'il a peur de se faire disputer comme bien des gens le pensent, regardez plutôt du coté de l'alimentation, les exhausteurs de goûts ajoutés aux croquettes se retrouvent dans les selles, et attirent les jeunes, qui n'hésitent pas à avaler leurs excréments.

 

Si pour une raison ou une autre vous devez utiliser la méthode du journal, je vous conseille de placer un sac plastique sous le papier journal, il faudra également, utiliser une feuille légèrement souillée à chaque fois que vous changez le papier, de cette façon les odeurs d'urine seront toujours présentes, et le chiot saura instinctivement ou il doit faire ses besoins. Si votre chiot a vraiment du mal à devenir propre, il vous reste encore une solution, sortez votre compagnon en laisse même si vous possédez un jardin, et emmenez le directement à l'endroit où il à l'habitude d'uriner. L'urine du chien est composée de phéromones, même si un chien vient d'uriner à l'instant il y a fort à parier qu'il urinera de nouveau en reniflant cette odeur. Maintenez votre chiot en laisse à cet endroit précis, quand il aura exploré cet endroit de fond en comble, il ne pensera alors plus qu'à uriner, et non à batifoler dans tout le jardin. En dernier recours vous pouvez également déposer la gamelle de votre chiot à l'endroit de la maison ou il a l'habitude d'uriner. En effet le chien ne souillant jamais l'endroit où il mange, cela pourra peut être déclencher la propreté, au pire il ira faire ses besoins à un autre endroit, à vous de le surveiller ensuite, pour que ce nouvel endroit se trouve à l'extérieur.

 

Une méthode qui a fait ses preuves pour la propreté, est de mettre le chiot en cage ; cette méthode peut vous paraître cruelle, mais sachez qu'il n'en est rien ; le chiot se sent en sécurité dans un endroit restreint, et comme il ne souille jamais l'endroit où il mange et celui où il dort, vous êtes sûr du résultat. Pour habituer le chiot à la cage, vous pouvez placer un biscuit pour chien à l'intérieur de celle-ci, et le féliciter quand il y rentre. Ne refermez pas la porte immédiatement sous peine de l'effrayer, laissez-le explorer sa nouvelle demeure, invitez-le à en sortir en l'appelant par son nom et félicitez le chaleureusement quand il en sort. Replacez ensuite un autre biscuit à l'intérieur avec quelques-uns de ses jouets habituels, afin qu'il y retourne de lui-même, de cette manière votre chiot ne prendra pas le fait d'être enfermé pour une punition. Ne vous servez jamais de la cage pour punir ou sanctionner votre chiot, sa cage doit rester un endroit ou il se sent bien et en sécurité. Après un repas, sortez votre chiot de sa cage dès qu'il gémit et conduisez-le au coin toilette, c'est certainement ce qu'il essaye de vous faire comprendre. La nuit si le chiot dort dans la cage, sortez le dès qu'il se plaint et mettez-le dehors afin qu'il puisse faire ses besoins ; s'il continue ensuite à se plaindre ignorez-le. N'abusez pas non plus de cette cage, à cet âge là, le chiot ne doit pas rester enfermé plus de 3 heures dans la journée ; pour la nuit le mieux serait encore de laisser la porte ouverte afin qu'il ne soit pas obligé d'uriner là où il dort : un chiot de quelques semaines ne peut pas se retenir plus de quelques heures.

 

Non seulement le vinaigre blanc enlève les odeurs d'urine, mais évite que le chien refasse au même endroit ; évitez si possible les répulsifs!

 

 

Les règles obligatoires

Il y a certaines règles à établir entre le chien et le maître, règles à ne jamais remettre en question pour avoir une éducation parfaite. Tout d'abord le chien ne doit pas être présent pendant le repas familial, ou alors il doit se trouver dans un coin de la pièce, sans qu'à aucune reprise il ne vienne demander la moindre chose, en aucun cas ne donner de la nourriture à table, cela évitera que le chien ne vienne mendier par la suite. Les repas du chien doivent être servis au même endroit et à la même heure chaque jour ; il est préférable de ne pas varier la nourriture si vous avez opté pour un aliment sec, et si un changement de croquettes s'avère nécessaire, faite le changement progressivement, en étalant sur une quinzaine de jours. Certains préconisent le 4/4, c'est à dire 75% de croquettes habituelles et 25% de nouvelles croquettes pendant 3 jours, suivi de 50% d'anciennes et 50% de nouvelles toujours pendant 3 jours, ensuite 75-25 toujours pendant 3 jours ; ça me parait un peut trop rapide pour l'organisme canin, sachant que les croquettes sont digérées au bout de 10 voire 15 heures pour certaines marques. Je vous conseille d'ajouter la nouvelle marque de croquettes quand il vous reste encore le quart d'un paquet de 15 kilos, de cette manière l'acclimatation est vraiment progressive.

 

Certaines pièces doivent être strictement interdites à votre chien, comme la chambre ou la cuisine par exemple. Le chien doit dormir par terre ou dans sa caisse, absolument pas sur un fauteuil, un canapé ou encore pire, dans le lit. De la même manière c'est vous qui instaurez les séances de caresses ou de jeux, et pas lui, ne lui demandez pas non plus de jouer lorsqu'il est en train de dormir, le chiot obtient 50% de sa croissance par le sommeil. Essayez de contrôler aussi ses aboiements, il faut un juste milieu, il ne faut pas qu'il aboie pendant 15 minutes chaque fois que quelqu'un frappe à la porte, et d'un autre côté, le chien a le devoir de prévenir son maître, et de garder la maison

 

 

Le saviez vous????

 

L'odeur d'urine de chien est totalement neutralisée par le vinaigre blanc.

 

Le chien est le premier animal à avoir été domestiqué par l'homme. Bien que plusieurs théories sur son origine aient été avancées, il semble bien que le chien (canis familliaris) soit un descendant du loup (canis lupus).

 

La structure sociale chez le loup s'établit en 2 groupes: les mâles et les femelles.

 

Chaque groupe possède un dominant (les individus "alpha"). Chez les mâles, les conflits, bien que spectaculaires, sont très ritualisés au sein de la meute, ils finissent par la soumission du plus faible.

 

Chez les femelles, la lutte est souvent immédiate et d'une grande férocité, et peut aller jusqu'à la mort.

 

http://www.chiens-evasion.com/education.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

30/01/2011

Vrai ou Faux ?

VRAI OU FAUX?

 

1 - Le sucre rend les chiens aveugles

 

Faux


Le sucre ne rend pas les chiens aveugles mais augmente le risque de voir surgir chez le sujet habitué à des carrés de sucre à répétition le diabète. Et parmi les manifestations les plus communes du diabète, la cécité arrive en bonne place !
En fait, le plus grand risque qu'engendre la prise régulière de sucre par un chien est le surpoids ! Les sucreries sont donc à donner avec parcimonie à son chien !

2 - Le chocolat peut-être mortel pour un chien  

 

Vrai

Le chocolat contient un alcaloïde, la théobromine, qui est toxique chez le chien. A petite dose, le chien peut juste être « barbouillé », mais à forte dose, l'ingestion de chocolat peut être mortelle !
Si votre chien avale une boite de chocolat entière, courez vite chez votre vétérinaire ! Outre les troubles digestifs graves, il risque une fois que la toxine sera passée dans le sang de présenter des troubles cardiaques et nerveux irrémédiables.
Les vétérinaires insistent sur le fait qu'une tablette de
200 grammes de chocolat noir peut tuer un chien de petite race. Le chocolat au lait est plus toxique encore !

3 - Vacciner un chien âgé peut le tuer

 

Faux

Bien au contraire ! Si un chien âgé n'est pas vacciné, à la moindre confrontation avec une souche maligne, il n'aura aucune arme pour se défendre !
Son organisme plus faible du fait de l'âge a besoin d'un coup de pouce pour faire face aux maladies. Le vaccin est donc plus que jamais d'actualité !

4 - Le chien qui remue la queue est content

 

Faux

Le fait de remuer la queue démontre chez le chien d'un état d'excitation important. Cette excitation peut être due à une grande joie (quand il entend le cliquetis de la laisse par exemple signe d'un départ imminent pour la promenade, ou lorsque son maître rentre à la maison) mais aussi à une grande envie d'en découdre avec un chien sur son territoire !
Dans ce deuxième cas, le chien n'est pas spécialement content : il est plutôt hargneux !

5 - Pour qu'il soit heureux il faut varier son alimentation

 

Faux

Un chien (comme tous les carnivores d'ailleurs) n'éprouve pas de lassitude alimentaire. Si un aliment lui convient (croquettes par exemple), il est inutile d'en changer ! 
Si un chien qui renâcle à manger sa gamelle, c'est soit qu'il n'a pas faim soit qu'elle ne correspond pas à ses besoins nutritionnels (âge, taille, poids, activité).
Varier trop souvent la nourriture d'un chien peut engendrer des problèmes digestifs voire même de comportements.

6 - Un chien infirme peut devenir méchant

 

Faux

Un chien privé de l'usage d'un membre ou d'un sens va passer outre le handicap en cherchant une parade. Il s'habituera à marcher et courir sur 3 pattes, à compenser un œil défaillant en sollicitant son nez.
Jamais il ne sera tenté de s'apitoyer sur son sort et gardera sa joie de vivre envers et contre tout !

7 - La chienne ne connaît pas la ménopause

 

Vrai

Une chienne peut théoriquement avoir des petits tout au long de sa vie. Dans les faits, après l'âge de 8 ans, la chienne reste certes féconde mais les portées sont plus difficiles.
Fausses couches, accidents à la mise bas, portée réduite, chiots mort-nés deviennent plus courants au fur et à mesure que la chienne avance en âge.

8 - Un chien ne peut être lavé plus de deux fois par an

 

Faux

Un chien peut très bien être lavé autant de fois que son maître le juge nécessaire sans que cela n'affecte en rien la santé du chien. Il est par contre recommandé d'utiliser des produits spécifiques pour les chiens et non des produits types shampoing pour bébé.
L'épiderme du chien étant très fragile, un produit trop détergeant apportera des risques de grattage voire d'allergie.

9 - L'odeur de l'eau de Javel vient à bout des chiots malpropres

 

Faux

Bien au contraire, l'odeur de l'eau de Javel rappelle étrangement sous la truffe d'un chien l'odeur de l'urine canine (chlore et ammoniaque).
Pour nettoyer un endroit souillé par l'urine d'un chiot, il est fortement recommandé d'éviter l'eau de Javel et de la remplacer par de l'eau à laquelle on ajoute une petite dose de vinaigre.

10 - L'âge d'un chien multiplié par 7 équivaut à son âge humain

 

Faux

La transposition de l'âge d'un chien en âge humain dépend de sa taille.
Les spécimens de petite taille (moins de 15 kilos) atteignent ainsi l'âge respectable de 60 ans équivalent homme dans leur dixième année tandis que les grands chiens (plus de 40 kilos) atteignent le même âge en seulement 7 ans.
La règle de la multiplication par 7 généralement connue par les propriétaires de chiens est donc une moyenne peu fiable !

11 - Une chienne doit avoir au moins une fois des petits pour être équilibrée

 

Faux

En dehors des périodes de chaleurs où la chienne a d'emblée un instinct reproducteur, la chienne ne recherche aucunement la maternité !
Croire qu'une portée va épanouir un chien est une idée typiquement humaine comme celle de la variété des repas !
En stérilisant une chienne, elle ne risque aucunement de perdre sa joie de vivre ni de regretter une naissance. En fait, la stérilisation  favorisera sa survie en la protégeant du cancer de l'appareil reproducteur.

12 – La castration est le seul remède pour adoucir un chien agressif

 

Faux

Bon nombre de personnes pensent que si un chien est agressif, il faut le faire castrer. C'est totalement faux ! La castration n'influe aucunement sur le caractère belliqueux d'un chien.
Si votre chien est agressif envers ses congénères ou vous même, le meilleur remède est de prendre rendez-vous avec un vétérinaire comportementaliste ou de passer par une éducation adaptée via un club canin.

 

http://www.date-dog.com/

 

12/12/2010

L'ENFANT ET LE CHIEN

Le chien est un animal domestique

 

- Il a été adopté, éduqué, sélectionné   par l’homme depuis des millénaires

- grâce à ses qualités d’attention, de curiosité, de mordant, d’obéissance, de rapidité etc.

- comme compagnon d’utilité ou de travail: chien berger, de chasse, de garde, de transport, chien guide etc.

- ensuite de famille, de loisir et de sport

 

A l’origine, le chien

 

- est un animal curieux et rapide, qui suit ses instincts

- Il est  carnivore et équipé d’une gueule impressionnante pour attraper, mordre et tuer une proie pour se nourrir et nourrir les siens

- La meute est sa famille, son groupe, sa tribu fortement hiérarchisée où il a sa place bien établie

- Il aboie et mordille pour s’exprimer

- L’instinct de proie existe toujours et présente un risque mais aussi une opportunité de jeu

 

Le chien est différent de l’enfant

 

- Il s’exprime par un langage corporel:

-    droit sur ses pattes = fier ou dominant

-    presque accroupi = craintif ou soumis

-    oreilles abaissées = inquiet

-    oreilles relevées = attentif

-    queue relevée = fier ou dominant

-    ou entre les pattes = apeuré ou soumis

-    queue agitée = content ou excité

-    poil hérissé = agressif ou excité

- Il devient adulte en quelques mois

- Il  est vif mais a besoin aussi de calme

- Il vaut mieux limiter les comparaisons humaines: il a mal s’il est frappé, il est malade s’il mange trop...

 

La sécurité avant tout:

ne jamais laisser l’enfant  seul avec un chien

 

- même connu avant l’âge de raison

- A 3 ans l’enfant n’a pas le développement psychomoteur adapté au chien

- Ses gestes maladroits peuvent induire une réaction brusque ou défensive

- Sa petite taille est une faiblesse: il faut sur-élever le petit enfant et protéger sa figure

- A 5-7 ans l’enfant peut apprendre avec  l’adulte  à comprendre le comportement du chien et commencer à le respecter

 

Des consignes de sécurité pour les enfants

 

- Ne pas taper le chien, le coincer = menace

- Ne pas l’embrasser ou le serrer trop fort

- Le chien dort et mange seul: ne pas le déranger

- Ne pas approcher un chien inconnu, le caresser ou lui donner à manger sauf avec un adulte parent et avec l’accord du propriétaire

- Appeler son chien pour jouer et ne pas le forcer à venir

- Ne pas défier le chien et le regarder dans les yeux, le chien peut se sentir agressé

- Ne pas s’encourir devant un chien ou lui tendre la main s’il est excité ou agressif

- Ne plus bouger, les bras et les mains près du corps ou de la figure pour le calmer

 

L’acquisition ou l’accueil d’un chien ou chiot

 

- demande une décision après une réflexion en famille

- Le chien vit +-10-15 ans

- Il n’est pas un jouet ou un objet choisi pour sa beauté: il s’attache à une famille et ne doit pas être abandonné

- Le chien qui convient est celui qui répond à une liste de questions à se poser avec un vétérinaire ou un éducateur canin: race petite/grande, chien de famille, d’utilité ou de sport, chiot à éduquer ou chien à adopter etc.

- Il apporte une relation bénéfique à l’enfant et sera un «copain discret»

- Il a des besoins:

-    une place à lui pour boire, manger et pour se retirer ou dormir

-    de l’espace pour se dégourdir les pattes, un jardin, un parc, la campagne...

-    d’hébergement (couchage), de garde, de nourriture, de vétérinaire...

- Ceci génère des frais à bien estimer

- Il faut une organisation: qui fait quoi?

- L’enfant ne doit pas être responsable de son chien mais il se sentira valorisé de s’en occuper et prendra confiance en lui

- L’enfant est motivé à quitter sa TV ou PS et voit autre chose proche de la nature

 

Vivre avec le chien ou chiot

 

- Sa place est après l’être humain que ce soit pour dormir, manger ou sortir

- Il doit être socialisé: apprendre à vivre en famille et en société dès le plus jeune âge en le confrontant et l’habituant aux autres enfants ou personnes,  à la rue, aux autres animaux et aux divers lieux de fréquentation et de sortie...

- Il a besoin d’activité, un chien enfermé devient agressif ou déprimé

- Il aime apprendre, jouer et obéir sur base de récompenses (caresses, paroles de joie, bonbons…) et non de corrections

- Des cours d’éducation canine sont utiles pour connaître les gestes et les ordres de base et éviter les erreurs.

 

 

Cette plaquette d’information à l’attention des enfants et de leurs parents contient des principes généraux à nuancer selon le chien, l’enfant, l’adulte et les situations.

Son auteur,  Didier Goormans, vice-président du Club canin les Baraques de Waterloo a été notamment inspiré par une excellente brochure illustrée de l’O.N.E. « L’enfant et le chien » cfr one.be

 

09:56 Écrit par les baraques waterloo dans Comportement | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : club canin, les baraques, waterloo, chien, comportement, enfant, st hubert |  Facebook |

01/11/2009

témoignage d'un maître à son chien.

Aida,

 

Octobre 2009, les jours raccourcissent, le soleil fait briller les feuilles des arbres, mais ce 8 il a plu… et tu es partie.

Ton véto, qui t’adorait et qui t’avait déjà sauvée, n’a rien pu faire, la faculté non plus, la maladie a pris sa revanche.

La vie aboutit à la mort, tu t’en es allée tranquillement sans cri sans plainte comme pour t’effacer. Seul l’animal sait faire ça comme pour nous épargner nous les humains si fragiles et si sensibles.

Notre duo n’est plus et un vide s’est installé car tu remplissais ma vie, celle de ma famille et même celle de nos amis par ta présence et ta joie de vivre.

 

Tu nous a procuré tant de moments forts : des batailles pour éduquer ta forte personnalité, des jeux, des promenades et des voyages en famille, des concours d’obéissance gagnés quand tu en avais envie comme pour nous faire plaisir…

Ton plaisir à toi était de pouvoir exprimer franchement et sportivement ton mordant naturel ou ta rapidité en agilité tel ce parcours en 22 secondes contre 28 secondes  pour le meilleur score réalisé à l’entraînement!

Jamais je ne t’ai donné d’ordre agressif même pour commander une défense et tu n’as jamais agressé personne sauf pour te défendre ou pour chasser courageusement un intrus du jardin ou encore pour t’interposer entre le petit Kenzo et une charolaise menaçante.

 

Tu nous a demandé si peu en retour sauf lorsque tu étais assise devant la boîte à biscuits avec un regard insistant et lorsque tu t’agitais devant la porte en apercevant des signes de départ.

Ton regard franc et vif, ta beauté de louve et ta spontanéité nous manquent, mais tu nous a donné tant de jours heureux devenus autant de souvenirs de bonheur.

 

Aida, je t’ai, nous t’avons tant aimé et je voulais te rendre hommage pour ton exemple, qui restera impérissable dans nos mémoires.

 

Cet hommage je le dédie à tous tes compagnons à quatre pattes, qui sont ou ont été importants dans la vie et dans les souvenirs de leurs maîtres et amis : ils méritent leur respect, leurs soins et leur affection.

Ne nous offrent-ils pas ces liens précieux et sentimentaux que nous pouvons établir avec la Nature ? Je crois qu’ils en sont de dignes et nobles représentants comme toi.

Merci.

 

Didier

Aida 029 [50%] [50%]

 

 Aida 033 [50%]

26/04/2009

Le berger des Pyrénées

DSCN0842

 

 

Le Berger des Pyrénées.

 

L'origine du berger des Pyrénées reste une énigme.On peut supposer que son ancienneté remonte à une Antiquité très reculée, qu'elle figure parmi les races les plus pures et les plus admirablement conservées, et qu'elle est proche de l'espèce primitive.
Son sang a cependant vraisemblablement marqué la généalogie de plusieurs chiens de berger occidentaux comme le bobtail,le gos dÂtura català, le berger australien, etc.


Cependant plusieurs hypothèse on été énuméré:

  • Un descendant du terrier du Tibet
  • Un chien sauvage domestiqué
  • Un chien-renard
  • Le labrit pour ancêtre
  • Une parenté avec les Amphicyonidés "Chien-ours"
  • Un descendant de l'Ovcharka
  • Sont origine remonte à l'époque où les Suèves envahirent la Gaule. Les chiens ainsi introduits se croisèrent avec des chiens de bergers locaux. Les chiens issus de ces croisements restèrent longtemps isolés dans les hautes vallées pyrénéennes (d’où leur nom) ce qui contribua à préserver la pureté de la race.

Durant la guerre mondiale de 14-18, les Bergers des Pyrénées sortirent enfin de leur anonymat en assurant des liaisons pour l'armée française à travers la montagne. Aujourd’hui encore, il est toujours apprécié pour la garde des troupeaux de moutons dans ses contrées d’origine.

Surnommé “ le chien qui a vu Dieu ” le Berger des Pyrénées a de l’énergie, de l’intelligence, mais également un caractère frondeur qui demande une main ferme. Son origine se perd dans la nuit des temps, mais ce que l’on sait, c’est de manière indiscutable un montagnard.

A poil long

ASPECT GÉNÉRAL

Chien dénotant sous un minimum de taille et de poids un maximum d’influx nerveux. Une physionomie toujours en éveil, un air malin et méfiant joints à une grande vivacité de mouvement, donnent à ce chien une allure caractéristique à nulle autre pareille.

 

PROPORTIONS IMPORTANTES

  • Le crâne est à peu près aussi long que large
  • Le museau est plus court que le crâne dans un rapport 1/3 2/3
  • La longueur dus corps est supérieure à la hauteur au garrot
  • La distance du coude au sol est supérieure à la moitié de la hauteur au garrot

 

Berger des Pyrénées à face rase

 

 

 

 

ASPECT GÉNÉRAL

Dans l'ensemble, le chien de berger des Pyrénées à face rase possède les mêmes caractéristiques que le berger pyrénéen à poil long.

 

PROPORTIONS IMPORTANTES

  • Le crâne est à peu près aussi large que long.
  • Le museau est un peu plus court que le crâne, mais plus long que celui du poil long ou mi-long.
  • La longueur du corps est presque égale à sa hauteur.
  • La distance du coude au sol est supérieure à la moitié de la taille au garrot.

Caractère

 

 

 

 

Ce n'est certes pas un chien comme la plupart des autres. Les néophytes s'en aperçoivent d'ailleurs relativement vite surtout s'ils n'ont pu glaner aucune bonne information sur leur futur compagnon avant de l'acquérir. A la limite, le berger des Pyrénées n'est pas à conseiller aux personnes qui n'ont jamais eu de chiens. Mais il serait sans doute judicieux de prévenir les personnes qui n'ont pas le goût de la discipline que ce charmant petit chien pourrait les surprendre par un certain abus d'autorité canine...

Comme la plupart des chiens de berger, c'est un chien soumis qui a besoin d'avoir un vrai maître, un chef de meute en quelque sorte. Sinon, c'est le chien qui prend la directive d'assumer cette fonction avec tous les moyens dont il peut user malgré sa petite taille. On a peine à croire qu'un petit poilu d'apparence si plaisante puisse devenir un chien aussi difficile, hargneux et parfois agressif avec son entourage.
De nombreux bergers des Pyrénées mal compris et donc jamais éduqués ont servi une très mauvaise publicité à leurs congénères. Il s'agit là non d'un trait de caractère inné mais du résultat d'une absence totale d'éducation et de maîtrise du chien.

Le berger des Pyrénées est un chien extrêmement intelligent dans son travail, intuitif et aussi roublard. Le devoir de tout maître attentif est de lui permettre de révéler ces qualités pour leur profit réciproque. Sinon le berger des Pyrénées est assez malin pour déceler les failles de leur coexistence et les mettre à son unique avantage. Ce faisant, cet animal de meute qu'est le chien ne sera pas vraiment équilibré et traduira son instabilité caractérielle par un comportement inadéquat.

Il est méfiant de nature, souvent considérée comme de la crainte il s'agit plutôt d'une forme de prudence. Il ne se lie pas facilement avec celui qu'il ne connait pas. Il refuse même de se laisser toucher. C'est parfois un grand avantage car ce n'est pas le genre de chien qui se laisserait facilement enlever par n'importe qui. On peut très bien le laisser à la porte d'un magasin (en lui intimant l'ordre de ne pas bouger) sans risquer de ne pas le retrouver à la sortie. En revanche, un bon maître devrait obtenir que son berger se laisse toucher tranquillement soit par un juge en exposition soit par le vétérinaire. Le chien peut marquer un temps d'arrêt mais doit faire suffisamment confiance à son maître pour obtempérer le moment voulu.

Le berger des Pyrénées est aboyeur, c'est un fait qu'on ne saurait nier. Un avantage certain; personne ne longera votre propriété ou votre appartement ou votre voiture sans que vous ne soyez averti! C'est comme cela, il aboie, c'est dans sa nature, et c'est, devrait-on ajouter, un atout dans sa fonction de maîtriser le troupeau. Les remèdes? En atténuer la durée uniquement. Mais si vous ne supportez pas les aboiements d'un chien, il ne faut pas prendre un berger des Pyrénées ou porter des boules "Quiès"! L'aboiement chez lui est naturel et, pourrait-on dire, partie intrinsèque du personnage.

Il n'est pas vraiment à sa place en ville, mais il peut y vivre à condition que son maître sache respecter ses besoins d'activité, au moins 2 heures de promenade quotidienne. Il serait douloureux pour un tel chien de rester enfermé tout seul pendant sept à huit heures par jour quand ses maîtres sont au travail. C'est un chien de berger par excellence, il a toujours vécu en contact étroit avec l'homme même si ce contact n'était que visuel et auditif. Ce chien a un besoin énorme de présence. Sans son maître il ne sait que faire. A la limite (mais il ne faudrait pas en faire un principe), il serait plus heureux dans un petit studio en compagnie de son maître que livré à lui-même toute la journée dans une immense propriété à la campagne.

Le berger des Pyrénées possède un maximum d'influx nerveux. C'est un chien toujours sur le qui-vive, rien ne semble l'exténuer véritablement. En promenade, il va inlassablement de l'un à l'autre, retraçant le cercle autour de son troupeau familial. Bref, c'est un chien d'action qui sera ravi d'accompagner son maître faire son jogging ou son entraînement à vélo. C'est également un chien tout indiqué pour l'agility dog et d'autres activités canines telles que le pistage ou la recherche en décombres.

Source : http://www.bergerdespyrenees.ch

Autre blog hyper sympa et très bien fait : http://www.lebergerdespyrenees.com/

 

 

CIMG5937

19/04/2009

Les Hovawarts

 

 

Hovawart, …

Hella dans les premières neiges 5 janvier 2009 052 (Small)
 

Origines

Les premiers renseignements sur le Hovawart sont connus dès 1210.

En 1473, nous retrouvons le Hovawart sur la liste des cinq races les plus nobles, il est décrit comme le limier idéal pour poursuivre les malfaiteurs.

Après le Moyen Age la race s'éteint lentement pour faire face à de nouvelles races comme le Berger Allemand, qui remplace le Hovawart comme chien de garde et de travail.

Au début du 20ème siècle, le Hovawart avait pratiquement disparu. Un groupe d'enthousiastes, dont Kurt Friedrich Konig décidèrent de faire une tentative pour sauver la race.

C'est en 1937 le " Kennel Club Allemand " reconnaît le Hovawart comme race.

Tous ces efforts furent presque anéantis durant la 2ème guerre mondiale par sa mise au travail comme chien de guerre et pour ses capacités de chien de somme. Ainsi en 1945 il ne restait plus que quelques Hovawarts.

A cause du grand intérêt pour la race et avec l'appui et l'enthousiasme d'Otto Schramm le "Rassezuchtverein für Hovawart-Hunde Coburg" fut fondé en 1947. Grâce à l'effort de ce club, le " Kennel Club Allemand "reconnaissait en 1964 le Hovawart comme septième race sur la liste des chiens d'utilité.

L'Élevage se propagea aussi dans d'autres pays d'Europe et pour ainsi dire partout dans le monde. En 1984, le " International Hovawart Fédération " (I.H.F.) est fondé. Des conventions et des règles claires et distinctes furent éditées à l'égard de l'Élevage des Hovawarts. Le I.H.F. représente aujourd'hui environ 13 pays pour promouvoir l'Élevage des Hovawarts, la conservation et l'amélioration de la race.

Standard :

ASPECT GENERAL : Le Hovawart est un chien d'utilité vigoureux, de taille moyenne, de forme légèrement allongée et à poil long. La différence entre mâle et femelle est nettement marquée, surtout en ce qui concerne la forme de la tête et la conformation.

PROPORTIONS IMPORTANTES : La longueur du tronc mesure environ 10 à 15% de plus que la hauteur au garrot.

Comportement

Excellent gardien, le Hovawart prévient et impressionne par sa grosse voix. Il adore sa famille et surtout les enfants, il sera une véritable nounou pour les tout petits, ce n'est pas un chien que l'on doit enfermer dans un chenil il a besoin d'un contact avec toutes sa famille. C'est un chien calme et joyeux qui sait vivre parfaitement avec d'autres animaux domestiques.

C'est un chien qui grandit mentalement très doucement, il ne sera mature que vers l'âge de 2 ans mais gardera toujours la vitalité et l'esprit du jeune chien. Il a besoin d'exercice, de promenades journalières ou d'un vaste terrain ou il pourra courir à sa guise.

Conseil :

Le Hovawart comprend très vite ce qu'on lui demande mais ne supporte pas la monotonie des exercices, des leçons courtes avec beaucoup de motivation et des variantes d'exercices sont les clés du dressage du Hovawart. Son éducation se fera en douceur mais avec fermeté des son plus jeune âge.

Hella dans les premières neiges 5 janvier 2009 070 (Small)

Texte : JACCONI Christine
Élevage Fabien de Jye
340 rue de l'Étang de la Goutte
Moyenpal
88 220 XERTIGNY
Tél. : 03 29 39 32 19
site Internet :
www.Fabien-de-Jye.net

 

08/03/2009

Déclaration universelle des droits de l'animal

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'ANIMAL

PRÉAMBULE

Considérant que la Vie est une, tous les êtres vivants ayant une origine commune et s'étant différenciés au cours de l'évolution des espèces,

Considérant que tout être vivant possède des droits naturels et que tout animal doté d'un système nerveux possède des droits particuliers,
Considérant que le mépris, voire la simple méconnaissance de ces droits naturels provoquent de graves atteintes à la Nature et conduisent l'homme à commettre des crimes envers les animaux,
Considérant que la coexistence des espèces dans le monde implique la reconnaissance par l'espèce humaine du droit à l'existence des autres espèces animales,

Considérant que le respect des animaux par l'homme est inséparable du respect des hommes entre eux,

IL EST PROCLAME CE QUI SUIT

Article premier

Tous les animaux ont des droits égaux à l’existence dans le cadre des équilibres biologiques.

Cette égalité n’occulte pas la diversité des espèces et des individus.

Article 2

Toute vie animale a droit au respect.

Article 3

1-    Aucun animal ne doit être soumis à de mauvais traitements ou à des actes cruels.

2-  Si la mise à mort d’un animal est nécessaire, elle doit être instantanée, indolore et non génératrice d’angoisse.

3- L’animal mort doit être traité avec décence.

 

Article 4

1-    L’animal sauvage a le droit de vivre libre dans son milieu naturel, et de s’y reproduire.

2- La privation prolongée de sa liberté, la chasse et la pêche de loisir, ainsi que toute utilisation de l’animal sauvage à d’autres fins que vitales, sont contraires à ce droit.

Article 5

1-    L’animal que l’homme tient sous sa dépendance a droit à un entretien et à des soins attentifs.

2-  Il ne doit en aucun cas être abandonné, ou  mis à mort de manière injustifiée.

3- Toutes les formes d’élevage et d’utilisation de l’animal doivent respecter la physiologie et le comportement propres à l’espèce.
4- Les  exhibitions,  les spectacles, les  films utilisant des animaux doivent aussi respecter leur dignité et ne comporter aucune violence.

Article 6

1- L’expérimentation sur l’animal impliquant une souffrance physique ou psychique viole les droits de l’animal.
2- Les méthodes de remplacement doivent être développées et systématiquement mises en œuvre.

Article 7

Tout acte impliquant sans nécessité la mort d’un animal et toute décision conduisant à un tel acte constituent un crime contre la vie.

Article 8

1- Tout acte compromettant la survie d’une espèce sauvage, et toute décision conduisant à un tel acte constituent un génocide, c’est à dire un crime contre l’espèce.
2- Le massacre des animaux sauvages, la pollution et la destruction des biotopes sont des génocides.

Article 9

1- La personnalité juridique de l’animal et ses droits doivent être reconnus par la loi.
2- La défense et la sauvegarde de l’animal doivent avoir des représentants au sein des organismes gouvernementaux.

Article 10

L’éducation et l’instruction publique doivent conduire l’homme, dès son enfance, à observer, à comprendre, et à respecter les animaux.

La Déclaration Universelle des Droits de l'Animal a été proclamée solennellement à Paris, le 15 octobre 1978, à la Maison de l'Unesco.

animaux_pas_materiel_labo

30/11/2008

Le vocabulaire à employer avec votre chien

KESKIDI ?

 

Nos amis canins ont des origines fort diverses, les ancêtres de nos petits chouchous sont nés au Canada, en France, en Belgique, Hollande, pays scandinaves, pays de  l’Est, Asie,…, voire en Afrique.  

 

Et pourtant ils ont tous l’air de se comprendre !!!

 

L’idéal pour une bonne compréhension entre nous et nos chiens serait d’apprendre leur langage.  Mais, mais, mais, je nous vois mal nous mettre à quatre pattes, dresser nos oreilles ou encore balancer la queue pour inviter Médor à jouer à la baballe!

Alors, le plus simple est de leur apprendre quelques codes, pas besoin de leur apprendre le Français, les accords des participes ou encore le subjonctif imparfait.

Un vocabulaire très simple et relativement limité devrait nous permettre de communiquer.

L’expérience à montrer que nos compagnons peuvent assimiler pas mal de ces codes, l’effort doit venir du maître:

·       chaque fois le même mot (son) pour le même ordre

·       des sonorités biens différentes pour des ordres différents

·       pas de grande tirade, mais des sons brefs et clairs

·       Une répétition fréquente jusqu’à acquisition

·      

Pour les félicitations, ce que votre chien devrait entendre le plus souvent,  et contrairement aux recommandations précédentes je vous invite à vous lancer dans une tirade du genre :

« Ouuuuuuiiiiiii….., bienbienbien, qué bon chien ça, bon pépère, ça c’est un grand loulou, Houuuuu ... ça c’est le bon kiki à son papa, Sèlekikihakisa hein hein sèlekikihaki ………… ».

 

 

Vocabulaire

Voici une petite liste qui devrait vous aider pour la base de l’éducation de votre compagnon.  N’oubliez pas d’éveiller l’attention de votre chien en précédant l’ordre de son nom (Médor, au pied !), sauf pour le « Reste » où le nom pourrait être compris comme une invitation au retour au pied.

 

(A) ta place

Pour le retour en place

Assis

Très explicite !

Au pied

Pour l’inviter à retourner à sa place, à côté du maître

Couché

Très explicite !

Debout

Très explicite !

Dedans

Passer dans quelque chose (tunnel)

Face

Lors du rappel, pour avoir le chien en «Assis devant»

Non

Pour TOUT ce qui n’est pas autorisé

Passe

Pour le passage d’un obstacle (poutre d’équilibre)

Pied

Au démarrage de la marche et pour lui rappeler où est sa place durant la marche

Reste

Où il est, dans la position dans laquelle il se trouve

Stop

Pour l’arrêter dans toute progression

Up / Hop

Pour monter sur un obstacle, l’inviter au saut (table)

Va

Mot magique qui leur donne le droit d’aller jouer, renifler etc …

Ces mots codes vont seront régulièrement rappelés par les éducateurs lors des exercices sur le terrain.

 

Pour vous, juste quelques mots à garder en mémoire

pour lui, toute une éducation !

 

26/10/2008

Le rappel

Le rappel, comment faire et quelles sont les erreurs à ne pas commettre ?

 

C'est l'ordre que chaque chien devrait avoir acquis tant pour sa sécurité que pour la tranquillité de son maître et pour le plaisir de pouvoir promener son chien détaché.

Un bon rappel, c'est lorsque le chien revient immédiatement et rapidement auprès de son maître quand celui-ci lui donne un signal, quelles que soient les circonstances.

Quelques règles de bases à ne pas oublier :
- utiliser toujours le même ordre, quelle que soit la circonstance et quelle que soit la personne de la famille qui rappelle le chien. Il ne faut pas dire une fois "au pied", une fois "viens ici", une fois "à ta place", ...
- ne jamais disputer un chien qui revient même si cela fait 10 minutes qu'on lui demande de revenir et qu'il n'avait pas obéi. Un chien puni une fois se dira la fois suivante "je me suis fais disputer en revenant quand on me l'a demandé, donc je vais encore me faire disputer, alors je ne reviens pas".
- ne jamais courir derrière un chien qui ne revient pas. Le fait de courir le poussera soit à s'enfuir, s'il prend peur, soit à tourner autour de vous pour jouer car il prendra ça pour un appel à la course. Ce jeu est un des jeux préférés des chiens : courir l'un après l'autre. "Chouette, mon maître court derrière moi ". Et rappelez-vous bien, vous ne courrez jamais aussi vite que votre chien, vous ne pourrez pas le rattraper.

Le chien perçoit les ordres donnés par la parole et par la posture ou gestuelle.

Pour le côté verbal, l'ordre donné doit être simple et dit avec une intonation gaie qui va inciter le chien à revenir (même lorsqu'on est en colère). Si vous pensez que vous avez souvent tendance à être en colère, au lieu de donner un ordre, vous pouvez donner un petit coup de sifflet (sifflet d'arbitre de sport ou sifflet à ultra-sons) qui lui, aura une intonation toujours neutre. Mais attention, si vous utilisez ce moyen, pensez à toujours avoir votre sifflet sur vous.

Pour le côté gestuelle ou posture, il faut également lui donner envie de revenir. Pour cela, on écarte les bras, on met le ventre en avant, on s'accroupit, on bat des mains, on sourit .Et oui, montrez-lui que vous avez envie qu'il revienne.

Si cela ne suffit pas pour que votre chien revienne, partez en sens inverse en appelant le chien, couchez vous au sol, allez vous cacher derrière un arbre, tournez le dos au chien. Pour lui, ce sera comme un jeu et si vous vous amusez aussi, il viendra beaucoup plus volontiers.

Dès que votre chien arrive, faites lui la plus grosse fête possible "ouiiiiiiiiii, ça c'est bien mon chien", récompensez le avec une friandise, jouez avec lui. Surtout ne le rattachez pas de suite avec la laisse ou ne le faites pas rentrer à la maison sinon votre chien associera le rappel avec la fin de la balade et ne voudra pas revenir.

Dans la phase éducative du chien, commencez toujours dans un endroit où le chien n'aura pas de distraction, et pas de danger (route à proximité, autres chiens en train de jouer, ...). Rappelez votre chien quand il renifle le sol ou qu'il s'est un peu éloigné, félicitez-le et laissez-le repartir explorer son monde. Allez vous cacher et rappelez-le, "oui, c'est bien, il m'a retrouvé" et continuez la promenade. Rappelez-le une dernière fois, remettez la laisse et continuez votre balade en laisse avant de rentrer. Au lieu de poser la gamelle, préparez la à l'avance, laissez-là en hauteur et quand il fait autre chose, appelez le et félicitez le en lui donnant la gamelle.

Au départ, le chien doit être récompensé à chaque fois qu'il revient. Ensuite, on le récompense une fois sur 2 (en gardant le "c'est bien"), puis une fois sur 3 puis aléatoirement toute sa vie. Dites-vous bien qu'un chien qu'on rappelle alors qu'il est en train de jouer avec d'autres chiens, ou en train de se battre, doit avoir plus envie de revenir vers vous que de continuer son occupation. Alors, pour que le rappel soit efficace, n'hésitez-pas à le travailler régulièrement et à rappeler à votre chien que, de temps en temps, il y a une récompense au bout. Chouette !

Plus tôt vous commencerez dans la vie de votre chien, plus vite votre chien apprendra cet ordre essentiel. De plus, un chiot est très proche de son maître alors n'hésitez pas à le lâcher dès son plus jeune âge en l'habituant à revenir lorsque vous l'appelez. Il n'aimera pas ne plus vous voir et reviendra ventre à terre .

Et ensuite, quel plaisir de se promener avec son chien détaché sans crainte.

Avec un chien adulte, la même méthode peut être employée sans problème. Il faut juste demander à un ami de tenir votre chien en longe pendant la promenade pour ne pas prendre de risque

 

 

http://www.viveleschiens.com/section+item.itemid+132.htm

 

 

 malice_21

 

 

http://legoldenretriever.free.fr/galeriephotos/index_2.html