18/03/2007

Le test de Campbell

Le test de Campbell

Mis au point par l'éthologiste américain Campbell il y a 25 ans, ces tests restent le meilleur moyen de choisir un chiot en fonction de ce que l'on attend de lui et de sa future fonction au sein du foyer. Ils peuvent être pratiqués par l'éleveur, en vue d'une sélection, ou par le futur propriétaire.
3 types de comportements ont été définis: Agressif, soumis et indépendant.
Le test comprend 5 exercices, réalisables en peu de temps et faciles à interpréter. Il permet d'acquérir de solides informations sur le caractère de base du chiot.

Notez les résultats au fur et à mesure, puis reportez vous à :
Interprétation des Résultats.

 

1) L'ATTRACTION SOCIALE

Définissez une zone de votre choix, pénétrez à l'intérieur et placez doucement le chiot en son centre, puis éloignez-vous de lui de quelques mètres dans le sens opposé à celui par lequel vous êtes entré. Agenouillez-vous alors et essayer d'attirer le chiot en frappant doucement dans vos mains. Vous verrez alors s'il vient vers vous ou non, et, dans l'affirmative, s'il porte son fouet (queue) haut ou bas. Cela vous permettra d'apprécier son sens social et de tirer des conclusions sur sa nature, plus ou moins confiante, ou indépendante.

ATTITUDE ET NOTATION
Vient directement, la queue haute, saute, mord : DD
Vient directement, queue haute, donne la patte : D
Vient directement, queue basse : S
Vient en hésitant, queue basse : SS
Ne vient pas : I

 

2) APTITUDE À LA COMPAGNIE DE L'HOMME

Debout près du chiot, éloignez-vous-en, en marchant normalement. Ses réactions révéleront clairement son aptitude plus ou moins grande à vous suivre. S'il ne vient pas du tout, il est très indépendant. Assurez-vous tout de même qu'il vous a vu démarrer.

ATTITUDE ET NOTATION
Envie de suivre. Saute, donne la patte, mord, gronde : DD
Suit directement, queue haute, dans vos pieds : D
Suit directement, queue haute, dans vos pieds, saute : DD
Suit directement, queue basse : S
Suit en hésitant, queue basse : SS
S'en va et se tient à distance : I
Ne suit pas, va de son côté : I

 

3) RÉACTIONS À LA DOMINANCE PAR CONTRAINTE

Accroupissez-vous et couchez le chiot au sol en le roulant gentiment sur le dos; tenez-le ainsi, une main posée sur sa poitrine pendant 30 secondes. Le chiot peut se défendre férocement, crier, se débattre, mordre ou bien se calmer et vous lécher les mains. Sa réaction indique l'acceptation ou le refus de votre autorité ainsi que ses tendances-réflexes: réflexes actifs de défense (agressif) ou réflexes passifs de défense (couard).

ATTITUDE ET NOTATION
Se bat férocement, queue battante : D
Se bat férocement, queue battante, mord : DD
Se bat férocement puis se calme : S
Ne se débat pas, lèche les mains : SS

 

4) RÉACTIONS À LA DOMINANCE SOCIALE

Un chien dominant pose ses pattes antérieures sur la nuque et le garrot du subordonné. Pour savoir s'il accepte votre domination, procédez de la façon suivante: accroupissez-vous à côté du chiot couché; caressez-le doucement depuis le sommet du crâne, en descendant le long du cou et du dos; exercez éventuellement une certaine pression pour qu'il reste dans cette position. Son attitude sous la caresse indique son acceptation ou son refus de votre dominance sociale. Un chiot très dominant essaiera de mordre, grondera ou sautera sur vous. Le chiot indépendant se contentera de s'écarter.
(Durée 30 secondes)

ATTITUDE ET NOTATION
Essaie de mordre, gronde : DD
Se débat beaucoup : D
Se tortille, lèche les mains : S
Roule sur le dos, lèche les mains : SS
Ne se débat pas, lèche les mains : SS
S'en va et se tient à distance : I

 

5) RÉACTIONS À LA DOMINANCE PAR ÉLÉVATION

Soulevez le chiot doucement, vos deux mains entrelacées sous son sternum, de façon qu'il ne touche plus terre. Tenez-le ainsi 30 secondes: le chiot, qui n'a plus aucun contrôle, doit se fier entièrement à vous et accepter votre dominance. Vous observerez alors s'il s'accommode ou non de cette situation. Vous le reposerez ensuite à terre et noterez le résultat.
(Durée 30 secondes )

ATTITUDE ET NOTATION
Se débat férocement, mord, gronde : DD
Se débat beaucoup : D
Se débat puis se calme, lèche : S
Ne se débat pas, lèche les mains : SS

A la fin des exercices, caressez le chiot et félicitez-le, quel que soit son comportement, puis ramenez-le à sa mère.

 

INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS

 

- Trois D ou plus : Chiot dominant extraverti.
Tendance à la domination loyale, à l'assurance. Ce chiot doit être élevé avec logique et douceur, mais avec fermeté.
Attention à ne pas lui laisser faire ses caprices. Grande aptitude au dressage, aux concours et au travail.
Présence auprès des enfants déconseillée.

- Trois S ou plus : Chiot équilibré.
Ni agressif, ni trop soumis, peu susceptible, ce chiot s'adaptera à tous les environnements. Il est idéal pour les enfants ou les personnes âgées.

- Deux S ou plus, avec un ou plusieurs I : Chiot soumis.
C'est à coup sûr un tendre, idéal pour les enfants. Il aura besoin de beaucoup d'affection et de compliments pour s'épanouir. Sensible aux remontrances, il peut également mordre par peur ou s'il est dans l'impossibilité de fuir.

- Deux S avec un I dans le test "Dominance sociale": Chiot mal socialisé.
Chiot aux réactions imprévisibles. Si le test comporte également des DD ou des D sur la grille de cotation, ce chiot peut mal réagir aux remontrances et à la peur en attaquant. Si le test comporte d'autres SS ou d'autres I , le plus léger traumatisme peut le rendre peureux. Il réagira mal à la présence des enfants et sera difficile à éduquer.

Si le total est constitué de notes contradictoires, il y a lieu de recommencer le test dans un endroit différent. Si l'on obtient les mêmes réponses c'est que le chiot observé est un cas particulier, au comportement changeant.

 

EXERCICES COMPLÉMENTAIRES

 

METTRE LE CHIOT EN PRÉSENCE DE CHIENS ADULTES, CALMES ET ÉQUILIBRÉS.
S'il recherche le contact et se met en position de soumission (en offrant son ventre, couché sur le dos), l'animal est "bien dans sa peau" et s'intègre dans la société canine, et il est permis de penser qu'il en sera de même au sein d'une famille.
Si, au contraire, il refuse toute autorité extérieure, des problèmes de dominances risquent de se poser. S'il évite tout contact, des difficultés comportementales inhérentes à la peur et à la timidité sont à prévoir.


LÂCHER LE CHIEN DANS UN ENVIRONNEMENT QUI LUI EST INCONNU ET NOTER SES RÉACTIONS
- Le chiot extraverti crie, aboie, se promène (bonne réaction).
- Le chiot timide, inhibé, pour sa part, reste sur place, tremble, a peur.
- Le lymphatique rampe modérément.
- L'indépendant flaire à droite à gauche.
- Le soumis cherche une présence rassurante.


OBSERVER LES RÉACTIONS DU CHIOT AUX BRUITS
(sifflets, claquements de mains)
Noter les réactions du chiot : réagit-il de façon agressive en grognant ?, fuit-il ?, cherche-t-il à se cacher dans un coin ?, est-il indifférent ? curieux ?, cherche-t-il une présence rassurante ?, reste-t-il prostré de peur ? ....


LE TEST DU MIROIR
Il consiste à placer le chien âgé de moins de 3 mois devant une glace.
- Si le chiot reste immobile, il est équilibré mais plutôt hardi et dominant.
- S'il s'approche, puis recule, manifestant à la fois de l'intérêt et de la réserve, il est tendre et gentil.
- S'il grogne ou s'enfuit, il est craintif et peu sociable.


LE TEST DU JOUET TÉLÉGUIDÉ
- S'il saute dessus, le chiot est de nature plutôt agressive.
- S'il l'ignore, c'est un indépendant.
- S'il va se cacher, c'est un peureux.
- Enfin, s'il s'intéresse au jouet, tout en prenant soin de l'éviter quand celui-ci se dirige vers lui, c'est un chiot bien équilibré.

 

UNE INDICATION ET NON UNE GARANTIE

 

Les tests de Campbell ne sauraient être interprétés comme une vérité scientifique. Ils permettent seulement de déterminer les tendances caractérielles du chiot. Le futur maître peut ainsi sélectionner, dans une portée, l'animal qui correspond le mieux à sa personnalité ou à l'utilisation qu'il veut en faire (chien de garde, de défense ou de compagnie).
Mais ces tests n'ont de valeur que dans un contexte donné et ponctuel.

Le comportement du chien pourra être largement influencé, voire modifié, dans les années ultérieures par son mode de vie et son éducation. Ainsi, un chien bien socialisé d'après les tests, peut par la suite se révéler agressif pour des raisons multiples mais souvent d'ordre relationnel : maître tyrannique, chien seul dans la journée, ... C'est pourquoi les tests de Campbell ne doivent en aucun cas être un argument de vente. Ils sont à considérer comme un guide pour l'éducation du chien que l'on s'est choisi.

 

Mais pourquoi les chiens hurlent-ils?

Mais pourquoi les chiens hurlent-ils ?

 

Alors que les chiens aboient plus que les loups, ils hurlent moins.  Or, cette rareté relative d’hurlement canin s’explique par la différence sociale du chien domestique et celle du loup sauvage.  Le hurlement a pour fonction de synchroniser et de rassembler la meute avant de rentrer en action.  Les loups hurlent surtout au début de la soirée, avant de s’en aller chasser en groupe, et au petit matin, avant de repartir à la chasse.  Les chiens domestiques, dont les maîtres assurent la nourriture, vivent une existence de chiots perpétuels, et le besoin de « renforcer la cohésion du groupe » (qui confère au hurlement sa fonction officielle), ne fait pas partie de leurs priorités.  La dispersion de la meute, qui engendre le hurlement, se produit rarement chez eux.  Dans le train-train quotidien du chien domestique, le seul exemple que l’on puisse comparer à ce phénomène survient lorsqu’on enferme de force l’animal dans une pièce isolée.  Il se peut alors qu’il émette un hurlement de solitude, qui a la même fonction que le hurlement de groupe.  L’un et l’autre signifient : « Je suis (nous sommes) ici …où êtes-vous ?  Venez vous joindre à moi (à nous). »  Dans la nature, ce hurlement  a pour effet d’attirer comme un aimant les autres membres de la meute, et de les induire à se joindre au « chant de la tribu ».  Les humains qui négligent de réagir au hurlement d’un chien en se « joignant à lui » manquent à leur devoir canin.

 

Certains mâles, qui ne hurlent jamais dans des conditions normales, le font, avec des accents prolongés et désespérés à fendre l’âme, quand ils sont enfermés à l’écart d’une émoustillante chienne en chaleur.  Cela ne signifie pas que le hurlement est un signal sexuel, mais il s’agit là d’un autre contexte dans lequel le message fondamental est : « viens me rejoindre ».

 

Avant l’époque de la télévision, dans les foyers où l’on aimait chanter à la veillée, certains chiens, interprétant les signaux de travers,  croyaient que leurs maîtres essayaient de « rassembler la meute pour un effort concerté ».  Se ralliant avec enthousiasme à l’appel à la chasse, ils rejetaient la tête en arrière pour hurler à leur tour avec le reste de leur meute d’adoption.  On imagine leur désarroi devant les réactions unanimement négatives qui accueillaient leurs efforts.

13:43 Écrit par les baraques waterloo dans Mais pourquoi | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : club cain, les baraques, waterloo, chien, animaux, detente, education |  Facebook |

08/03/2007

Tableau des équivalences homme chien

TABLEAU D'EQUIVALENCE DES AGES


L'âge d'un chien par rapport à un humain.
Un Chien de 3 mois possède la maturité d'un enfant de 3 ans.
A 6 mois, il correspond à un enfant de 10 ans, puis :

Age réel
du chien

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

Chiens de
moins de
15 kg

20

28

32

36

40

44

48

52

56

60

64

68

72

76

80

84

88

94

100

110

Chiens de
15 à
40 kg

18

27

33

39

45

51

57

63

69

75

80

85

90

96

102

110

-

-

-

-

Chiens de
plus de
40 kg

16

22

31

40

49

58

67

76

85

96

105

112

120

-

-

-

-

-

-

-

Ces chiffres constituent une moyenne générale, la maturité et le vieillissement suivant des courbes différentes selon la taille du chien.
Les gros chiens mûrissent plus lentement, mais vieillissent plus vite, et leur durée moyenne de vie est généralement inférieure de 25% à celle des plus petits sujets.
A titre d'exemple un Saint-Bernard de 2 ans est beaucoup plus jeune psychologiquement et physiquement qu'un caniche du même âge. A 6 ans, c'est le contraire.

Si votre chien a atteint la ligne bleue (seuil de sénescence), faites réaliser un bilan de santé par votre vétérinaire