01/09/2013

Pourquoi le chien gratte-t-il le sol après avoir déféqué ?

Pourquoi le chien gratte-t-il le sol après avoir déféqué ?

 

Ceux qui possèdent un chien n’ont pas manqué de remarquer la manière dont l’animal (surtout si c’est un mâle) gratte vigoureusement le sol après s’être livré à la défécation.  Il s’écarte légèrement du lieu où il a laissé ses matières fécales, puis, avec des mouvements énergiques vers l’arrière de ses pattes antérieures et surtout postérieures, il gratte le sol à plusieurs reprises avant de s’éloigner ;  Quelquefois, il effectue cette opération après la miction, mais c’est moins fréquent.

L’explication, à l’origine, consiste à considérer cet acte comme un vestige de l’époque où les ancêtres sauvages du chien recouvraient leurs matières fécales, tout comme les chats.  On croyait que la domestication avait réduit l’efficacité de l’acte, qui ne serait plus aujourd’hui qu’un vestige inutile d’un procédé qui avait jadis des raisons d’être hygiéniques.  Or, nous sommes très loin de la vérité.  En effet, une observation récente des loups dans leurs conditions naturelles a permis de constater qu’ils ont, eux aussi, le même type de pratique.  Cette façon de gratter le sol n’est pas lié à une « décadence » due à la domestication.

Autre hypothèse : les chiens essaient d’éparpiller leurs excréments, pour élargir le secteur sur lequel ils ont apposé leur odeur personnelle.  Certaines espèces d’animaux procèdent, en effet, à la dispersion de leurs déjections, comme l’hippopotame, par exemple, qui est pourvu d’une queue spécialement aplatie qui s’agite d’avant en arrière tel un éventail pour disperser aussi loin que possibles ses excréments et leur odeur.  Cependant, bien que les chiens grattent le sol tout près de leurs matières fécales, ils semblent toujours prendre soin à  ne pas les toucher.

Cela nous laisse face à deux explications possibles.  Tout d’abord, on a remarqué que, lorsqu’ils sont en pleine nature, les loups qui grattent la terre modifient l’aspect du sol et de la couche superficielle sur plusieurs mètres carrés.  Ce procédé laisse une marque visible très évidente en plus du signal à l’odeur que constituent les matières fécales.  Les chiens qui grattent le trottoir  ou toute autre surface en zone urbaine dure, ne peuvent laisser qu’une trace visuelle infime en grattant avec leurs pattes, mais ce n’est pas de leur faute.  Dans un cadre plus conforme à la nature, ce geste vigoureux se serait traduit par une marque beaucoup plus impressionnante.

Deuxièmement, nous avons souligné au passage que les seules glandes sudoripares efficaces chez le chien se trouvent en dessous des orteils.  Il se peut que l’animal cherche simplement à ajouter une autre odeur personnelle, à celle, déjà présente, de ses excréments.  Cette idée peut nous sembler peu convaincante, car, si l’odorat humain détecte sans mal l’odeur des matières fécales canines, l’odeur de transpiration d’une patte de chien nous échappe totalement.  Pourtant, dans le monde peuplé d’odeurs de chiens, il est fort possible que cette forme supplémentaire de marquage à l’odeur ait ses propres messages à transmettre.

 

Source : Desmond Morris, le chien révélé.

 

 

 

Pourquoi dit-on qu'un chien "hurle à la mort"?

Pourquoi dit-on qu’un chien « hurle à la mort » ?

Depuis les temps les plus reculés, il existe une superstition : quand un chien pousse des cris inusités, il annonce une mort imminente ou une catastrophe.  Autrement dit, il « hurle à la mort ».   Le chien était censé posséder des pouvoirs surnaturels lui permettant de prédire l’avenir, surtout lorsqu’un malheur se préparait.  En dépit de ce don, le chien ne s’est jamais vu reprocher les évènements qui s’ensuivaient, pas plus qu’on ne l’a jamais considérer comme une créature néfaste à cause de son rapport avec la mort.  Au contraire, on le tenait pour «  le meilleur ami de l’homme », qui essayait de toutes ses forces de prévenir ses maitres contre un danger qui le menaçait.

 

Repoussant l’explication qui fait intervenir le surnaturel, un spécialiste a exposé une théorie nouvelle : les chiens en question avaient la rage. Quand un chien est atteint de cette maladie, il hurle, gémit, émet des sons curieux qui ne peuvent passer inaperçus.  Si le chien contaminait son maitre, qui en mourait, on avait tôt fait de raconter alentour que le maitre avait rendu l’âme peu de temps après que son chien eut fait entendre des bruits inhabituels.  A une époque où on était loin d’avoir compris les principes de la transmission des infections, on voit sans peine comment on a pu prendre pour un présage le lien entre les pleurs du chien et la mort de l’homme.

 

 

Source : Le chien révélé de Desmond Morris

25/08/2013

POURQUOI LES CHIOTS MALTRAITENT-ILS VOS PANTOUFLES ?

Pourquoi les chiots maltraitent-ils vos pantoufles ?

 

chiots qui mange pantoufle.jpg

Nombre de maitres découvrent, à leur grande déconvenue, que les chiots, en grandissant, traversent une phase où ils se montrent particulièrement destructeurs.  Leurs victimes de prédilection sont les pantoufles et les gants, mais les jouets d’enfants, les journaux, revues et même le courrier passé le matin sous la porte peuvent être pris à partie.  Hormis ronger et mordiller ces objets, les chiots peuvent les secouer avec force, comme s’ils essayaient de les tuer.  Les papiers peuvent être mis en morceaux, comme s’il s’agissait d’oiseaux morts qu’il fallait débarrasser de leurs plumes gênantes.  Certains maîtres, exaspérés, ont même pu constater, que lorsque le courrier subit des assauts, ce sont toujours les lettres intéressantes qui sont malmenées, alors que les factures sont laissées intactes.

Plusieurs traits mentionnés ci-dessous sont significatifs du comportement des chiots.  Premièrement, il y a le jeu simple.  En grandissant, les jeunes sont programmés pour explorer tout ce qui se trouve dans leur environnement.  Les chiens sont, à l’état sauvage, des opportunistes, et, s’ils veulent survivre, ils doivent acquérir une bonne connaissance des propriétés de chaque objet faisant partie de leur univers.  L’animal domestique a beau avoir une existence moins hasardeuse, il n’a pas perdu grand-chose du comportement ancestral.

Deuxièmement, il y a le problème de la poussée de dents.  La denture adulte apparait à l’âge de 4 à 6 mois.  A ce  moment-là, le besoin de mordiller des objets résistants, pour aider les nouvelles dents à percer, se fait de plus en plus pressant.  Les aliments pour chien que l’on trouve dans le commerce, trop mous, ne sont d’aucun secours dans ce domaine.  Aussi, à moins de recevoir une bonne nourriture solide qu’il puisse mâcher, le chien cherchera d’autres objets, moins recommandés, pour se soulager.

En troisième lieu, il y a la période « préalable à la chasse » dans la vie d’un chiot qui se développe, devient assez grand pour s’intéresser à des proies, mais n’est pas encore assez habile pour les attraper.  A la même époque, quand une bonne nourriture pour la croissance est si importante, les adultes (en milieu sauvage) rapportent au gîte des gros quartiers de viande pour les jeunes.  Aussi au stade du « jeune chien » se caractérise comme une période où les grands chiens (= les humains) laissent trainer des choses par terre pour que les petits chiens les mangent.  Il est donc naturel, et nullement malintentionné, de la part du jeune chien de considérer qu’une pantoufle posée sur le tapis ou un paquet déposé devant la porte sont des cadeaux de la part des aînés du groupe.  Pour un chiot plein de vie qui fait de son mieux pour se mettre à la portée d’un « clan » humain, se faire tancer pour avoir mordillé ces objets doit être déconcertant, et décevant.

 

 

imagesCA1D5ZXD.jpg

 

Source : Le chien révélé de Desmond Morris

03/08/2013

Pourquoi les chiens halètent-ils autant ?

Pourquoi les chiens halètent-ils autant ?

 

Tout le monde halète après avoir couru pour attraper le bus, mais personne ne halète autant qu’un chien ;  Le chien peut commencer à haleter sans même avoir bougé son corps.  S’il sent qu’il a trop chaud, il ouvre grande la gueule, laisse pendre la langue, et se met à haleter à un rythme rapide et pesant qui nous est familier.  En agissant ainsi, il humidifie sans cesse son énorme langue afin d’augmenter le processus d’évaporation qui est la clé du mécanisme de climatisation.  Le chien qui a trop chaud va boire plus que de coutume pour maintenir la quantité de liquide nécessaire à la surface de sa langue.  Sans cette faculté, bien des chiens seraient mort d’un infarctus.

 

Pourquoi les chiens ont-ils besoin, pour règle rla température de leur corps, d’un mécanisme de halètement aussi puissant ?  L’anatomie de leur peau nous apporte la réponse.

Contrairement à nous, ils ne sont équipés de glandes sudoripares efficaces que sous les pattes.  Nous parvenons à perdre de la chaleur rapidement grâce  à la transpiration qui se produit sur toute la surface de notre corps.  Les chiens ne le peuvent pas.

 

Chose curieuse, chacun de nos trois compagnons les plus proches appartenant au règne animal (le cheval, le chat et le chien) a mis au point une méthode différente pour résister à la chaleur..  Les chevaux transpirent abondamment comme nous. Les chats, quand ils ont trop chaud, se lèchent vigoureusement le poil, étalant sur leur corps de la salive qui leur sert d’agent rafraîchissant.  Quant aux chiens, ils halètent.

 

Le halètement a sans doute été choisi par les canins en raison de la lourde pelisse portée par leurs lointains ancêtres.  A l’époque où le chien primitif était en pleine évolution, il était apparemment plus important d’avoir chaud dans le froid que de se rafraîchir par temps chaud.  Avec un épais manteau de fourrure, les glandes sudoripares de la peau ne pouvaient pas faire grand-chose en matière de thermorégulation.  Aussi perdirent-elles leur importance.  Aujourd’hui, beaucoup de races ayant un pelage plus mince, la transpiration pourrait à nouveau venir au secours de leur propriétaire par les après-midi de canicule, mais la ré-évolution nécessaire qui rendrait efficaces les glandes sudoripares n’a pas accompagné les modifications génétiques du type de robe.

 

Les races à peau nue, comme le chien du Mexique, pour lequel la transpiration pourrait facilement redevenir fonctionnelle, ont  une peau sèche, même par temps chaud.  On a prétendu que la température corporelle de ces drôles de chiens atteignait 40°, alors que chez le simple canin, elle ne dépasse pas normalement 38-39°.Des expériences récentes n’ont pu confirmer ces affirmations.

 

Cette race, dit-on, a été mise au point par les anciens mexicains pour leur servir de bouillote vivante pendant les longues nuits froides.  En l’absence de transpiration par voie cutanée chez le chien, ajouté au fait que la température normale de cet animal est plus élevée que chez les humains, ce rôle, il est vrai, lui convenait parfaitement.

 

 

 

Source : Desmond Morris, le chien révélé.

25/05/2013

Pourquoi y a-t-il des chiens qui courent après leur queue ?

Pourquoi y a-t-il des chiens qui courent après leur queue ?

 

club canin,les baraques,waterloo,photo,concours,chien,animaux,détente,st-hubert,4b,urcsh,éducation,obéissance,agility,défense,clicker training,flyball,rendez-vous,la référence à waterloo,5c,concours photo,insolite,4c

 

On peut voir, de temps à autre un chien tourner en rond à toute vitesse, pour attraper sa queue. Il claque les dentes en direction de celle-ci, qui lui échappe, puis tourne dans une ronde folle, tant et si bien qu’il finit par être désorienté et avoir le vertige.  Pour l’observateur humain, ce qui a commencé comme un moment de folie divertissante pour le chien et paraissait n’être qu’un simple amusement devient finalement quelque chose d’embarrassant.  On a l’impression d’assister à un stéréotype qui est devenu une anormalité du comportement plutôt qu’un jeu.

 

Les chiens sont des êtres sociaux, dotés d’une grande curiosité exploratoire.  S’ils sont privés de compagnie, tant humaine que canine, ou s’ils sont enfermés dans un environnement restreint ou monotone, ils souffrent.  La pire des punitions mentales pour un chien est d’être enfermé dans un espace confiné où rien ne change. Ce genre de mésaventure arrive rarement au chien domestique, à moins qu’il n’ait eu le malheur de tomber entre des mains particulièrement cruelles.  Mais les chiens sauvages, dans les zoos, ont souvent été mis dans des cages petites, étroites, vides, condamnés à l’isolement à vie.  L’observation de ces animaux montre qu’ils finissent souvent par avoir des « tics » et des actes stéréotypés, comme se mordre la patte, se mordiller la queue, tordre le cou, marcher de long en large et d’autres schémas de comportement répétitifs nuisibles.  Ces tics deviennent parfois si féroces que les chiens finissent par se mordre eux-mêmes et s’infligent de véritables plaies qui restent ouvertes. Ce type d’autopunition peut sembler destructeur, mais il a l’avantage de procurer une stimulation intense dans un monde qui n’est plus pour l’animal que les limbes insupportables de l’ennui.

Courir après sa queue est une forme adoucie de ce type de comportement.  Cette activité se rencontre souvent chez un chiot récemment séparé de ses compagnons de portée.  Transféré dans une nouvelle maison, il se trouve subitement privé de tous les jeux en corps à corps qui caractérisent une joyeuse portée et il cherche de nouvelles formes de stimulation.  Si les maitres ne jouent pas suffisamment avec lui, le chiot aura peut-être du mal à s’inventer de nouveaux « jeux ».  C’est alors que la queue devient le meilleur « compagnon » disponible.  Il n’y a aucun mal à cela, à condition que cette manière de tourner en rond ne devienne pas une névrose obsessionnelle.

Nombreux sont les chiots solitaires qui pratiquent cet acte pendant une période et en perdent l’habitude par la suite.  En revanche, si ce geste persiste chez le chien adulte, il est le signe d’une défaillance dans l’environnement du chien, et d’un grand besoin d’interaction sociale et d’aventure.  Il peut facilement se guérir en améliorant simplement ces deux aspects de la  vie de l’animal.

 

Seule exception à cette règle : si le chien souffre d’une irritation rebelle dans la région de la queue, provenant d’une queue mal amputée.  Mais, dans ce cas-là, d’autres réactions, plus spécifiques, sont censées se produire, comme traîner son arrière-train sur le sol ou se mordiller la région de la queue.

 

 

Source : Le chien révélé de Desmond Morris

02/12/2012

5 conseils pour votre chien en hiver

 

Vague de froid : 5 conseils pour protéger votre chien en hiver

 

Club canin, les baraques, Waterloo, photo, concours, chien, animaux, détente, st-Hubert, 4b,urcsh, éducation, obéissance, agility, défense, clicker training, flyball, rendez-vous, LA référence à Waterloo, 5c

 

 

 

Alors qu’une vague de froid traverse la France et nous annonce un hiver des plus rudes, il est temps de penser à nos chiens, qui, contrairement à nous, ne portent pas de vêtements chauds. A moins que vous ne soyez adeptes des manteaux pour chien !

 

Alors pour que votre chien ne souffre pas du froid ni de la rigueur de l’hiver, voici quelques conseils pour le garder en pleine forme.

 

Ne pas couper les griffes

 

Des griffes longues n’aideront pas votre chien à avancer sur un sol verglacé. Au contraire, les pertes d’équilibre n’en seront que plus nombreuses (essayez donc d’avancer en talons aiguille sur un trottoir gelé).

 

Pensez également à bien dégager les poils entre les doigts des pattes pour laisser ses coussinets être au maximum en contact avec le sol, et éviter les amas de neige sur les poils des pattes.

 

Passez du métal au plastique

 

Si votre chien doit aller à l’extérieur ou au garage pour boire dans sa gamelle, préférez celles en plastique. En effet dans le plastique, l’eau gèle moins vite que dans le métal.

 

Plus de protéines

 

Même si les chiens font généralement moins de sorties en hiver (notamment car vous le sortez moins longtemps), ils ont besoin de plus de protéines pendant les mois froids. Vérifiez bien la composition de votre nourriture pour chien et préférez celle enrichie en protéines.

 

Hydratez les coussinets

 

L’air sec et le froid abiment les coussinets du chien. Ainsi il est important d’appliquer un soin protecteur et hydratant sur ses coussinets, et sur sa truffe si besoin est. Nous avons nos parties sensibles comme les lèvres et les mains, les chiens en ont aussi !

 

Evitez la coupe courte

 

L’hiver est l’occasion de faire des économies de toiletteur. Puisque le pelage est la première protection du chien contre le froid, autant le laisser foisonner en hiver. Cela ne vous empêche pas de vous rendre chez votre toiletteur pour un bain après avoir laissé Médor batifoler dans la neige !

Attention ces conseils ne remplacent pas une visite chez votre vétérinaire.

http://wamiz.com/chiens/conseil/le-chien-et-l-hiver-5-gestes-pour-l-entretenir-1031.html

 

16/02/2012

Race de chien : Airedale Terrier

Airedale Terrier

 

 

Club canin, les baraques, Waterloo, photo, concours, chien, animaux, détente, st-Hubert, 4b,urcsh, éducation, obéissance, agility, défense, clicker training, flyball, rendez-vous, LA référence à Waterloo, 5c

 

 

Origine : Angleterre
Aptitudes particulières : Chien de compagnie, de chasse (courant/recherche ou déterrage).

Espérance de vie : 11.2 ans
Taille mâle : 58.00 cm à 61.00 cm
Taille femelle : 56.00 cm à 59.00 cm
Poids mâle : 18.00 kg à 22.00 kg
Poids femelle : 17.00 kg à 20.00 kg

Standard FCI (Europe et divers) : Standard No 7 - Groupe 3
Standard AKC (Etats-Unis) : reconnu




Historique


Il était nécessaire aux chasseurs de loutres britanniques d'avoir un chien adapté à cette chasse particulière. En croisant l'Otterhound avec le Old Rough-coated Working-Terrier, puis en rajoutant du sang de Bull-Terrier, ils obtinrent l'Airedale-Terrier.
Il fut vite reconnu par le Kennel Club, c'est à dire en 1886. La France l'adopta entre les 2 guerres.


Caractère/Mouvement


Caractéristiques : Chien à l'expression vive, rapide en action, toujours sur le qui- vive au moindre mouvement. L'expression des yeux, le port des oreilles et de la queue révèlent et dénotent le caractère.
Tempérament : Sociable et confiant amical, courageux et intelligent. En éveil à tout moment, pas agressif mais intrépide,


Physique

 

Le plus grand des terriers. Chien musclé, actif, assez cob, qui ne donne pas la moindre impression d'être haut sur pattes ni d'avoir le corps exagérément long.
TETE :
Exempte de rides. Tête bien proportionnée, sans différence apparente dans la longueur entre le crâne et le chanfrein.
REGION CRANIENNE :
Crâne : Long et plat, pas trop large entre les oreilles ; il se rétrécit légèrement en allant vers les yeux.
Stop : A peine visible.
REGION FACIALE :
Truffe : Noire.
Museau : Bien rempli devant les yeux ; il n'est pas creux et ne tombe pas brusquement sous les yeux, mais de délicates ciselures évitent l'aspect cunéiforme et la tête commune.
Lèvres : Serrées.
Mâchoires/Dents : Les mâchoires supérieure et inférieure sont hautes, puissantes, fortes et musclées, car la force du museau est très recherchée. Les mâchoires ne doivent pas être développées à l'excès au point de donner un aspect arrondi ou saillant aux joues, car les joues chargées sont à éviter. Dents fortes. On préfère l'articulé en ciseaux, c'est-à-dire que les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit et sont implantées à l'aplomb des mâchoires. Les mâchoires qui se referment comme un étau sont admises. Le prognathisme supérieur ou inférieur est un défaut.
Joues : Plates et non pas rondes.
Yeux : De couleur foncée, petits, non proéminents, pleins de l'expression « terrier », de vivacité et d'intelligence. L'œil clair ou l'œil saillant est à proscrire.
Oreilles : En forme de V et portées sur le côté, petites, mais pas disproportionnées par rapport à la taille du chien. La ligne supérieure de l'oreille pliée est légèrement au dessus du niveau du crâne. L'oreille pendante ou l'oreille attachée trop haut est un défaut.
COU :
Sa ligne est pure ; il est musclé, de longueur et d'épaisseur moyenne ; il s'élargit graduellement vers les épaules ; il est exempt de fanon.
CORPS :
Dos : Court, fort, droit et de niveau, sans signe de fléchissement.
Rein : Musclé. Chez un chien au rein court et à la poitrine bien garnie de côtes, il y a peu d'espace entre les dernières côtes et les hanches. Quand le chien a le rein long, cette région a tendance à être peu soutenue.
Poitrine : Bien descendue (approximativement au niveau des coudes), mais elle n'est pas large. Côtes bien cintrées.
QUEUE :
Attachée haut et portée gaiement, mais pas enroulée sur le dos. Doit avoir suffisamment de force et de substance. Elle est habituellement écourtée. Son extrémité est approximativement au niveau du sommet du crâne.
MEMBRES :
AVANT-MAIN :
Les antérieurs sont parfaitement droits avec une bonne ossature.
Epaules : Longues, obliques, bien inclinées en arrière. Les omoplates sont plates.
Coudes : Dans l'axe du corps. Ils jouent librement sans être gênés par les côtes.
ARRIERE-MAIN :
Cuisse : Longue et puissante.
Grasset : Bien angulé, tourné ni en dedans ni en dehors.
Jambes : Musclées.
Jarrets : Bien descendus. Vus de derrière, ils sont parallèles.
PIEDS :
Petits, ronds et serrés, avec des coussinets bien épais et des doigts modérément cambrés qui ne sont ni tournés vers l'intérieur ni tournés vers l'extérieur.
ALLURES :
Les membres se portent droit devant. Les antérieurs se meuvent sans contrainte, parallèlement aux côtés. Vus de face, les membres antérieurs sont dans le prolongement de la ligne droite du devant, l'écartement des pieds étant égal à celui des coudes. La puissance de propulsion est fournie par les membres postérieurs.
ROBE
POIL :
Dur, dense et « fil de fer », pas long au point de paraître hirsute.
Le poil est couché, droit et serré, couvrant le corps et les membres. Le poil de couverture est dur, « fil de fer » et raide. Le sous-poil est plus court et doux. Les poils les plus durs sont gaufrés ou à peine ondulés.
Le poil bouclé ou mou est un grave défaut.
COULEUR :
Le manteau est noir ou grisonné de même que le sommet du cou et la région supérieure de la queue. Toutes les autres régions sont couleur feu. Les oreilles sont souvent d'un feu plus foncé et des charbonnures peuvent apparaître autour du cou et sur les côtés du crâne. On admet quelques poils blancs entre les membres antérieurs.


Défauts


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.
NB : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

 

Sources : http://www.fci.be/nomenclature.aspx

 

14/02/2012

Race de chien : Affenpinscher

Affenpinscher

 

Club canin, les baraques, Waterloo, photo, concours, chien, animaux, détente, st-Hubert, 4b,urcsh, éducation, obéissance, agility, défense, clicker training, flyball, rendez-vous, LA référence à Waterloo, 5c

 

Origine : Allemagne
Aptitudes particulières : Chien de compagnie, de garde/défense, Chien d'intérieur.

Espérance de vie : 14.5 ans
Taille mâle :
25.00 cm à 29.00 cm

Taille femelle :
24.00 cm à 28.00 cm
Poids mâle :
3.00 kg à 4.00 kg
Poids femelle :
3.00 kg à 3.50 kg

Standard FCI (Europe et divers) : Standard No 186 - Groupe 2
Standard AKC (Etats-Unis) : reconnu


Historique


Apparenté aux Griffons Belges qui en descendent peut-être. On retrouve des chiens semblables sur des tableaux des XV, et XVII siècles, notamment de Jean van Eyck et Albert Dürer.
Dans les races belges, le museau a totalement disparu, de sorte que le nez se trouve presque à plat contre la tête, mais chez l'Affenpinscher le museau est resté normal.
Anciennement chien de famille dans le sud de l'Allemagne. Albrecht Dürer (1471-1528) a représenté les ancêtres de ces chiens sur ses gravures en bois. Les premières inscriptions d'Affenpinschers remontent à l'année 1879. Ces chiens nains très appréciés au début du 20ème siècle ont été développés à partir des Pinschers à poil dur. La couronne de poil qui encadre sa tête souligne son expression simiesque. La couleur allait d'unicolore jaunâtre, rougeâtre ou blanc-grisâtre à gris foncé, ou noir-grisâtre à
noir pur.


Utilisation


Chien de famille et d'accompagnement.


Caractère/Mouvement


Intrépide, attentif, tenace et fidèle, parfois passionné et emporté. Dans son essence c'est un chien de famille agréable.


Physique


ASPECT GENERAL :
L'Affenpinscher est un chien de petit format, compact, à poil dur ; sa face a une expression simiesque.
PROPORTIONS IMPORTANTES :
• Le rapport entre la longueur du corps et la hauteur au garrot doit autant que possible donner l'impression d'un chien inscriptible dans le carré.
TETE
REGION CRANIENNE :
Crâne : Plutôt rond qu'allongé, en total pas trop lourd, fortement bombé avec un front nettement dessiné.
Stop : Accentué.
REGION FACIALE :
Truffe: Ronde, pleine et noire.
Museau : Court et droit (pas retroussé). Le chanfrein est droit.
Lèvres : Bien appliquées aux mâchoires, de couleur noire.
Mâchoires/dents : Denture complète (42 dents) avec des dents d'un blanc pur. La mandibule, qui est légèrement recourbée vers le haut, dépasse le maxillaire.
Les incisives d'une denture saine sont régulièrement implantées et forment une ligne légèrement arrondie. Quand la gueule est fermée, les canines et les incisives ne doivent pas être visibles ; de même, quand la gueule est fermée, l'Affen pinscher nedoit pas montrer la langue. L'absence de 2 PM1, PM2 ou PM3, respectivement l'absence de deux dents de ces trois catégories est toléré.
Yeux : Foncés, plutôt arrondis et en boule ; les bords des paupières pigmentés de noir épousent bien la forme du globe oculaire et sont encadrés par une couronne de poils raides.
Oreilles : Attachées haut, pointant symétriquement vers l'avant, en forme de « V », les bords internes des oreilles étant accolés à la tête. Oreilles droites, petites, dressées symétriquement et aussi verticalement que possible.
COU :
Droit, plutôt court, fermement implanté, solide ; la peau de la gorge est bien appliquée et ne forme pas de plis.
CORPS :
Solide, carré, compact.
Ligne du dessus : Depuis le garrot légèrement en pente vers l'arrière, formant une ligne presque droite.
Garrot : Il constitue le point le plus haut du dessus.
Dos : Fort, court et ferme.
Rein : Court et solide ; la distance entre le dernier arc costal et la hanche est courte, de sorte que le chien apparaît ramassé.
Croupe : Courte, elle se fond imperceptiblement en léger arrondi dans la racine de la queue.
Poitrine : Légèrement aplatie sur les faces latérales, de largeur modérée, elle descend plus bas que le niveau des coudes.
Ligne du dessous et ventre : Modérément relevé ; la ligne du dessous est presque parallèle à la ligne du dessus (du garrot à l'attache de la queue).
QUEUE :
Queue naturelle.
MEMBRES ANTERIEURS :
Généralités : Les antérieurs sont solides, droits, parallèles et pas serrés.
Epaules : Bien musclées. L'omoplate est longue, oblique (formant un angle d'environ 45° avec l'horizontale) et appliquée à plat.
Bras : Bien au corps, solide et musclé.
Coude : Correctement appliqués, tournés ni en dedans ni en dehors.
Avant-bras : Fortement développé, droit vu de tous les côtés.
Carpe : Solide et fort.
Métacarpe : Vu de face vertical, vu de profil légèrement incliné par rapport au sol, fortement développé et musclé.
Pieds antérieurs : Courts et ronds ; les doigts sont serrés et cambrés (pieds de chat), les coussinets résistants, les ongles courts, noirs et solides.
MEMBRES POSTERIEURS :
Généralités : Vus de profil, les postérieurs sont obliques et modérément angulés ; vus de derrière ils sont parallèles.
Cuisse : Fortement musclée, large.
Grasset : Tourné ni en dedans ni en dehors.
Jambe : Longue et solide.
Jarret : Modérément coudé.
Métatarse : Vertical par rapport au sol.
Pieds postérieurs : Un peu plus longs que les antérieurs ; les doigts sont serrés et cambrés, les ongles courts et noirs.
ALLURES :
Démarche trottinante, dégagée et coulante ; la poussée des postérieurs est modérée. Vu de devant et de derrière, le mouvement est droit et parallèle.
PEAU :
Bien appliquée sur tout le corps.
ROBE
POIL :
Sur le corps, le poil doit être dur et bien fourni. Sur la tête il forme la parure caractéristique composée de sourcils en piquants broussailleux, d'un encadrement en couronne des yeux, d'une barbe imposante, d'un toupet et de favoris. En tête, le poil doit être le plus raide possible, en mèches qui se dressent radialement. Ces particularités sont essentielles pour produire l'expression simiesque.
COULEUR :
Noir pur avec sous-poil noir.


Défauts


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.
En particulier :
• Constitution générale lourde ou légère, sujet haut ou bas sur pattes.
• Yeux clairs.
• Oreilles attachées bas ou très longues, oreilles portées différemment l'une de l'autre.
• Oreilles flottantes.
• Dos trop long ou peu soutenu.
• Dos carpé.
• Croupe avalée.
• Racine de la queue inclinée en direction de la tête.
• Postérieurs trop fortement coudés, en tonneau.
• Pieds allongés.
• Poil court, mou, ondulé, broussailleux, soyeux, tacheté ou de couleur blanche.
• Taille inférieure ou dépassant de
1 cm les normes indiquées par le standard
DEFAUTS GRAVES
• Caractère sexuel insuffisant (p.ex. femelle de type masculin).
• Ossature trop fine.
• Museau retroussé comme chez un griffon, ou trop long.
• Prognathisme inférieur trop développé, articulé en pince.
• Yeux globuleux.
• Coudes tournés en dehors.
• Jarrets tournés en dedans.
• Taille inférieure ou dépassant de plus d'un cm et de moins de
2 cm les normes indiquées par le standard.
DEFAUTS ELIMINATOIRES
• Comportement peureux ou agressif.
• Toute malformation.
• Sujet insuffisamment typé.
• Défauts graves d'ensembles touchant la constitution, le poil ou la couleur.
• Défauts d'articulé comme articulé en ciseaux ou déviation de l'arcade incisive.
• Taille inférieure ou dépassant de plus de
2 cm les normes indiquées dans le standard.
N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.



Sources : http://www.fci.be/nomenclature.aspx

 

13/11/2011

Prévention des morsures de chien

Prévention des morsures - Conseils pour adultes, enfants

et propriétaires de chiens

Pour les parents

Ne laissez jamais un chien sans surveillance avec un enfant de moins de 10 ans.

Les enfants peuvent sans le faire exprès l' énerver ou lui faire mal. Ils

n'interprètent pas toujours corrèctement ses menaces. Un accident peut aussi

arriver avec un "gentil" chien.

Pour les enfants

A la maison

Ne dérange jamais un chien qui mange ou qui se trouve à sa place.

Si tu veux caresser ou jouer avec ton chien, appelle-le, il doit venir vers toi.

Dans la rue

Si tu veux caresser un chien, demande d'abord la permission à son

propriétaire. Sois préparé à ce qu'il te dise:" Non, tu ne le peux pas".

Ne va jamais vers un chien qui est seul derrière une barrière ou attaché devant

un magasin.

Quand tu rencontres un chien: ne cours pas, ne crie pas, ne fais pas de

mouvements brusques même si le chien est en laisse. Cela peut lui faire peur ou

l'exciter s'il n'est pas habitué aux enfants. Si tu es à vélo, en rollers ou en

trottinette et que tu vois un chien, essaye de passer lentement à distance pour

ne pas le surprendre ou l'effrayer. Si ce n'est pas possible, passe à pied à còté

de lui.

N'essaye jamais de t'enfuir, le chien est plus rapide que toi!

Pour les enfants et les adultes

Ces conseils peuvent vous aider si vous avez peur des chiens ou si un chien vous

menace dirèctement ou vous agresse:

Restez debout sur place ou partez lentement, ne criez pas.

Respirez profondément, laissez les bras pendre le long du corps, baissez les

épaules: les mouvements et les cris excitent encore plus le chien.

Ne regardez pas le chien dans les yeux, détournez le regard: fixer le regard d'un

chien peut être pris comme une menace ou une provocation et favoriser

l'agression.

Laissez tomber ce que vous avez dans les mains, c'est peut-être ce qui intéresse

le chien.

Dites au propriétaire que vous avez peur.

Si vous tombez par terre, roulez en boule, protégez-vous le visage et la nuque

avec les bras et les mains.

Pour les propriétaires de chiens

N'oubliez pas que certaines personnes ont peur des chiens!

Soyez conscients de votre responsablité en tant que propriétaire de chien:

prenez part aux classes de chiots et aux cours d'éducation. Eduquez votre chien

et entraînez-vous régulièrement.

Tenez votre chien en laisse dans les lieux publics pour ne pas déranger.

Quand vous croisez des joggers, des vélos, des enfants ou des personnes âgées,

rappelez votre chien et tenez-le en laisse si nécessaire.

Si votre chien aboie ou agresse quelqu'un:

rappelez-le de suite, tenez-le

éloigné de la victime, aidez-la et donnez votre nom et adresse.

Prenez toujours au sérieux chaque grognement ou morsure même à

l'encontre d'un membre de la famille!

Dans ce cas, prenez contact avec un(e) vétérinaire comportementaliste pour

établir le risque de dangerosité de votre chien et pour trouver des solutions.

Prenez entre- temps toutes les mesures de sécurité nécessaires pour éviter un

nouvel incident.

Texte: I. Hengrave Burri, L. Hornisberger, T. Lentze, Traduction: Stella Peppler

06/11/2011

Quelques idées fausses

IDEES FAUSSES

Voici quelques-unes de ces "idées fausses", commentées, pour vous permettre de mieux comprendre et soigner votre chien.

Plonger le nez du chiot dans ses déjections l’aidera à devenir propre…
FAUX! Premier exemple d’anthropomorphisme! Ce qui vous paraît sale et désagréable, ne l’est pas forcément pour votre animal, bien au contraire! Les chiens aiment renifler l’urine de leurs congénères pour obtenir des informations sur leur identité. A l’état naturel, il est même fréquent que le jeune chiot mange ses propres selles! Ce qui vous semble être une sanction, ne l’est donc pas pour votre animal…

Mieux vaut laisser les croquettes en libre-service…
FAUX! Votre chien n’est pas un chat! Contrairement à ce dernier, il régule beaucoup moins bien ses prises alimentaires et aura tendance à manger avec excès et en continu. C’est donc l’obésité qui le guette. Il est donc préférable de lui donner un à deux repas par jour, à heures fixes…

Un petit carré de chocolat ne peut pas lui faire de mal…
FAUX! S’il est bien une erreur à ne pas commettre, c’est de donner du chocolat à votre animal, chien ou chat d’ailleurs. Gardez à l’esprit que le chocolat, et plus précisément le cacao, est un véritable poison pour nos compagnons à quatre pattes. Quelques carrés de chocolat peuvent suffire pour entraîner, au mieux des troubles digestifs, au pire des troubles cardiaques pouvant provoquer la mort de votre animal. Oubliez donc vite ce rituel dangereux!

La chienne sera en meilleure santé si elle a une portée…
FAUX! Cette idée largement répandue tient là encore de notre fâcheuse tendance à attribuer à l’animal des comportements et désirs humains. Il n’existe pas, chez la chienne, de ”désir d’enfant”, la stérilisation ne sera donc pas vécue comme une épreuve. Au contraire, elle soulagera la chienne d’une série de troubles hormonaux souvent mal supportés.

Il est inutile de continuer à vacciner un vieux chien…
FAUX! Ce n’est pas parce que votre animal se fait vieux et commence à préférer son bon gros coussin aux ballades en forêt qu’il ne faut plus le vacciner. Au contraire, le troisième âge est une période à risque chez le chien, son organisme se défendant beaucoup moins bien contre les microbes. D’autant plus qu’il n’est pas nécessaire que votre chien sorte ou soit en contact avec d’autres animaux pour être contaminé, vos semelles de chaussures peuvent suffire à ramener des bactéries de l’extérieur!

Un chien doit être vermifugé 1 à 2 fois par an…
FAUX! Vous devez vermifuger votre compagnon au moins 4 fois par an, et ce quel que soit l’environnement dans lequel vous vivez! Votre chien peut être contaminé sans aucun signe apparent, il est donc important de le traiter régulièrement.

Le chien accélère la cicatrisation de ses plaies en les léchant…
FAUX! La salive du chien ne possède aucune vertu antiseptique ou cicatrisante ! En léchant une plaie, le chien risque au contraire de l’infecter davantage et d’entretenir l’inflammation en ne permettant pas à la plaie de sécher et donc aux tissus de se rassembler.

Tous les chiens ont un flair extraordinaire…
FAUX! Même s’il est vrai que la race canine en général est dotée d’un bon flair, tous les chiens n’ont pas la capacité de renifler les truffes! En effet, les races au nez long et fin ont une sensibilité olfactive nettement supérieure aux races dont le nez est ”écrasé”. Ainsi, le berger allemand dispose d’un bien meilleur flair que le cocker…

Un collier antiparasitaire suffit à protéger le chien des puces…
FAUX! Même performant, un produit ne conservera pas une efficacité optimale pendant une longue période, surtout si l’environnement de l’animal est fortement infesté. Il est donc nécessaire de traiter régulièrement tous les animaux de la maison à l’aide d’un produit en spray ou en pipette, mais également les pièces fréquentées par l’animal.

Certaines races de chiens sont plus dangereuses que d’autres…
FAUX! La vérité est que certaines races de chiens ont plus de puissance physique que d’autres, ce qui les rend inévitablement plus dangereuses en cas de comportement agressif. Néanmoins, l’agressivité n’est pas le propre d’une race en particulier, mais des conditions d’élevage et d’éducation dispensées par le maître.
D’où la nécessité de ne pas laisser n’importe quel type de chiens entre des mains inexpérimentées.

Mélina Hoffmann

 

18/09/2011

Le flyball

 

LE FLYBALL

 

 

 

Tout comme l'Agility, le Flyball est une activité ludique qui associe jeu et sport, tout en favorisant une très grande complicité entre le maître et son chien. D'un point de vue éducatif, le Flyball permet le développement des aptitudes aux techniques de l'en-avant, du rapport d'objet, de la vitesse de course, du saut, du rappel et de la sociabilité.

 

Le principe du Flyball est simple : le chien effectue seul un parcours rectiligne composé d'une série de 4 haies au bout duquel est positionné une boîte (le lanceur) comportant une pédale sur laquelle il doit appuyer, déclenchant ainsi l'éjection d'une balle qu'il rattrape au vol et rapporte à son maître en sautant les mêmes 4 haies en sens inverse.

 

Les compétitions existant dans plusieurs pays se déroulent sous la forme d'un relais où deux équipes de 4 chiens + 4 maîtres s'affrontent sur 2 lignes de parcours parallèles. L'équipe victorieuse est celle qui a ramené toutes les balles sans la moindre faute dans le temps le plus court. Ce même temps sert de référence à ladite équipe pour son classement régional ou national, constamment évolutif, permettant ainsi l'attribution des divers titres homologués dans sa propre division.
Ce jeu spectaculaire est une véritable épreuve de vitesse très appréciée de tous les chiens suffisamment motivés par la balle : les meilleures équipes mettent généralement moins de 20 secondes pour réaliser le parcours. L'actuel record du monde est de 15,54 secondes (19 juillet 2003 - USA) pour l'aller-retour des 4 chiens !!!
A la différence de l'Agility, le maître n'a pas besoin de courir aux côtés de son chien, ce qui rend ce sport accessible aux personnes âgées et aux handicapés.
Le Flyball permet donc au maître d'améliorer la relation qu'il entretient avec son chien en lui donnant l'occasion de faire un minimum d'exercice physique. Il s'agit d'une activité ludique sympathique et amusante, facilement praticable en milieu urbain.

 

HISTORIQUE ET DEVELOPPEMENT DU FLYBALL DANS LE MONDE
Le Flyball a été inventé à la fin des années 70 sur les bases de son ancêtre canadien le « scent hurdle », discipline où une équipe de 4 chiens en relais devait sauter 4 haies, retrouver chacun leur propre apportable préalablement positionné sur une table au sol et le ramener à leur propriétaire dans un temps record.
La légende prête à Herbert Wagner la réalisation de la première démonstration du véritable Flyball, lors du Johnny Carson Show, en Californie, devant la télévision américaine et…des millions de téléspectateurs !…
Dès le début des années 80, ce sport devient très populaire et des compétitions officielles s'organisent un peu partout en Amérique du Nord. En 1985, les représentants de 12 équipes situées dans la région des Grands Lacs nord-américains, de Détroit (Michigan USA) à Toronto (Ontario CANADA), fondent une organisation chargée de structurer la discipline et d'étudier son développement, la North American Flyball Association (N.A.F.A.). Elle compte à l'heure actuelle plus de 400 clubs enregistrés pour 5000 membres avec plus de 9000 chiens inscrits, et représente toujours la référence mondiale du Flyball.
En Grande-Bretagne, ce sport met plus de temps à se développer malgré les superbes démonstrations organisées durant la Crufts. La première compétition n'a lieu qu'en 1991, et ce n'est seulement qu'en 1993 que la British Flyball Association est fondée sur le modèle de la N.A.F.A. Elle a pour objectif comme son aînée d'établir un règlement et de patronner l'ensemble des compétitions officielles.
Alors qu'en France seules quelques très rares initiatives isolées sont à signaler, le Flyball connaît un essor aujourd'hui clairement structuré dans plusieurs pays, notamment aux USA/Canada (North American Flyball Association), en Angleterre (British Flyball Association), en Belgique (Belgische Flyball Belge) et en Australie (Australian Flyball Association). Plusieurs autres pays sont sur la même voie : l'Italie, les Pays-Bas, l'Allemagne et même le Japon, l'Afrique du Sud, la Corée ou la Pologne.

 

Video Flyball

17/04/2011

Condensé des lois les plus idiotes concernant votre toutou.

 

Voici un condensé des lois les plus idiotes concernant votre toutou.

Au Colorado, la fourrière doit prévenir les chiens de leur futur enlèvement en placardant un avis sur les arbres situés dans le parc de la ville et le long de la voie publique qui mène à ce parc et cela, pendant trois jours durant.

A Ventury County, en Californie, les chats et les chiens ne sont pas autorisés à avoir des relations sexuelles sans permis.

En Alaska, il est interdit d'attacher son chien sur le toit d'une voiture.

Dans le Lancashire, vous ne pouvez sous aucun prétexte inciter votre chien à aboyer si vous êtes arrêté devant le front de mer.

En Californie, les chiens ne peuvent pas s'accoupler à moins de
500 mètres d'une église, d'une taverne ou d'une école.

A Londres, il est interdit de transporter un chien enragé dans un taxi.

A Boulder, au Colorado, il est illégal de "posséder" un animal de compagnie. Juridiquement parlant, il n'y a pas de "maîtres", il n'y a que des "nourrices pour animaux de compagnie".

A Palding, en Ohio, les policiers peuvent mordre un chien pour le calmer.

Les chiens et les chats ne peuvent pas se battre en Caroline du Nord.

A Turin, les propriétaires de chien peuvent avoir de lourdes amendes s'ils ne promènent pas leur chien au moins trois fois par jour.

En Iran, il est illégal de posséder un chien comme animal de compagnie. Mais un chien de garde ou pour la chasse est autorisé.

Dé.L.

 

20/02/2011

Quelques règles à respecter

On ne le répètera jamais assez, quelques petites règles de base pour mieux vous aider tout au long de la cohabitation avec votre chien.

L'arrivée du chien à la maison

En général, c'est très tôt qu'il faut donner de bonnes habitudes à son chien et l'éducation canine est la meilleure chose qui puisse arriver à votre chien

 

En effet au départ il est tout petit, et on le laisse faire un peu tout ce qu'il veut. C'est un tort car il prend très vite de mauvaises habitudes. Sachez que le petit bouvier bernois qui monte sur le canapé fera bientôt 70 kg, il faut penser tout de suite aux situations futures. Tout d'abord il faut déterminer la place qu'il occupera dans la maison. Evitez les endroits où vous vivez le plus souvent, c'est à dire le salon, la cuisine ou la salle à manger. Un endroit d'où il peut apercevoir les différentes pièces de la maison, me semble tout à fait approprié. Le chien ne se sentira pas plus heureux s’il dort dans votre chambre ou pire encore sur votre lit. Le lit, le canapé sont réservés aux dominants, c'est à dire vous, et c'est là que l'éducation peut commencer. Il est sûr que si le chiot n'a que quelques semaines, il risque fort de pleurer la nuit , mais cela ne dure pas très longtemps en général, mettez lui un tee-shirt avec votre odeur, ceci devrait suffire à le rassurer. N'oubliez pas quelques jouets à mettre dans son panier. Et ne pensez surtout pas que le fait de supprimer la gamelle d'eau le soir évitera les petits pipis la nuit, l'eau doit être disponible en permanence.

 

La propreté du chiot

 

Le chien est naturellement propre, et le pipi dehors est une chose qu'il assimile très vite ; il est clair qu'il y aura de nombreux accidents au départ, mais c'est à vous de lui faire comprendre où il doit faire ses besoins. Le chien ne peut pas devenir propre du jour au lendemain en sortant seulement 3 fois par jour, il faut le sortir le plus souvent possible, sa vessie n'étant pas encore totalement développée, et n'oubliez pas de le féliciter à chaque fois qu'il fera dehors. Il y a cependant la méthode du journal, qui n'est pas une solution en soi ; je préfère de loin qu'il apprenne, dès son plus jeune âge, à faire ses besoins dehors et non sur un bout de journal devant la porte, surtout si vous résidez en appartement au 6ème étage. Le chien devra être sorti après chaque repas, chaque réveil, ou après chaque séance de jeux. Si le chien s'oublie dans la maison, il est strictement inutile de lui mettre le museau dedans, ceci est une pratique du Moyen-Âge totalement inutile, la première chose à savoir, c'est qu'il faut le prendre sur le fait, afin de pouvoir le gronder ; de cette manière on pourra le secouer par le cou en le grondant, et le mettre dehors dans les secondes qui suivent. Ne criez pas sur votre chiot non plus lorsque vous le surprenez en train d'uriner, le fait de hurler sur celui-ci, ne rendrait les choses encore que plus difficiles. Votre chiot penserait qu'il n'a pas le droit d'uriner en votre présence, même s'il se trouve dehors. Le mieux est de lui dire « NON » sur un ton ferme et de le placer à l'extérieur, où il a l'habitude de faire ses besoins. Si par chance, votre chiot se soulage à ce moment même, ne manquez pas de le féliciter chaleureusement, de cette manière il comprendra très vite la propreté. De même si vous rentrez chez vous et que vous découvrez un pipi, ne ramassez pas devant le chien, il risquerait de prendre ça pour un jeu ; ne lavez surtout pas à l'eau de javel, qui, pour le chien, a une odeur proche de celle de l'urine, le vinaigre blanc est très efficace pour enlever les odeurs d'urine. Une petite astuce, pour savoir si le chien a envie de sortir, à chaque sortie et promenade, faites-le asseoir devant la porte, il assimilera le fait que la porte s'ouvre à chaque fois qu'il s'assoit devant, de cette manière votre chien pourra vous faire savoir à quel moment il a envie de sortir. Si votre chiot mange ses crottes, ce n'est pas signe qu'il a peur de se faire disputer comme bien des gens le pensent, regardez plutôt du coté de l'alimentation, les exhausteurs de goûts ajoutés aux croquettes se retrouvent dans les selles, et attirent les jeunes, qui n'hésitent pas à avaler leurs excréments.

 

Si pour une raison ou une autre vous devez utiliser la méthode du journal, je vous conseille de placer un sac plastique sous le papier journal, il faudra également, utiliser une feuille légèrement souillée à chaque fois que vous changez le papier, de cette façon les odeurs d'urine seront toujours présentes, et le chiot saura instinctivement ou il doit faire ses besoins. Si votre chiot a vraiment du mal à devenir propre, il vous reste encore une solution, sortez votre compagnon en laisse même si vous possédez un jardin, et emmenez le directement à l'endroit où il à l'habitude d'uriner. L'urine du chien est composée de phéromones, même si un chien vient d'uriner à l'instant il y a fort à parier qu'il urinera de nouveau en reniflant cette odeur. Maintenez votre chiot en laisse à cet endroit précis, quand il aura exploré cet endroit de fond en comble, il ne pensera alors plus qu'à uriner, et non à batifoler dans tout le jardin. En dernier recours vous pouvez également déposer la gamelle de votre chiot à l'endroit de la maison ou il a l'habitude d'uriner. En effet le chien ne souillant jamais l'endroit où il mange, cela pourra peut être déclencher la propreté, au pire il ira faire ses besoins à un autre endroit, à vous de le surveiller ensuite, pour que ce nouvel endroit se trouve à l'extérieur.

 

Une méthode qui a fait ses preuves pour la propreté, est de mettre le chiot en cage ; cette méthode peut vous paraître cruelle, mais sachez qu'il n'en est rien ; le chiot se sent en sécurité dans un endroit restreint, et comme il ne souille jamais l'endroit où il mange et celui où il dort, vous êtes sûr du résultat. Pour habituer le chiot à la cage, vous pouvez placer un biscuit pour chien à l'intérieur de celle-ci, et le féliciter quand il y rentre. Ne refermez pas la porte immédiatement sous peine de l'effrayer, laissez-le explorer sa nouvelle demeure, invitez-le à en sortir en l'appelant par son nom et félicitez le chaleureusement quand il en sort. Replacez ensuite un autre biscuit à l'intérieur avec quelques-uns de ses jouets habituels, afin qu'il y retourne de lui-même, de cette manière votre chiot ne prendra pas le fait d'être enfermé pour une punition. Ne vous servez jamais de la cage pour punir ou sanctionner votre chiot, sa cage doit rester un endroit ou il se sent bien et en sécurité. Après un repas, sortez votre chiot de sa cage dès qu'il gémit et conduisez-le au coin toilette, c'est certainement ce qu'il essaye de vous faire comprendre. La nuit si le chiot dort dans la cage, sortez le dès qu'il se plaint et mettez-le dehors afin qu'il puisse faire ses besoins ; s'il continue ensuite à se plaindre ignorez-le. N'abusez pas non plus de cette cage, à cet âge là, le chiot ne doit pas rester enfermé plus de 3 heures dans la journée ; pour la nuit le mieux serait encore de laisser la porte ouverte afin qu'il ne soit pas obligé d'uriner là où il dort : un chiot de quelques semaines ne peut pas se retenir plus de quelques heures.

 

Non seulement le vinaigre blanc enlève les odeurs d'urine, mais évite que le chien refasse au même endroit ; évitez si possible les répulsifs!

 

 

Les règles obligatoires

Il y a certaines règles à établir entre le chien et le maître, règles à ne jamais remettre en question pour avoir une éducation parfaite. Tout d'abord le chien ne doit pas être présent pendant le repas familial, ou alors il doit se trouver dans un coin de la pièce, sans qu'à aucune reprise il ne vienne demander la moindre chose, en aucun cas ne donner de la nourriture à table, cela évitera que le chien ne vienne mendier par la suite. Les repas du chien doivent être servis au même endroit et à la même heure chaque jour ; il est préférable de ne pas varier la nourriture si vous avez opté pour un aliment sec, et si un changement de croquettes s'avère nécessaire, faite le changement progressivement, en étalant sur une quinzaine de jours. Certains préconisent le 4/4, c'est à dire 75% de croquettes habituelles et 25% de nouvelles croquettes pendant 3 jours, suivi de 50% d'anciennes et 50% de nouvelles toujours pendant 3 jours, ensuite 75-25 toujours pendant 3 jours ; ça me parait un peut trop rapide pour l'organisme canin, sachant que les croquettes sont digérées au bout de 10 voire 15 heures pour certaines marques. Je vous conseille d'ajouter la nouvelle marque de croquettes quand il vous reste encore le quart d'un paquet de 15 kilos, de cette manière l'acclimatation est vraiment progressive.

 

Certaines pièces doivent être strictement interdites à votre chien, comme la chambre ou la cuisine par exemple. Le chien doit dormir par terre ou dans sa caisse, absolument pas sur un fauteuil, un canapé ou encore pire, dans le lit. De la même manière c'est vous qui instaurez les séances de caresses ou de jeux, et pas lui, ne lui demandez pas non plus de jouer lorsqu'il est en train de dormir, le chiot obtient 50% de sa croissance par le sommeil. Essayez de contrôler aussi ses aboiements, il faut un juste milieu, il ne faut pas qu'il aboie pendant 15 minutes chaque fois que quelqu'un frappe à la porte, et d'un autre côté, le chien a le devoir de prévenir son maître, et de garder la maison

 

 

Le saviez vous????

 

L'odeur d'urine de chien est totalement neutralisée par le vinaigre blanc.

 

Le chien est le premier animal à avoir été domestiqué par l'homme. Bien que plusieurs théories sur son origine aient été avancées, il semble bien que le chien (canis familliaris) soit un descendant du loup (canis lupus).

 

La structure sociale chez le loup s'établit en 2 groupes: les mâles et les femelles.

 

Chaque groupe possède un dominant (les individus "alpha"). Chez les mâles, les conflits, bien que spectaculaires, sont très ritualisés au sein de la meute, ils finissent par la soumission du plus faible.

 

Chez les femelles, la lutte est souvent immédiate et d'une grande férocité, et peut aller jusqu'à la mort.

 

http://www.chiens-evasion.com/education.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

30/01/2011

Vrai ou Faux ?

VRAI OU FAUX?

 

1 - Le sucre rend les chiens aveugles

 

Faux


Le sucre ne rend pas les chiens aveugles mais augmente le risque de voir surgir chez le sujet habitué à des carrés de sucre à répétition le diabète. Et parmi les manifestations les plus communes du diabète, la cécité arrive en bonne place !
En fait, le plus grand risque qu'engendre la prise régulière de sucre par un chien est le surpoids ! Les sucreries sont donc à donner avec parcimonie à son chien !

2 - Le chocolat peut-être mortel pour un chien  

 

Vrai

Le chocolat contient un alcaloïde, la théobromine, qui est toxique chez le chien. A petite dose, le chien peut juste être « barbouillé », mais à forte dose, l'ingestion de chocolat peut être mortelle !
Si votre chien avale une boite de chocolat entière, courez vite chez votre vétérinaire ! Outre les troubles digestifs graves, il risque une fois que la toxine sera passée dans le sang de présenter des troubles cardiaques et nerveux irrémédiables.
Les vétérinaires insistent sur le fait qu'une tablette de
200 grammes de chocolat noir peut tuer un chien de petite race. Le chocolat au lait est plus toxique encore !

3 - Vacciner un chien âgé peut le tuer

 

Faux

Bien au contraire ! Si un chien âgé n'est pas vacciné, à la moindre confrontation avec une souche maligne, il n'aura aucune arme pour se défendre !
Son organisme plus faible du fait de l'âge a besoin d'un coup de pouce pour faire face aux maladies. Le vaccin est donc plus que jamais d'actualité !

4 - Le chien qui remue la queue est content

 

Faux

Le fait de remuer la queue démontre chez le chien d'un état d'excitation important. Cette excitation peut être due à une grande joie (quand il entend le cliquetis de la laisse par exemple signe d'un départ imminent pour la promenade, ou lorsque son maître rentre à la maison) mais aussi à une grande envie d'en découdre avec un chien sur son territoire !
Dans ce deuxième cas, le chien n'est pas spécialement content : il est plutôt hargneux !

5 - Pour qu'il soit heureux il faut varier son alimentation

 

Faux

Un chien (comme tous les carnivores d'ailleurs) n'éprouve pas de lassitude alimentaire. Si un aliment lui convient (croquettes par exemple), il est inutile d'en changer ! 
Si un chien qui renâcle à manger sa gamelle, c'est soit qu'il n'a pas faim soit qu'elle ne correspond pas à ses besoins nutritionnels (âge, taille, poids, activité).
Varier trop souvent la nourriture d'un chien peut engendrer des problèmes digestifs voire même de comportements.

6 - Un chien infirme peut devenir méchant

 

Faux

Un chien privé de l'usage d'un membre ou d'un sens va passer outre le handicap en cherchant une parade. Il s'habituera à marcher et courir sur 3 pattes, à compenser un œil défaillant en sollicitant son nez.
Jamais il ne sera tenté de s'apitoyer sur son sort et gardera sa joie de vivre envers et contre tout !

7 - La chienne ne connaît pas la ménopause

 

Vrai

Une chienne peut théoriquement avoir des petits tout au long de sa vie. Dans les faits, après l'âge de 8 ans, la chienne reste certes féconde mais les portées sont plus difficiles.
Fausses couches, accidents à la mise bas, portée réduite, chiots mort-nés deviennent plus courants au fur et à mesure que la chienne avance en âge.

8 - Un chien ne peut être lavé plus de deux fois par an

 

Faux

Un chien peut très bien être lavé autant de fois que son maître le juge nécessaire sans que cela n'affecte en rien la santé du chien. Il est par contre recommandé d'utiliser des produits spécifiques pour les chiens et non des produits types shampoing pour bébé.
L'épiderme du chien étant très fragile, un produit trop détergeant apportera des risques de grattage voire d'allergie.

9 - L'odeur de l'eau de Javel vient à bout des chiots malpropres

 

Faux

Bien au contraire, l'odeur de l'eau de Javel rappelle étrangement sous la truffe d'un chien l'odeur de l'urine canine (chlore et ammoniaque).
Pour nettoyer un endroit souillé par l'urine d'un chiot, il est fortement recommandé d'éviter l'eau de Javel et de la remplacer par de l'eau à laquelle on ajoute une petite dose de vinaigre.

10 - L'âge d'un chien multiplié par 7 équivaut à son âge humain

 

Faux

La transposition de l'âge d'un chien en âge humain dépend de sa taille.
Les spécimens de petite taille (moins de 15 kilos) atteignent ainsi l'âge respectable de 60 ans équivalent homme dans leur dixième année tandis que les grands chiens (plus de 40 kilos) atteignent le même âge en seulement 7 ans.
La règle de la multiplication par 7 généralement connue par les propriétaires de chiens est donc une moyenne peu fiable !

11 - Une chienne doit avoir au moins une fois des petits pour être équilibrée

 

Faux

En dehors des périodes de chaleurs où la chienne a d'emblée un instinct reproducteur, la chienne ne recherche aucunement la maternité !
Croire qu'une portée va épanouir un chien est une idée typiquement humaine comme celle de la variété des repas !
En stérilisant une chienne, elle ne risque aucunement de perdre sa joie de vivre ni de regretter une naissance. En fait, la stérilisation  favorisera sa survie en la protégeant du cancer de l'appareil reproducteur.

12 – La castration est le seul remède pour adoucir un chien agressif

 

Faux

Bon nombre de personnes pensent que si un chien est agressif, il faut le faire castrer. C'est totalement faux ! La castration n'influe aucunement sur le caractère belliqueux d'un chien.
Si votre chien est agressif envers ses congénères ou vous même, le meilleur remède est de prendre rendez-vous avec un vétérinaire comportementaliste ou de passer par une éducation adaptée via un club canin.

 

http://www.date-dog.com/

 

01/11/2009

témoignage d'un maître à son chien.

Aida,

 

Octobre 2009, les jours raccourcissent, le soleil fait briller les feuilles des arbres, mais ce 8 il a plu… et tu es partie.

Ton véto, qui t’adorait et qui t’avait déjà sauvée, n’a rien pu faire, la faculté non plus, la maladie a pris sa revanche.

La vie aboutit à la mort, tu t’en es allée tranquillement sans cri sans plainte comme pour t’effacer. Seul l’animal sait faire ça comme pour nous épargner nous les humains si fragiles et si sensibles.

Notre duo n’est plus et un vide s’est installé car tu remplissais ma vie, celle de ma famille et même celle de nos amis par ta présence et ta joie de vivre.

 

Tu nous a procuré tant de moments forts : des batailles pour éduquer ta forte personnalité, des jeux, des promenades et des voyages en famille, des concours d’obéissance gagnés quand tu en avais envie comme pour nous faire plaisir…

Ton plaisir à toi était de pouvoir exprimer franchement et sportivement ton mordant naturel ou ta rapidité en agilité tel ce parcours en 22 secondes contre 28 secondes  pour le meilleur score réalisé à l’entraînement!

Jamais je ne t’ai donné d’ordre agressif même pour commander une défense et tu n’as jamais agressé personne sauf pour te défendre ou pour chasser courageusement un intrus du jardin ou encore pour t’interposer entre le petit Kenzo et une charolaise menaçante.

 

Tu nous a demandé si peu en retour sauf lorsque tu étais assise devant la boîte à biscuits avec un regard insistant et lorsque tu t’agitais devant la porte en apercevant des signes de départ.

Ton regard franc et vif, ta beauté de louve et ta spontanéité nous manquent, mais tu nous a donné tant de jours heureux devenus autant de souvenirs de bonheur.

 

Aida, je t’ai, nous t’avons tant aimé et je voulais te rendre hommage pour ton exemple, qui restera impérissable dans nos mémoires.

 

Cet hommage je le dédie à tous tes compagnons à quatre pattes, qui sont ou ont été importants dans la vie et dans les souvenirs de leurs maîtres et amis : ils méritent leur respect, leurs soins et leur affection.

Ne nous offrent-ils pas ces liens précieux et sentimentaux que nous pouvons établir avec la Nature ? Je crois qu’ils en sont de dignes et nobles représentants comme toi.

Merci.

 

Didier

Aida 029 [50%] [50%]

 

 Aida 033 [50%]

27/02/2008

Quelques conseils pour vos chiots

   

L'Alimentation

Le chiot doit toujours avoir à sa disposition un récipient d'eau fraîche (régulièrement changée).


Jusqu'à 5 ou 6 mois, distribuez sa ration journalière en trois ou quatre prises, à heures régulières, toujours dans la même gamelle, et au même endroit.


Au bout d'un an, l'animal peut se satisfaire d'un seul repas par jour.  Lorsque le chien adulte est actif ou de grande taille, vous pouvez garder un rythme de deux repas par jour.

La distribution des repas va développer entre votre chiot et vous des relations étroites. Habituez-le à ce qu'on lui enlève sa gamelle sans grogner.  Faites lui prendre la position « Assis » ou « Couché » avant de l'autoriser à manger.

Distribuez de préférence les repas de votre chiot après ceux de son(ses) maître(s), cela permettra de bien fixer la hiérarchie au sein de votre meute familiale.

 

S'il repousse son plat, retirez-lui sa gamelle après 10 minutes et ne lui donner rien avant le prochain repas.

Le grignotage est déconseillé car il favorise l'embonpoint (prévoyez tout de même quelques friandises en récompense lors des exercices d'obéissance). Veillez également à bien respecter les quantités d'aliments à administrer en fonction de son poids, afin d'éviter toute surcharge pondérale pouvant entraîner des problèmes d'aplomb, de déformation du squelette. Un chiot trop enveloppé peut devenir obèse une fois adulte, et risque d'être exposé à de graves ennuis de santé :


Un chien est atteint d'obésité lorsque son poids excède 20% du poids normal du jeune adulte. Un tiers des chiens consultés par un vétérinaire sont obèses !

chiots qui mangent

Le repos

 

Un chiot passe la majeure partie de son temps à dormir, c'est tout à fait normal et indispensable pour sa croissance et pour son équilibre psychologique.
C'est primordial de respecter le repos du chiot. Il faut essayer de placer son panier dans un endroit de la maison hors du passage, au calme, mais pas à l'abri des bruits de la maison.

 

Ne réveillez pas le chiot qui dort, son sommeil doit être impérativement respecté.

En effet, la vie d'un chiot et d'un jeune chien se caractérise par l'alternance de périodes de repos et de moments d'éveil où il déborde d'énergie.
N'oubliez surtout pas qu'un chiot a un rythme biologique qui diffère de celui de l'être humain.
Pendant son sommeil, son organisme assure sa croissance.
Le chiot de 2 mois dort environ 14 heures sur 24 (c'est-à-dire toute la nuit et plusieurs périodes dans la journée). Son rythme d'activités doit être régulier.

chiots dodo


La Toilette

 

Le chiot ne doit pas être lavé avant 6 mois/1an (son poil et sa peau n'ont pas encore toutes les protections nécessaires), toutefois si son état nécessite vraiment un bain, utilisez un shampoing adapté à son âge.

Des soins répétés, faits en douceur, habitueront le chien au contact avec l'humain.

La propreté
Elle s'apprend dès les premières minutes. Dès votre arrivée mettez votre chiot sur l'herbe pour le soulager et répétez cela toutes les deux heures, après chaque repas ou dès qu'il se réveille.
Si vous n'avez pas de jardin, effectuez la même manoeuvre sur un journal. Cela vous permettra de faire la transition du journal à l'extérieur plus facilement en disposant un journal dehors et en réduisant progressivement la surface du journal.
De même, chaque fois qu'il fait mine de faire ses besoins (il s'agite et tourne sur lui-même)
transportez-le à l'endroit voulu. Ne manquez pas de le féliciter par quelques caresses à chaque fois. Ces démarches sont fastidieuses mais permettent d'obtenir des résultats rapidement.  Si vous le prenez sur le fait ou si vous découvrez à posteriori ses déjections, le réprimander ou lui mettre « le museau dedans » est inutile car complètement incompréhensible pour lui :
- Dans le premier cas, il risque d'assimiler le fait de faire ses besoins à un acte répréhensible

- Dans le second cas, il peut associer la puchiots qui séchent
nition à son comportement du moment.
Dans tous les cas, veillez à ce que le nettoyage soit fait en dehors de sa présence: Il évitera d'associer cela à une façon d'attirer votre attention.

La Voiture

 

Les premiers voyages en voiture du chiot sont souvent liés à des épreuves difficiles (la séparation lorsqu'il quitte sa maman, ses frères et sœurs et la première visite chez le vétérinaire).

A nous de lui donner une autre image de cette caisse de métal qui le fait basculer de gauche à droite et d'avant en arrière.  Dès qu'il aura reçu ses premiers vaccins, emmenons-le « en voiture » (plusieurs fois par semaine) jusqu'à un lieu de promenade et de détente distant de moins de 2 km de « son » logis.  Ensuite emmenez votre chien en ville, au marché et surtout au club canin.

Veillez à ce qu'il n'ait rien manger plusieurs heures avant de prendre la route, préférez les cages de transport aux ceintures de sécurité, si le chiot est dans le coffre de votre break placez un isolant contre l'électricité statique sur le plancher.

chiots voiture