18/03/2007

Mais pourquoi les chiens hurlent-ils?

Mais pourquoi les chiens hurlent-ils ?

 

Alors que les chiens aboient plus que les loups, ils hurlent moins.  Or, cette rareté relative d’hurlement canin s’explique par la différence sociale du chien domestique et celle du loup sauvage.  Le hurlement a pour fonction de synchroniser et de rassembler la meute avant de rentrer en action.  Les loups hurlent surtout au début de la soirée, avant de s’en aller chasser en groupe, et au petit matin, avant de repartir à la chasse.  Les chiens domestiques, dont les maîtres assurent la nourriture, vivent une existence de chiots perpétuels, et le besoin de « renforcer la cohésion du groupe » (qui confère au hurlement sa fonction officielle), ne fait pas partie de leurs priorités.  La dispersion de la meute, qui engendre le hurlement, se produit rarement chez eux.  Dans le train-train quotidien du chien domestique, le seul exemple que l’on puisse comparer à ce phénomène survient lorsqu’on enferme de force l’animal dans une pièce isolée.  Il se peut alors qu’il émette un hurlement de solitude, qui a la même fonction que le hurlement de groupe.  L’un et l’autre signifient : « Je suis (nous sommes) ici …où êtes-vous ?  Venez vous joindre à moi (à nous). »  Dans la nature, ce hurlement  a pour effet d’attirer comme un aimant les autres membres de la meute, et de les induire à se joindre au « chant de la tribu ».  Les humains qui négligent de réagir au hurlement d’un chien en se « joignant à lui » manquent à leur devoir canin.

 

Certains mâles, qui ne hurlent jamais dans des conditions normales, le font, avec des accents prolongés et désespérés à fendre l’âme, quand ils sont enfermés à l’écart d’une émoustillante chienne en chaleur.  Cela ne signifie pas que le hurlement est un signal sexuel, mais il s’agit là d’un autre contexte dans lequel le message fondamental est : « viens me rejoindre ».

 

Avant l’époque de la télévision, dans les foyers où l’on aimait chanter à la veillée, certains chiens, interprétant les signaux de travers,  croyaient que leurs maîtres essayaient de « rassembler la meute pour un effort concerté ».  Se ralliant avec enthousiasme à l’appel à la chasse, ils rejetaient la tête en arrière pour hurler à leur tour avec le reste de leur meute d’adoption.  On imagine leur désarroi devant les réactions unanimement négatives qui accueillaient leurs efforts.

13:43 Écrit par les baraques waterloo dans Mais pourquoi | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : club cain, les baraques, waterloo, chien, animaux, detente, education |  Facebook |