18/09/2011

Le flyball

 

LE FLYBALL

 

 

 

Tout comme l'Agility, le Flyball est une activité ludique qui associe jeu et sport, tout en favorisant une très grande complicité entre le maître et son chien. D'un point de vue éducatif, le Flyball permet le développement des aptitudes aux techniques de l'en-avant, du rapport d'objet, de la vitesse de course, du saut, du rappel et de la sociabilité.

 

Le principe du Flyball est simple : le chien effectue seul un parcours rectiligne composé d'une série de 4 haies au bout duquel est positionné une boîte (le lanceur) comportant une pédale sur laquelle il doit appuyer, déclenchant ainsi l'éjection d'une balle qu'il rattrape au vol et rapporte à son maître en sautant les mêmes 4 haies en sens inverse.

 

Les compétitions existant dans plusieurs pays se déroulent sous la forme d'un relais où deux équipes de 4 chiens + 4 maîtres s'affrontent sur 2 lignes de parcours parallèles. L'équipe victorieuse est celle qui a ramené toutes les balles sans la moindre faute dans le temps le plus court. Ce même temps sert de référence à ladite équipe pour son classement régional ou national, constamment évolutif, permettant ainsi l'attribution des divers titres homologués dans sa propre division.
Ce jeu spectaculaire est une véritable épreuve de vitesse très appréciée de tous les chiens suffisamment motivés par la balle : les meilleures équipes mettent généralement moins de 20 secondes pour réaliser le parcours. L'actuel record du monde est de 15,54 secondes (19 juillet 2003 - USA) pour l'aller-retour des 4 chiens !!!
A la différence de l'Agility, le maître n'a pas besoin de courir aux côtés de son chien, ce qui rend ce sport accessible aux personnes âgées et aux handicapés.
Le Flyball permet donc au maître d'améliorer la relation qu'il entretient avec son chien en lui donnant l'occasion de faire un minimum d'exercice physique. Il s'agit d'une activité ludique sympathique et amusante, facilement praticable en milieu urbain.

 

HISTORIQUE ET DEVELOPPEMENT DU FLYBALL DANS LE MONDE
Le Flyball a été inventé à la fin des années 70 sur les bases de son ancêtre canadien le « scent hurdle », discipline où une équipe de 4 chiens en relais devait sauter 4 haies, retrouver chacun leur propre apportable préalablement positionné sur une table au sol et le ramener à leur propriétaire dans un temps record.
La légende prête à Herbert Wagner la réalisation de la première démonstration du véritable Flyball, lors du Johnny Carson Show, en Californie, devant la télévision américaine et…des millions de téléspectateurs !…
Dès le début des années 80, ce sport devient très populaire et des compétitions officielles s'organisent un peu partout en Amérique du Nord. En 1985, les représentants de 12 équipes situées dans la région des Grands Lacs nord-américains, de Détroit (Michigan USA) à Toronto (Ontario CANADA), fondent une organisation chargée de structurer la discipline et d'étudier son développement, la North American Flyball Association (N.A.F.A.). Elle compte à l'heure actuelle plus de 400 clubs enregistrés pour 5000 membres avec plus de 9000 chiens inscrits, et représente toujours la référence mondiale du Flyball.
En Grande-Bretagne, ce sport met plus de temps à se développer malgré les superbes démonstrations organisées durant la Crufts. La première compétition n'a lieu qu'en 1991, et ce n'est seulement qu'en 1993 que la British Flyball Association est fondée sur le modèle de la N.A.F.A. Elle a pour objectif comme son aînée d'établir un règlement et de patronner l'ensemble des compétitions officielles.
Alors qu'en France seules quelques très rares initiatives isolées sont à signaler, le Flyball connaît un essor aujourd'hui clairement structuré dans plusieurs pays, notamment aux USA/Canada (North American Flyball Association), en Angleterre (British Flyball Association), en Belgique (Belgische Flyball Belge) et en Australie (Australian Flyball Association). Plusieurs autres pays sont sur la même voie : l'Italie, les Pays-Bas, l'Allemagne et même le Japon, l'Afrique du Sud, la Corée ou la Pologne.

 

Video Flyball

20/02/2011

Quelques règles à respecter

On ne le répètera jamais assez, quelques petites règles de base pour mieux vous aider tout au long de la cohabitation avec votre chien.

L'arrivée du chien à la maison

En général, c'est très tôt qu'il faut donner de bonnes habitudes à son chien et l'éducation canine est la meilleure chose qui puisse arriver à votre chien

 

En effet au départ il est tout petit, et on le laisse faire un peu tout ce qu'il veut. C'est un tort car il prend très vite de mauvaises habitudes. Sachez que le petit bouvier bernois qui monte sur le canapé fera bientôt 70 kg, il faut penser tout de suite aux situations futures. Tout d'abord il faut déterminer la place qu'il occupera dans la maison. Evitez les endroits où vous vivez le plus souvent, c'est à dire le salon, la cuisine ou la salle à manger. Un endroit d'où il peut apercevoir les différentes pièces de la maison, me semble tout à fait approprié. Le chien ne se sentira pas plus heureux s’il dort dans votre chambre ou pire encore sur votre lit. Le lit, le canapé sont réservés aux dominants, c'est à dire vous, et c'est là que l'éducation peut commencer. Il est sûr que si le chiot n'a que quelques semaines, il risque fort de pleurer la nuit , mais cela ne dure pas très longtemps en général, mettez lui un tee-shirt avec votre odeur, ceci devrait suffire à le rassurer. N'oubliez pas quelques jouets à mettre dans son panier. Et ne pensez surtout pas que le fait de supprimer la gamelle d'eau le soir évitera les petits pipis la nuit, l'eau doit être disponible en permanence.

 

La propreté du chiot

 

Le chien est naturellement propre, et le pipi dehors est une chose qu'il assimile très vite ; il est clair qu'il y aura de nombreux accidents au départ, mais c'est à vous de lui faire comprendre où il doit faire ses besoins. Le chien ne peut pas devenir propre du jour au lendemain en sortant seulement 3 fois par jour, il faut le sortir le plus souvent possible, sa vessie n'étant pas encore totalement développée, et n'oubliez pas de le féliciter à chaque fois qu'il fera dehors. Il y a cependant la méthode du journal, qui n'est pas une solution en soi ; je préfère de loin qu'il apprenne, dès son plus jeune âge, à faire ses besoins dehors et non sur un bout de journal devant la porte, surtout si vous résidez en appartement au 6ème étage. Le chien devra être sorti après chaque repas, chaque réveil, ou après chaque séance de jeux. Si le chien s'oublie dans la maison, il est strictement inutile de lui mettre le museau dedans, ceci est une pratique du Moyen-Âge totalement inutile, la première chose à savoir, c'est qu'il faut le prendre sur le fait, afin de pouvoir le gronder ; de cette manière on pourra le secouer par le cou en le grondant, et le mettre dehors dans les secondes qui suivent. Ne criez pas sur votre chiot non plus lorsque vous le surprenez en train d'uriner, le fait de hurler sur celui-ci, ne rendrait les choses encore que plus difficiles. Votre chiot penserait qu'il n'a pas le droit d'uriner en votre présence, même s'il se trouve dehors. Le mieux est de lui dire « NON » sur un ton ferme et de le placer à l'extérieur, où il a l'habitude de faire ses besoins. Si par chance, votre chiot se soulage à ce moment même, ne manquez pas de le féliciter chaleureusement, de cette manière il comprendra très vite la propreté. De même si vous rentrez chez vous et que vous découvrez un pipi, ne ramassez pas devant le chien, il risquerait de prendre ça pour un jeu ; ne lavez surtout pas à l'eau de javel, qui, pour le chien, a une odeur proche de celle de l'urine, le vinaigre blanc est très efficace pour enlever les odeurs d'urine. Une petite astuce, pour savoir si le chien a envie de sortir, à chaque sortie et promenade, faites-le asseoir devant la porte, il assimilera le fait que la porte s'ouvre à chaque fois qu'il s'assoit devant, de cette manière votre chien pourra vous faire savoir à quel moment il a envie de sortir. Si votre chiot mange ses crottes, ce n'est pas signe qu'il a peur de se faire disputer comme bien des gens le pensent, regardez plutôt du coté de l'alimentation, les exhausteurs de goûts ajoutés aux croquettes se retrouvent dans les selles, et attirent les jeunes, qui n'hésitent pas à avaler leurs excréments.

 

Si pour une raison ou une autre vous devez utiliser la méthode du journal, je vous conseille de placer un sac plastique sous le papier journal, il faudra également, utiliser une feuille légèrement souillée à chaque fois que vous changez le papier, de cette façon les odeurs d'urine seront toujours présentes, et le chiot saura instinctivement ou il doit faire ses besoins. Si votre chiot a vraiment du mal à devenir propre, il vous reste encore une solution, sortez votre compagnon en laisse même si vous possédez un jardin, et emmenez le directement à l'endroit où il à l'habitude d'uriner. L'urine du chien est composée de phéromones, même si un chien vient d'uriner à l'instant il y a fort à parier qu'il urinera de nouveau en reniflant cette odeur. Maintenez votre chiot en laisse à cet endroit précis, quand il aura exploré cet endroit de fond en comble, il ne pensera alors plus qu'à uriner, et non à batifoler dans tout le jardin. En dernier recours vous pouvez également déposer la gamelle de votre chiot à l'endroit de la maison ou il a l'habitude d'uriner. En effet le chien ne souillant jamais l'endroit où il mange, cela pourra peut être déclencher la propreté, au pire il ira faire ses besoins à un autre endroit, à vous de le surveiller ensuite, pour que ce nouvel endroit se trouve à l'extérieur.

 

Une méthode qui a fait ses preuves pour la propreté, est de mettre le chiot en cage ; cette méthode peut vous paraître cruelle, mais sachez qu'il n'en est rien ; le chiot se sent en sécurité dans un endroit restreint, et comme il ne souille jamais l'endroit où il mange et celui où il dort, vous êtes sûr du résultat. Pour habituer le chiot à la cage, vous pouvez placer un biscuit pour chien à l'intérieur de celle-ci, et le féliciter quand il y rentre. Ne refermez pas la porte immédiatement sous peine de l'effrayer, laissez-le explorer sa nouvelle demeure, invitez-le à en sortir en l'appelant par son nom et félicitez le chaleureusement quand il en sort. Replacez ensuite un autre biscuit à l'intérieur avec quelques-uns de ses jouets habituels, afin qu'il y retourne de lui-même, de cette manière votre chiot ne prendra pas le fait d'être enfermé pour une punition. Ne vous servez jamais de la cage pour punir ou sanctionner votre chiot, sa cage doit rester un endroit ou il se sent bien et en sécurité. Après un repas, sortez votre chiot de sa cage dès qu'il gémit et conduisez-le au coin toilette, c'est certainement ce qu'il essaye de vous faire comprendre. La nuit si le chiot dort dans la cage, sortez le dès qu'il se plaint et mettez-le dehors afin qu'il puisse faire ses besoins ; s'il continue ensuite à se plaindre ignorez-le. N'abusez pas non plus de cette cage, à cet âge là, le chiot ne doit pas rester enfermé plus de 3 heures dans la journée ; pour la nuit le mieux serait encore de laisser la porte ouverte afin qu'il ne soit pas obligé d'uriner là où il dort : un chiot de quelques semaines ne peut pas se retenir plus de quelques heures.

 

Non seulement le vinaigre blanc enlève les odeurs d'urine, mais évite que le chien refasse au même endroit ; évitez si possible les répulsifs!

 

 

Les règles obligatoires

Il y a certaines règles à établir entre le chien et le maître, règles à ne jamais remettre en question pour avoir une éducation parfaite. Tout d'abord le chien ne doit pas être présent pendant le repas familial, ou alors il doit se trouver dans un coin de la pièce, sans qu'à aucune reprise il ne vienne demander la moindre chose, en aucun cas ne donner de la nourriture à table, cela évitera que le chien ne vienne mendier par la suite. Les repas du chien doivent être servis au même endroit et à la même heure chaque jour ; il est préférable de ne pas varier la nourriture si vous avez opté pour un aliment sec, et si un changement de croquettes s'avère nécessaire, faite le changement progressivement, en étalant sur une quinzaine de jours. Certains préconisent le 4/4, c'est à dire 75% de croquettes habituelles et 25% de nouvelles croquettes pendant 3 jours, suivi de 50% d'anciennes et 50% de nouvelles toujours pendant 3 jours, ensuite 75-25 toujours pendant 3 jours ; ça me parait un peut trop rapide pour l'organisme canin, sachant que les croquettes sont digérées au bout de 10 voire 15 heures pour certaines marques. Je vous conseille d'ajouter la nouvelle marque de croquettes quand il vous reste encore le quart d'un paquet de 15 kilos, de cette manière l'acclimatation est vraiment progressive.

 

Certaines pièces doivent être strictement interdites à votre chien, comme la chambre ou la cuisine par exemple. Le chien doit dormir par terre ou dans sa caisse, absolument pas sur un fauteuil, un canapé ou encore pire, dans le lit. De la même manière c'est vous qui instaurez les séances de caresses ou de jeux, et pas lui, ne lui demandez pas non plus de jouer lorsqu'il est en train de dormir, le chiot obtient 50% de sa croissance par le sommeil. Essayez de contrôler aussi ses aboiements, il faut un juste milieu, il ne faut pas qu'il aboie pendant 15 minutes chaque fois que quelqu'un frappe à la porte, et d'un autre côté, le chien a le devoir de prévenir son maître, et de garder la maison

 

 

Le saviez vous????

 

L'odeur d'urine de chien est totalement neutralisée par le vinaigre blanc.

 

Le chien est le premier animal à avoir été domestiqué par l'homme. Bien que plusieurs théories sur son origine aient été avancées, il semble bien que le chien (canis familliaris) soit un descendant du loup (canis lupus).

 

La structure sociale chez le loup s'établit en 2 groupes: les mâles et les femelles.

 

Chaque groupe possède un dominant (les individus "alpha"). Chez les mâles, les conflits, bien que spectaculaires, sont très ritualisés au sein de la meute, ils finissent par la soumission du plus faible.

 

Chez les femelles, la lutte est souvent immédiate et d'une grande férocité, et peut aller jusqu'à la mort.

 

http://www.chiens-evasion.com/education.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19/09/2010

Portes Ouvertes le 25 septembre 2010

 

00 affiche 25 9 10.jpg

 

Vous avez encore des questions cliquez ICI

 

 

30/11/2008

Le vocabulaire à employer avec votre chien

KESKIDI ?

 

Nos amis canins ont des origines fort diverses, les ancêtres de nos petits chouchous sont nés au Canada, en France, en Belgique, Hollande, pays scandinaves, pays de  l’Est, Asie,…, voire en Afrique.  

 

Et pourtant ils ont tous l’air de se comprendre !!!

 

L’idéal pour une bonne compréhension entre nous et nos chiens serait d’apprendre leur langage.  Mais, mais, mais, je nous vois mal nous mettre à quatre pattes, dresser nos oreilles ou encore balancer la queue pour inviter Médor à jouer à la baballe!

Alors, le plus simple est de leur apprendre quelques codes, pas besoin de leur apprendre le Français, les accords des participes ou encore le subjonctif imparfait.

Un vocabulaire très simple et relativement limité devrait nous permettre de communiquer.

L’expérience à montrer que nos compagnons peuvent assimiler pas mal de ces codes, l’effort doit venir du maître:

·       chaque fois le même mot (son) pour le même ordre

·       des sonorités biens différentes pour des ordres différents

·       pas de grande tirade, mais des sons brefs et clairs

·       Une répétition fréquente jusqu’à acquisition

·      

Pour les félicitations, ce que votre chien devrait entendre le plus souvent,  et contrairement aux recommandations précédentes je vous invite à vous lancer dans une tirade du genre :

« Ouuuuuuiiiiiii….., bienbienbien, qué bon chien ça, bon pépère, ça c’est un grand loulou, Houuuuu ... ça c’est le bon kiki à son papa, Sèlekikihakisa hein hein sèlekikihaki ………… ».

 

 

Vocabulaire

Voici une petite liste qui devrait vous aider pour la base de l’éducation de votre compagnon.  N’oubliez pas d’éveiller l’attention de votre chien en précédant l’ordre de son nom (Médor, au pied !), sauf pour le « Reste » où le nom pourrait être compris comme une invitation au retour au pied.

 

(A) ta place

Pour le retour en place

Assis

Très explicite !

Au pied

Pour l’inviter à retourner à sa place, à côté du maître

Couché

Très explicite !

Debout

Très explicite !

Dedans

Passer dans quelque chose (tunnel)

Face

Lors du rappel, pour avoir le chien en «Assis devant»

Non

Pour TOUT ce qui n’est pas autorisé

Passe

Pour le passage d’un obstacle (poutre d’équilibre)

Pied

Au démarrage de la marche et pour lui rappeler où est sa place durant la marche

Reste

Où il est, dans la position dans laquelle il se trouve

Stop

Pour l’arrêter dans toute progression

Up / Hop

Pour monter sur un obstacle, l’inviter au saut (table)

Va

Mot magique qui leur donne le droit d’aller jouer, renifler etc …

Ces mots codes vont seront régulièrement rappelés par les éducateurs lors des exercices sur le terrain.

 

Pour vous, juste quelques mots à garder en mémoire

pour lui, toute une éducation !

 

26/10/2008

Le rappel

Le rappel, comment faire et quelles sont les erreurs à ne pas commettre ?

 

C'est l'ordre que chaque chien devrait avoir acquis tant pour sa sécurité que pour la tranquillité de son maître et pour le plaisir de pouvoir promener son chien détaché.

Un bon rappel, c'est lorsque le chien revient immédiatement et rapidement auprès de son maître quand celui-ci lui donne un signal, quelles que soient les circonstances.

Quelques règles de bases à ne pas oublier :
- utiliser toujours le même ordre, quelle que soit la circonstance et quelle que soit la personne de la famille qui rappelle le chien. Il ne faut pas dire une fois "au pied", une fois "viens ici", une fois "à ta place", ...
- ne jamais disputer un chien qui revient même si cela fait 10 minutes qu'on lui demande de revenir et qu'il n'avait pas obéi. Un chien puni une fois se dira la fois suivante "je me suis fais disputer en revenant quand on me l'a demandé, donc je vais encore me faire disputer, alors je ne reviens pas".
- ne jamais courir derrière un chien qui ne revient pas. Le fait de courir le poussera soit à s'enfuir, s'il prend peur, soit à tourner autour de vous pour jouer car il prendra ça pour un appel à la course. Ce jeu est un des jeux préférés des chiens : courir l'un après l'autre. "Chouette, mon maître court derrière moi ". Et rappelez-vous bien, vous ne courrez jamais aussi vite que votre chien, vous ne pourrez pas le rattraper.

Le chien perçoit les ordres donnés par la parole et par la posture ou gestuelle.

Pour le côté verbal, l'ordre donné doit être simple et dit avec une intonation gaie qui va inciter le chien à revenir (même lorsqu'on est en colère). Si vous pensez que vous avez souvent tendance à être en colère, au lieu de donner un ordre, vous pouvez donner un petit coup de sifflet (sifflet d'arbitre de sport ou sifflet à ultra-sons) qui lui, aura une intonation toujours neutre. Mais attention, si vous utilisez ce moyen, pensez à toujours avoir votre sifflet sur vous.

Pour le côté gestuelle ou posture, il faut également lui donner envie de revenir. Pour cela, on écarte les bras, on met le ventre en avant, on s'accroupit, on bat des mains, on sourit .Et oui, montrez-lui que vous avez envie qu'il revienne.

Si cela ne suffit pas pour que votre chien revienne, partez en sens inverse en appelant le chien, couchez vous au sol, allez vous cacher derrière un arbre, tournez le dos au chien. Pour lui, ce sera comme un jeu et si vous vous amusez aussi, il viendra beaucoup plus volontiers.

Dès que votre chien arrive, faites lui la plus grosse fête possible "ouiiiiiiiiii, ça c'est bien mon chien", récompensez le avec une friandise, jouez avec lui. Surtout ne le rattachez pas de suite avec la laisse ou ne le faites pas rentrer à la maison sinon votre chien associera le rappel avec la fin de la balade et ne voudra pas revenir.

Dans la phase éducative du chien, commencez toujours dans un endroit où le chien n'aura pas de distraction, et pas de danger (route à proximité, autres chiens en train de jouer, ...). Rappelez votre chien quand il renifle le sol ou qu'il s'est un peu éloigné, félicitez-le et laissez-le repartir explorer son monde. Allez vous cacher et rappelez-le, "oui, c'est bien, il m'a retrouvé" et continuez la promenade. Rappelez-le une dernière fois, remettez la laisse et continuez votre balade en laisse avant de rentrer. Au lieu de poser la gamelle, préparez la à l'avance, laissez-là en hauteur et quand il fait autre chose, appelez le et félicitez le en lui donnant la gamelle.

Au départ, le chien doit être récompensé à chaque fois qu'il revient. Ensuite, on le récompense une fois sur 2 (en gardant le "c'est bien"), puis une fois sur 3 puis aléatoirement toute sa vie. Dites-vous bien qu'un chien qu'on rappelle alors qu'il est en train de jouer avec d'autres chiens, ou en train de se battre, doit avoir plus envie de revenir vers vous que de continuer son occupation. Alors, pour que le rappel soit efficace, n'hésitez-pas à le travailler régulièrement et à rappeler à votre chien que, de temps en temps, il y a une récompense au bout. Chouette !

Plus tôt vous commencerez dans la vie de votre chien, plus vite votre chien apprendra cet ordre essentiel. De plus, un chiot est très proche de son maître alors n'hésitez pas à le lâcher dès son plus jeune âge en l'habituant à revenir lorsque vous l'appelez. Il n'aimera pas ne plus vous voir et reviendra ventre à terre .

Et ensuite, quel plaisir de se promener avec son chien détaché sans crainte.

Avec un chien adulte, la même méthode peut être employée sans problème. Il faut juste demander à un ami de tenir votre chien en longe pendant la promenade pour ne pas prendre de risque

 

 

http://www.viveleschiens.com/section+item.itemid+132.htm

 

 

 malice_21

 

 

http://legoldenretriever.free.fr/galeriephotos/index_2.html

28/01/2007

Quelques disciplines connues ou inconnues

Sports canins : l'occasion de faire du sport avec son chien !

Pour être heureux et en bonne santé, votre chien a besoin de bouger. Parmi les nombreux sports canins permettant aux toutous (et à leur maîtres !) de garder la forme en s'amusant, on peut citer :

 

 

L’agility

Dès 12 mois, votre chien peut passer son « admission à l’agility ». Ce 1er diplôme témoignera de son obéissance envers vous. Ainsi diplômé, il pourra s’entraîner dans le but de concourir dans des épreuves d’agility. Il s’agit de franchir une série d’obstacles (haies, passerelles, slalom…) en marchant ou en courant à vos côtés. Des pénalités sont enregistrées si votre chien s’éloigne de vous ou ne franchit pas un obstacle correctement. Au fil des concours et des réussites (parcours sans fautes), les chiens progressent du 1er au 3ème degré. Une classe « vétéran » existe pour les chiens de plus de 7 ans.

Le canicross

Lors d’un canicross, vous serez mis à l’épreuve autant que votre ami : reliés ensemble par une ceinture abdominale pour vous, un harnais pour votre chien et une longe de 2 mètres, vous devrez vous déplacer le long d’un parcours tracé à l’avance et vous distinguer par votre rapidité. Pour les amoureux du vélo, une variante existe pour cette discipline : le canicyclocross.

La cani-rando

Ouverte aux chiens de traîneau, cette discipline vous permettra d’évoluer en pleine nature avec votre chien muni d’un harnais le reliant à vous par une longe de quelques mètres. Ainsi tracté, guidant votre ami par la voix et par le geste, les longues distances ne vous feront plus peur ! Si vous êtes dans une région enneigée, cette discipline peut se pratiquer en ski de fond.

Le fly-ball

Lors de cette course relais originale, les chiens sont répartis en 2 équipes de minimum 4 animaux. Le 1er chien de l’équipe doit s’élancer vers un parcours de 4 haies à franchir afin d’arriver devant une boîte munie d’une pédale. Une pression sur cette pédale permet au chien de faire jaillir de la boîte une balle s’élevant à 60 cm de hauteur. Après l’avoir attrapée au vol, le chien la rapporte à son maître et permet le départ du chien suivant. L’équipe gagnante est celle ayant effectué le meilleur temps avec un minimum de fautes. Spectaculaire et rapide, ce sport est ouvert à tous les chiens.

La « doggy-dance »

Danser avec son chien est actuellement une discipline sportive reconnue dans de nombreux pays et gérée par l’organisme américain « World Canine Freestyle Organisation », qui compte plusieurs club de danse canine dans le monde. A l’aide de récompenses, la doggy-dance consiste à inventer des pas de danse avec son toutou et à présenter le fruit de votre créativité lors de concours officiels.

Les sports aquatiques

A partir de 1 an, votre chien peut participer à des formations aquatiques consistant à aller chercher des objets, mannequins ou plongeurs (victimes factices) dans l’eau douce ou en mer, à des distances de la rive variant en fonction de son âge et de ses compétences de nageur.
Pour participer à toutes ces disciplines, votre ami doit être identifié, avoir un carnet de vaccination en ordre et être également vacciné contre la toux des chenils.

13:09 Écrit par les baraques waterloo dans Educateurementvôtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chien, animaux, waterloo, club canin |  Facebook |