16/02/2012

Race de chien : Airedale Terrier

Airedale Terrier

 

 

Club canin, les baraques, Waterloo, photo, concours, chien, animaux, détente, st-Hubert, 4b,urcsh, éducation, obéissance, agility, défense, clicker training, flyball, rendez-vous, LA référence à Waterloo, 5c

 

 

Origine : Angleterre
Aptitudes particulières : Chien de compagnie, de chasse (courant/recherche ou déterrage).

Espérance de vie : 11.2 ans
Taille mâle : 58.00 cm à 61.00 cm
Taille femelle : 56.00 cm à 59.00 cm
Poids mâle : 18.00 kg à 22.00 kg
Poids femelle : 17.00 kg à 20.00 kg

Standard FCI (Europe et divers) : Standard No 7 - Groupe 3
Standard AKC (Etats-Unis) : reconnu




Historique


Il était nécessaire aux chasseurs de loutres britanniques d'avoir un chien adapté à cette chasse particulière. En croisant l'Otterhound avec le Old Rough-coated Working-Terrier, puis en rajoutant du sang de Bull-Terrier, ils obtinrent l'Airedale-Terrier.
Il fut vite reconnu par le Kennel Club, c'est à dire en 1886. La France l'adopta entre les 2 guerres.


Caractère/Mouvement


Caractéristiques : Chien à l'expression vive, rapide en action, toujours sur le qui- vive au moindre mouvement. L'expression des yeux, le port des oreilles et de la queue révèlent et dénotent le caractère.
Tempérament : Sociable et confiant amical, courageux et intelligent. En éveil à tout moment, pas agressif mais intrépide,


Physique

 

Le plus grand des terriers. Chien musclé, actif, assez cob, qui ne donne pas la moindre impression d'être haut sur pattes ni d'avoir le corps exagérément long.
TETE :
Exempte de rides. Tête bien proportionnée, sans différence apparente dans la longueur entre le crâne et le chanfrein.
REGION CRANIENNE :
Crâne : Long et plat, pas trop large entre les oreilles ; il se rétrécit légèrement en allant vers les yeux.
Stop : A peine visible.
REGION FACIALE :
Truffe : Noire.
Museau : Bien rempli devant les yeux ; il n'est pas creux et ne tombe pas brusquement sous les yeux, mais de délicates ciselures évitent l'aspect cunéiforme et la tête commune.
Lèvres : Serrées.
Mâchoires/Dents : Les mâchoires supérieure et inférieure sont hautes, puissantes, fortes et musclées, car la force du museau est très recherchée. Les mâchoires ne doivent pas être développées à l'excès au point de donner un aspect arrondi ou saillant aux joues, car les joues chargées sont à éviter. Dents fortes. On préfère l'articulé en ciseaux, c'est-à-dire que les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit et sont implantées à l'aplomb des mâchoires. Les mâchoires qui se referment comme un étau sont admises. Le prognathisme supérieur ou inférieur est un défaut.
Joues : Plates et non pas rondes.
Yeux : De couleur foncée, petits, non proéminents, pleins de l'expression « terrier », de vivacité et d'intelligence. L'œil clair ou l'œil saillant est à proscrire.
Oreilles : En forme de V et portées sur le côté, petites, mais pas disproportionnées par rapport à la taille du chien. La ligne supérieure de l'oreille pliée est légèrement au dessus du niveau du crâne. L'oreille pendante ou l'oreille attachée trop haut est un défaut.
COU :
Sa ligne est pure ; il est musclé, de longueur et d'épaisseur moyenne ; il s'élargit graduellement vers les épaules ; il est exempt de fanon.
CORPS :
Dos : Court, fort, droit et de niveau, sans signe de fléchissement.
Rein : Musclé. Chez un chien au rein court et à la poitrine bien garnie de côtes, il y a peu d'espace entre les dernières côtes et les hanches. Quand le chien a le rein long, cette région a tendance à être peu soutenue.
Poitrine : Bien descendue (approximativement au niveau des coudes), mais elle n'est pas large. Côtes bien cintrées.
QUEUE :
Attachée haut et portée gaiement, mais pas enroulée sur le dos. Doit avoir suffisamment de force et de substance. Elle est habituellement écourtée. Son extrémité est approximativement au niveau du sommet du crâne.
MEMBRES :
AVANT-MAIN :
Les antérieurs sont parfaitement droits avec une bonne ossature.
Epaules : Longues, obliques, bien inclinées en arrière. Les omoplates sont plates.
Coudes : Dans l'axe du corps. Ils jouent librement sans être gênés par les côtes.
ARRIERE-MAIN :
Cuisse : Longue et puissante.
Grasset : Bien angulé, tourné ni en dedans ni en dehors.
Jambes : Musclées.
Jarrets : Bien descendus. Vus de derrière, ils sont parallèles.
PIEDS :
Petits, ronds et serrés, avec des coussinets bien épais et des doigts modérément cambrés qui ne sont ni tournés vers l'intérieur ni tournés vers l'extérieur.
ALLURES :
Les membres se portent droit devant. Les antérieurs se meuvent sans contrainte, parallèlement aux côtés. Vus de face, les membres antérieurs sont dans le prolongement de la ligne droite du devant, l'écartement des pieds étant égal à celui des coudes. La puissance de propulsion est fournie par les membres postérieurs.
ROBE
POIL :
Dur, dense et « fil de fer », pas long au point de paraître hirsute.
Le poil est couché, droit et serré, couvrant le corps et les membres. Le poil de couverture est dur, « fil de fer » et raide. Le sous-poil est plus court et doux. Les poils les plus durs sont gaufrés ou à peine ondulés.
Le poil bouclé ou mou est un grave défaut.
COULEUR :
Le manteau est noir ou grisonné de même que le sommet du cou et la région supérieure de la queue. Toutes les autres régions sont couleur feu. Les oreilles sont souvent d'un feu plus foncé et des charbonnures peuvent apparaître autour du cou et sur les côtés du crâne. On admet quelques poils blancs entre les membres antérieurs.


Défauts


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.
NB : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

 

Sources : http://www.fci.be/nomenclature.aspx

 

14/02/2012

Race de chien : Affenpinscher

Affenpinscher

 

Club canin, les baraques, Waterloo, photo, concours, chien, animaux, détente, st-Hubert, 4b,urcsh, éducation, obéissance, agility, défense, clicker training, flyball, rendez-vous, LA référence à Waterloo, 5c

 

Origine : Allemagne
Aptitudes particulières : Chien de compagnie, de garde/défense, Chien d'intérieur.

Espérance de vie : 14.5 ans
Taille mâle :
25.00 cm à 29.00 cm

Taille femelle :
24.00 cm à 28.00 cm
Poids mâle :
3.00 kg à 4.00 kg
Poids femelle :
3.00 kg à 3.50 kg

Standard FCI (Europe et divers) : Standard No 186 - Groupe 2
Standard AKC (Etats-Unis) : reconnu


Historique


Apparenté aux Griffons Belges qui en descendent peut-être. On retrouve des chiens semblables sur des tableaux des XV, et XVII siècles, notamment de Jean van Eyck et Albert Dürer.
Dans les races belges, le museau a totalement disparu, de sorte que le nez se trouve presque à plat contre la tête, mais chez l'Affenpinscher le museau est resté normal.
Anciennement chien de famille dans le sud de l'Allemagne. Albrecht Dürer (1471-1528) a représenté les ancêtres de ces chiens sur ses gravures en bois. Les premières inscriptions d'Affenpinschers remontent à l'année 1879. Ces chiens nains très appréciés au début du 20ème siècle ont été développés à partir des Pinschers à poil dur. La couronne de poil qui encadre sa tête souligne son expression simiesque. La couleur allait d'unicolore jaunâtre, rougeâtre ou blanc-grisâtre à gris foncé, ou noir-grisâtre à
noir pur.


Utilisation


Chien de famille et d'accompagnement.


Caractère/Mouvement


Intrépide, attentif, tenace et fidèle, parfois passionné et emporté. Dans son essence c'est un chien de famille agréable.


Physique


ASPECT GENERAL :
L'Affenpinscher est un chien de petit format, compact, à poil dur ; sa face a une expression simiesque.
PROPORTIONS IMPORTANTES :
• Le rapport entre la longueur du corps et la hauteur au garrot doit autant que possible donner l'impression d'un chien inscriptible dans le carré.
TETE
REGION CRANIENNE :
Crâne : Plutôt rond qu'allongé, en total pas trop lourd, fortement bombé avec un front nettement dessiné.
Stop : Accentué.
REGION FACIALE :
Truffe: Ronde, pleine et noire.
Museau : Court et droit (pas retroussé). Le chanfrein est droit.
Lèvres : Bien appliquées aux mâchoires, de couleur noire.
Mâchoires/dents : Denture complète (42 dents) avec des dents d'un blanc pur. La mandibule, qui est légèrement recourbée vers le haut, dépasse le maxillaire.
Les incisives d'une denture saine sont régulièrement implantées et forment une ligne légèrement arrondie. Quand la gueule est fermée, les canines et les incisives ne doivent pas être visibles ; de même, quand la gueule est fermée, l'Affen pinscher nedoit pas montrer la langue. L'absence de 2 PM1, PM2 ou PM3, respectivement l'absence de deux dents de ces trois catégories est toléré.
Yeux : Foncés, plutôt arrondis et en boule ; les bords des paupières pigmentés de noir épousent bien la forme du globe oculaire et sont encadrés par une couronne de poils raides.
Oreilles : Attachées haut, pointant symétriquement vers l'avant, en forme de « V », les bords internes des oreilles étant accolés à la tête. Oreilles droites, petites, dressées symétriquement et aussi verticalement que possible.
COU :
Droit, plutôt court, fermement implanté, solide ; la peau de la gorge est bien appliquée et ne forme pas de plis.
CORPS :
Solide, carré, compact.
Ligne du dessus : Depuis le garrot légèrement en pente vers l'arrière, formant une ligne presque droite.
Garrot : Il constitue le point le plus haut du dessus.
Dos : Fort, court et ferme.
Rein : Court et solide ; la distance entre le dernier arc costal et la hanche est courte, de sorte que le chien apparaît ramassé.
Croupe : Courte, elle se fond imperceptiblement en léger arrondi dans la racine de la queue.
Poitrine : Légèrement aplatie sur les faces latérales, de largeur modérée, elle descend plus bas que le niveau des coudes.
Ligne du dessous et ventre : Modérément relevé ; la ligne du dessous est presque parallèle à la ligne du dessus (du garrot à l'attache de la queue).
QUEUE :
Queue naturelle.
MEMBRES ANTERIEURS :
Généralités : Les antérieurs sont solides, droits, parallèles et pas serrés.
Epaules : Bien musclées. L'omoplate est longue, oblique (formant un angle d'environ 45° avec l'horizontale) et appliquée à plat.
Bras : Bien au corps, solide et musclé.
Coude : Correctement appliqués, tournés ni en dedans ni en dehors.
Avant-bras : Fortement développé, droit vu de tous les côtés.
Carpe : Solide et fort.
Métacarpe : Vu de face vertical, vu de profil légèrement incliné par rapport au sol, fortement développé et musclé.
Pieds antérieurs : Courts et ronds ; les doigts sont serrés et cambrés (pieds de chat), les coussinets résistants, les ongles courts, noirs et solides.
MEMBRES POSTERIEURS :
Généralités : Vus de profil, les postérieurs sont obliques et modérément angulés ; vus de derrière ils sont parallèles.
Cuisse : Fortement musclée, large.
Grasset : Tourné ni en dedans ni en dehors.
Jambe : Longue et solide.
Jarret : Modérément coudé.
Métatarse : Vertical par rapport au sol.
Pieds postérieurs : Un peu plus longs que les antérieurs ; les doigts sont serrés et cambrés, les ongles courts et noirs.
ALLURES :
Démarche trottinante, dégagée et coulante ; la poussée des postérieurs est modérée. Vu de devant et de derrière, le mouvement est droit et parallèle.
PEAU :
Bien appliquée sur tout le corps.
ROBE
POIL :
Sur le corps, le poil doit être dur et bien fourni. Sur la tête il forme la parure caractéristique composée de sourcils en piquants broussailleux, d'un encadrement en couronne des yeux, d'une barbe imposante, d'un toupet et de favoris. En tête, le poil doit être le plus raide possible, en mèches qui se dressent radialement. Ces particularités sont essentielles pour produire l'expression simiesque.
COULEUR :
Noir pur avec sous-poil noir.


Défauts


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.
En particulier :
• Constitution générale lourde ou légère, sujet haut ou bas sur pattes.
• Yeux clairs.
• Oreilles attachées bas ou très longues, oreilles portées différemment l'une de l'autre.
• Oreilles flottantes.
• Dos trop long ou peu soutenu.
• Dos carpé.
• Croupe avalée.
• Racine de la queue inclinée en direction de la tête.
• Postérieurs trop fortement coudés, en tonneau.
• Pieds allongés.
• Poil court, mou, ondulé, broussailleux, soyeux, tacheté ou de couleur blanche.
• Taille inférieure ou dépassant de
1 cm les normes indiquées par le standard
DEFAUTS GRAVES
• Caractère sexuel insuffisant (p.ex. femelle de type masculin).
• Ossature trop fine.
• Museau retroussé comme chez un griffon, ou trop long.
• Prognathisme inférieur trop développé, articulé en pince.
• Yeux globuleux.
• Coudes tournés en dehors.
• Jarrets tournés en dedans.
• Taille inférieure ou dépassant de plus d'un cm et de moins de
2 cm les normes indiquées par le standard.
DEFAUTS ELIMINATOIRES
• Comportement peureux ou agressif.
• Toute malformation.
• Sujet insuffisamment typé.
• Défauts graves d'ensembles touchant la constitution, le poil ou la couleur.
• Défauts d'articulé comme articulé en ciseaux ou déviation de l'arcade incisive.
• Taille inférieure ou dépassant de plus de
2 cm les normes indiquées dans le standard.
N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.



Sources : http://www.fci.be/nomenclature.aspx

 

26/04/2009

Le berger des Pyrénées

DSCN0842

 

 

Le Berger des Pyrénées.

 

L'origine du berger des Pyrénées reste une énigme.On peut supposer que son ancienneté remonte à une Antiquité très reculée, qu'elle figure parmi les races les plus pures et les plus admirablement conservées, et qu'elle est proche de l'espèce primitive.
Son sang a cependant vraisemblablement marqué la généalogie de plusieurs chiens de berger occidentaux comme le bobtail,le gos dÂtura català, le berger australien, etc.


Cependant plusieurs hypothèse on été énuméré:

  • Un descendant du terrier du Tibet
  • Un chien sauvage domestiqué
  • Un chien-renard
  • Le labrit pour ancêtre
  • Une parenté avec les Amphicyonidés "Chien-ours"
  • Un descendant de l'Ovcharka
  • Sont origine remonte à l'époque où les Suèves envahirent la Gaule. Les chiens ainsi introduits se croisèrent avec des chiens de bergers locaux. Les chiens issus de ces croisements restèrent longtemps isolés dans les hautes vallées pyrénéennes (d’où leur nom) ce qui contribua à préserver la pureté de la race.

Durant la guerre mondiale de 14-18, les Bergers des Pyrénées sortirent enfin de leur anonymat en assurant des liaisons pour l'armée française à travers la montagne. Aujourd’hui encore, il est toujours apprécié pour la garde des troupeaux de moutons dans ses contrées d’origine.

Surnommé “ le chien qui a vu Dieu ” le Berger des Pyrénées a de l’énergie, de l’intelligence, mais également un caractère frondeur qui demande une main ferme. Son origine se perd dans la nuit des temps, mais ce que l’on sait, c’est de manière indiscutable un montagnard.

A poil long

ASPECT GÉNÉRAL

Chien dénotant sous un minimum de taille et de poids un maximum d’influx nerveux. Une physionomie toujours en éveil, un air malin et méfiant joints à une grande vivacité de mouvement, donnent à ce chien une allure caractéristique à nulle autre pareille.

 

PROPORTIONS IMPORTANTES

  • Le crâne est à peu près aussi long que large
  • Le museau est plus court que le crâne dans un rapport 1/3 2/3
  • La longueur dus corps est supérieure à la hauteur au garrot
  • La distance du coude au sol est supérieure à la moitié de la hauteur au garrot

 

Berger des Pyrénées à face rase

 

 

 

 

ASPECT GÉNÉRAL

Dans l'ensemble, le chien de berger des Pyrénées à face rase possède les mêmes caractéristiques que le berger pyrénéen à poil long.

 

PROPORTIONS IMPORTANTES

  • Le crâne est à peu près aussi large que long.
  • Le museau est un peu plus court que le crâne, mais plus long que celui du poil long ou mi-long.
  • La longueur du corps est presque égale à sa hauteur.
  • La distance du coude au sol est supérieure à la moitié de la taille au garrot.

Caractère

 

 

 

 

Ce n'est certes pas un chien comme la plupart des autres. Les néophytes s'en aperçoivent d'ailleurs relativement vite surtout s'ils n'ont pu glaner aucune bonne information sur leur futur compagnon avant de l'acquérir. A la limite, le berger des Pyrénées n'est pas à conseiller aux personnes qui n'ont jamais eu de chiens. Mais il serait sans doute judicieux de prévenir les personnes qui n'ont pas le goût de la discipline que ce charmant petit chien pourrait les surprendre par un certain abus d'autorité canine...

Comme la plupart des chiens de berger, c'est un chien soumis qui a besoin d'avoir un vrai maître, un chef de meute en quelque sorte. Sinon, c'est le chien qui prend la directive d'assumer cette fonction avec tous les moyens dont il peut user malgré sa petite taille. On a peine à croire qu'un petit poilu d'apparence si plaisante puisse devenir un chien aussi difficile, hargneux et parfois agressif avec son entourage.
De nombreux bergers des Pyrénées mal compris et donc jamais éduqués ont servi une très mauvaise publicité à leurs congénères. Il s'agit là non d'un trait de caractère inné mais du résultat d'une absence totale d'éducation et de maîtrise du chien.

Le berger des Pyrénées est un chien extrêmement intelligent dans son travail, intuitif et aussi roublard. Le devoir de tout maître attentif est de lui permettre de révéler ces qualités pour leur profit réciproque. Sinon le berger des Pyrénées est assez malin pour déceler les failles de leur coexistence et les mettre à son unique avantage. Ce faisant, cet animal de meute qu'est le chien ne sera pas vraiment équilibré et traduira son instabilité caractérielle par un comportement inadéquat.

Il est méfiant de nature, souvent considérée comme de la crainte il s'agit plutôt d'une forme de prudence. Il ne se lie pas facilement avec celui qu'il ne connait pas. Il refuse même de se laisser toucher. C'est parfois un grand avantage car ce n'est pas le genre de chien qui se laisserait facilement enlever par n'importe qui. On peut très bien le laisser à la porte d'un magasin (en lui intimant l'ordre de ne pas bouger) sans risquer de ne pas le retrouver à la sortie. En revanche, un bon maître devrait obtenir que son berger se laisse toucher tranquillement soit par un juge en exposition soit par le vétérinaire. Le chien peut marquer un temps d'arrêt mais doit faire suffisamment confiance à son maître pour obtempérer le moment voulu.

Le berger des Pyrénées est aboyeur, c'est un fait qu'on ne saurait nier. Un avantage certain; personne ne longera votre propriété ou votre appartement ou votre voiture sans que vous ne soyez averti! C'est comme cela, il aboie, c'est dans sa nature, et c'est, devrait-on ajouter, un atout dans sa fonction de maîtriser le troupeau. Les remèdes? En atténuer la durée uniquement. Mais si vous ne supportez pas les aboiements d'un chien, il ne faut pas prendre un berger des Pyrénées ou porter des boules "Quiès"! L'aboiement chez lui est naturel et, pourrait-on dire, partie intrinsèque du personnage.

Il n'est pas vraiment à sa place en ville, mais il peut y vivre à condition que son maître sache respecter ses besoins d'activité, au moins 2 heures de promenade quotidienne. Il serait douloureux pour un tel chien de rester enfermé tout seul pendant sept à huit heures par jour quand ses maîtres sont au travail. C'est un chien de berger par excellence, il a toujours vécu en contact étroit avec l'homme même si ce contact n'était que visuel et auditif. Ce chien a un besoin énorme de présence. Sans son maître il ne sait que faire. A la limite (mais il ne faudrait pas en faire un principe), il serait plus heureux dans un petit studio en compagnie de son maître que livré à lui-même toute la journée dans une immense propriété à la campagne.

Le berger des Pyrénées possède un maximum d'influx nerveux. C'est un chien toujours sur le qui-vive, rien ne semble l'exténuer véritablement. En promenade, il va inlassablement de l'un à l'autre, retraçant le cercle autour de son troupeau familial. Bref, c'est un chien d'action qui sera ravi d'accompagner son maître faire son jogging ou son entraînement à vélo. C'est également un chien tout indiqué pour l'agility dog et d'autres activités canines telles que le pistage ou la recherche en décombres.

Source : http://www.bergerdespyrenees.ch

Autre blog hyper sympa et très bien fait : http://www.lebergerdespyrenees.com/

 

 

CIMG5937

19/04/2009

Les Hovawarts

 

 

Hovawart, …

Hella dans les premières neiges 5 janvier 2009 052 (Small)
 

Origines

Les premiers renseignements sur le Hovawart sont connus dès 1210.

En 1473, nous retrouvons le Hovawart sur la liste des cinq races les plus nobles, il est décrit comme le limier idéal pour poursuivre les malfaiteurs.

Après le Moyen Age la race s'éteint lentement pour faire face à de nouvelles races comme le Berger Allemand, qui remplace le Hovawart comme chien de garde et de travail.

Au début du 20ème siècle, le Hovawart avait pratiquement disparu. Un groupe d'enthousiastes, dont Kurt Friedrich Konig décidèrent de faire une tentative pour sauver la race.

C'est en 1937 le " Kennel Club Allemand " reconnaît le Hovawart comme race.

Tous ces efforts furent presque anéantis durant la 2ème guerre mondiale par sa mise au travail comme chien de guerre et pour ses capacités de chien de somme. Ainsi en 1945 il ne restait plus que quelques Hovawarts.

A cause du grand intérêt pour la race et avec l'appui et l'enthousiasme d'Otto Schramm le "Rassezuchtverein für Hovawart-Hunde Coburg" fut fondé en 1947. Grâce à l'effort de ce club, le " Kennel Club Allemand "reconnaissait en 1964 le Hovawart comme septième race sur la liste des chiens d'utilité.

L'Élevage se propagea aussi dans d'autres pays d'Europe et pour ainsi dire partout dans le monde. En 1984, le " International Hovawart Fédération " (I.H.F.) est fondé. Des conventions et des règles claires et distinctes furent éditées à l'égard de l'Élevage des Hovawarts. Le I.H.F. représente aujourd'hui environ 13 pays pour promouvoir l'Élevage des Hovawarts, la conservation et l'amélioration de la race.

Standard :

ASPECT GENERAL : Le Hovawart est un chien d'utilité vigoureux, de taille moyenne, de forme légèrement allongée et à poil long. La différence entre mâle et femelle est nettement marquée, surtout en ce qui concerne la forme de la tête et la conformation.

PROPORTIONS IMPORTANTES : La longueur du tronc mesure environ 10 à 15% de plus que la hauteur au garrot.

Comportement

Excellent gardien, le Hovawart prévient et impressionne par sa grosse voix. Il adore sa famille et surtout les enfants, il sera une véritable nounou pour les tout petits, ce n'est pas un chien que l'on doit enfermer dans un chenil il a besoin d'un contact avec toutes sa famille. C'est un chien calme et joyeux qui sait vivre parfaitement avec d'autres animaux domestiques.

C'est un chien qui grandit mentalement très doucement, il ne sera mature que vers l'âge de 2 ans mais gardera toujours la vitalité et l'esprit du jeune chien. Il a besoin d'exercice, de promenades journalières ou d'un vaste terrain ou il pourra courir à sa guise.

Conseil :

Le Hovawart comprend très vite ce qu'on lui demande mais ne supporte pas la monotonie des exercices, des leçons courtes avec beaucoup de motivation et des variantes d'exercices sont les clés du dressage du Hovawart. Son éducation se fera en douceur mais avec fermeté des son plus jeune âge.

Hella dans les premières neiges 5 janvier 2009 070 (Small)

Texte : JACCONI Christine
Élevage Fabien de Jye
340 rue de l'Étang de la Goutte
Moyenpal
88 220 XERTIGNY
Tél. : 03 29 39 32 19
site Internet :
www.Fabien-de-Jye.net

 

15/10/2008

Race de chien : le labrador

 

Le labrador : le bienheureux compagnon

Adorant l'eau, le jeu et facile à éduquer, le labrador est devenu depuis quelques décennies le plus populaires des chiens. Selon la légende, le labrador serait issu du croisement d'un terre-neuve et d'une loutre.

Que ce soit vrai ou faux, peu importe, il y aurait plus d'un point commun entre la loutre et le labrador. En premier, il y a la queue qui est typique de cette race, très aplatie par en-dessous avec une attache très large, très dense et qui lui sert de gouvernail dans son milieu préféré : l'eau...

Le pelage est une autre ressemblance, le poil de ce chien étant particulier, car il le protège efficacement de l'eau froide et il est un excellent nageur avec ses pattes palmées.

Qu'est-ce qui a fait que cette race est devenue si populaire ? Cela tient à plusieurs facteurs. Le labrador est avant tout un chien des plus sociables, on ne le “dresse” pas, on l'éduque. Il recherche la présence de l'humain, il est très doux avec les enfants. La dominance n'est pas recherchée pour cette race et il n'a pas besoin d'un toilettage exigeant. Qui plus est, il est autonettoyant. Il n'est pas petit, mais s'il est bien éduqué, il prendra moins de place dans la maison que le chat.
Si vous recherchez un chien ayant toutes ces qualités et que vous ne désirez pas un chien de garde, c'est votre homme... pardon, votre chien !

Un peu d'histoire

Il y aurait plusieurs versions sur les origines du labrador, mais la plus probable est qu'il serait arrivé à Terre-Neuve avec les explorateurs du Nouveau Monde, les pêcheurs de morue et les colons venus d'Angleterre, d'Europe et de Norvège.
Avec le temps, les conditions de vie très rudes de ce coin de pays modelèrent des chiens aux qualités peu communes. Ils étaient de remarquables chiens d'eau qui étaient fréquemment d'une teinte unie, noire le plus souvent, que l'on nommait terre-neuve de St-John's, vivant dans la région de la capitale de l'île de Terre-Neuve.
Selon des auteurs britanniques, ce St-John était le chien idéal pour les pêcheurs locaux qui développaient et utilisait ses tendances naturelles. Ainsi, le St-John aurait aidé à tirer les filets au large et récupérait les poissons échappés du filet.
Le nom de Lord Malmesbury est connu comme le promoteur de la race à ses débuts. Il décida de faire l'élevage de ce chien qui, de par ses qualités de plongeur et de nageur, avait attiré son attention. Il le nomma labrador à cause de la région d'origine de ses souches. C'est lui qui produisit le premier ancêtre des labradors.

Son caractère

La joie de vivre est sans nul doute ce qui définit le mieux le labrador. Il est de nature soumise et aime passionnément travailler. Une éducation et un entraînement sous forme de jeu de la part de son maître feront que le labrador placera celui-ci sur un piédestal sans jamais chercher à l'atteindre et il étendra cette adoration à tout votre entourage.

C'est un chien, par contre, qui déteste la solitude. Pour lui, le bonheur sera de faire partie de la meute (votre famille) et il acceptera sans rechigner la dernière place dans l'échelle hiérarchique de la meute familiale.

Si vous désirez un compagnon à vos pieds au repos toute la journée et ne pouvez lui accorder un entraînement de 30 minutes trois fois par semaine, oubliez le labrador. Vous ne seriez pas heureux ensemble. Offrez-lui ce pourquoi il a été sélectionné: la nage, le rapport d'objets, de l'activité sous diverses formes, l'obéissance, l'agilité et la promenade au côté de son maître à bicyclette (pas avant l'âge de 18 mois), tout cela sous forme de jeu, il vous le rendra au centuple en affection et en plaisir tout au long de sa vie.La polyvalence, un atout maître !

La réputation du labrador n'est plus à faire, il a été utilisé dans tellement de domaines différents, mais citons quelques exemples : rapporteur d'excellence, il peut retrouver un oiseau perdu sur ou sous un plan d'eau, eh oui ! le labrador peut aussi plonger et replonger en apnée de longues secondes pour retrouver son canard qui s'accroche aux joncs, trahi par les bulles d'air qui reviennent à la surface. L'eau froide ne le rebute pas, son poil dense, jamais mouillé jusqu'à la peau et qui sèche rapidement, lui permet de faire son mandat.

Il travaille aussi très bien sur terre, il obéit à son maître qui peut le diriger visuellement ou à l'aide d'un sifflet à grande distance (plus de 150 mètres). Il peut, sur demande de son maître, rechercher un gibier qu'il n'a pas vu tomber: il fera des zigzags pour le rattraper avec son flair.
Si deux oiseaux sont tombés, il mémorisera l'endroit où ils tombent et les recherchera dans l'ordre qu'il les a vus tomber. Chien-guide, il pourra aider le non-voyant à se déplacer dans le labyrinthe de la ville ou d'un endroit inconnu.

Un labrador qui n'est pas sélectionné comme chien-guide peut très bien aider des personnes handicapées motrices dans leurs déplacements en fauteuil roulant en tirant, en ouvrant et fermant les portes. Il oeuvre aussi à titre de chien pour la zoothérapie, chien pour la recherche d'explosifs, de drogue, de personnes disparues, mais avant tout comme un compagnon de famille merveilleux. Il adore les enfants et deviendra un grand frère pour les plus petits, il supportera beaucoup d'accolades et d'assauts avec patience, il s'intégrera facilement au milieu familial, pour peu qu'on lui donne une routine de vie agréable et de l'exercice régulièrement.

Le type

Il y a deux tendances chez les éleveurs de labradors. Il y a une lignée américaine recherchée par les chasseurs passionnés car elle est active, énergique et travaillera très bien toute la journée de chasse. Il y a la lignée anglaise qui est, quant à elle, utilisée en conformation et fera un chien de famille plus calme que celui de la lignée américaine, ce qui ne l'empêchera pas de pouvoir être entraîné pour la chasse avec un certain succès.

Les standards

Le poids approximatif des mâles et des femelles en condition de travail : mâles : 27 à 34 kg et femelles : 25 à 32 kg. Quant à la hauteur aux épaules, celle-ci est pour les mâles de 57 à 62 cm, tandis qu'elle est de 54 à 60 cm pour les femelles.
Le labrador doit être costaud, le rein court. Le rein et l'arrière-train sont larges et puissants. Le pelage est particulier au labrador: il doit être court, très dense, sans ondulation et donner une impression d'être rêche au toucher. À ses débuts, la couleur noire dominait. Aujourd'hui, les couleurs sont le noir, le jaune et le brun (qui, par ailleurs, a toujours été plus rare que les autres couleurs... et il semble que ce soit aux États-Unis qu'on l'apprécie le plus dans sa version brune). Une petite tache blanche sur le poitrail est permise. Les yeux démontrant de l'intelligence et un bon tempérament sont préférablement bruns ou noisettes, le contour des yeux et la truffe doivent être brun foncé ou noir.

Le crâne est large et plat, l'arrêt du front doit être marqué, les mâchoires moyennes et les dents puissantes. Les oreilles moyennes sont triangulaires, retombant contre la tête et sont situées plutôt vers l'arrière. Le cou est fort.
Sa poitrine est large, puissante et bien descendue. Il possède une ossature forte.
Il peut vivre en moyenne une dizaine d'années. Cependant, comme toutes les grandes races de chien, il peut développer la dysplasie de la hanche. La race est aussi sensible à certaines maladies héréditaires, telle l'atrophie progressive de la rétine (PRA) et la cataracte.

En conclusion...

Si vous pensez acquérir un labrador, assurez-vous de pouvoir lui accorder du temps en éducation et en entraînement physique, car s'il n'est pas bien éduqué, il deviendra un délinquant qui vous jouera des tours pendables. Il vous faudra, si possible, avoir accès à de l'espace de jeu extérieur... il pourra difficilement se contenter d'un trois et demi en permanence.

Côté alimentation, le labrador a établi aussi sa réputation de bon vivant, il avalera son repas en moins de deux. Il faudra veiller à l'embonpoint, car il ne semble être jamais rassasié.
Si vous respectez ses besoins, il vous apportera un sourire à chaque jour.

Daniel Gravel

scoubidou 10 sept 06

SPA52303 (Small)

04/02/2007

La race à l'honneur : Aïda

Aïda

Race : Chien de Berger

Origines : Afrique du Nord

Utilisation : Garde les troupeaux et les villages de tentes («douars») des Arabes.

Aspect extérieur : Tête et museau long, cassure légère. Yeux foncés, regard intelligent et vif. Les oreilles sont triangulaires et droites. Le cou est lui plutôt long. Pieds de forme ovale. Queue longue et bien fournie. Le poil est plat, pas très court, rude et rêche. Robe blanches avec parfois des taches fauves. Teintes foncées rares.

Caractéristiques : Taille au garrot : Mâle et Femelle : 55-60 cm

Caractère : Féroce, inamical, vigilant.

17:54 Écrit par les baraques waterloo dans races canines | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : club canin, waterloo, chiens, animaux, education |  Facebook |